Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors

Le polystyrène : des performances d’isolation phonique médiocres

En matière d’isolation phonique, le polystyrène ne fait pas partie aujourd’hui des solutions à privilégier. En effet, si les performances de ce matériau pour l’isolation thermique sont indéniables, il n’en est pas de même en ce qui concerne la limitation de la propagation des sons. Mais qu’en est-il réellement ? Existe-t-il des méthodes qui permettent d’améliorer ses performances ? Quels sont les autres matériaux à prendre en considération dans ce domaine ? 

Le polystyrène : une isolation phonique décevante

Lorsque l’on souhaite se procurer dans le commerce du polystyrène, il existe deux alternatives. Ce matériau est en effet présent sous la forme du polystyrène expansé (PSE) ou extrudé (XPS). Le premier se trouve en vrac ou en panneaux, alors que le second est uniquement disponible via des panneaux rigides.

En matière d’isolation thermique, chacun possède ses propres spécificités. En revanche, inutile de s’appesantir trop longtemps sur leurs performances en termes d’isolation phonique : l’un comme l’autre sont très décevants dans ce domaine.

Si vous décidez d’entreprendre des travaux de rénovation phonique, il n’est pas conseillé d’avoir recours au polystyrène. En tout cas a priori. Nous allons le voir, il existe des alternatives

Le polystyrène argenté et plastifié : des plaques ou panneaux pour l'isolation acoustique et phonique

Conscients des faiblesses du polystyrène pour l’isolation phonique, certains fabricants ont cherché des solutions. L’une d’entre elles est le polystyrène argenté plastifié, disponible sous forme de plaques. Certains comme le PSE Ultra Th, PSE Ultra ThA ou le PSE dB conservent les très bonnes propriétés d’isolation thermique du polystyrène “classique”, mais sont performants du point de vue phonique. Ils sont ainsi certifiés ACERMI (1). Si cela n’est pas indispensable pour obtenir des aides (bien que cela constitue un plus pour la solidité du dossier), ceci prouve que le matériau est conforme aux normes en vigueur.

Il faut savoir que l’on mesure les performances phoniques d’un isolant en effectuant une comparaison acoustique à deux moments distincts : avant et après la pose du matériau sur une paroi. Il existe ainsi deux critères pris en compte, tous deux exprimés en décibels : l’indice Rw concerne les bruits aériens alors que le LW est lié aux chocs et autres bruits d’impact. Plus ces indices sont élevés, plus les propriétés acoustiques sont réelles. Ainsi, un matériau qui a reçu le label ACERMI a satisfait aux exigences phoniques en vigueur.

Parmi les avantages du polystyrène argenté plastifié, il faut relever qu’il s’agit d’un matériau léger. Sa mise en place est assez aisée. Son coût, par rapport à d’autres isolants, est assez faible.

Le polystyrène associé à d'autres matériaux pour l'isolation phonique des murs

Si le polystyrène n’est pas en soi un bon isolant phonique, il peut être placé au sein des cloisons avec d’autres matériaux. Ceci permet de bénéficier des très bonnes propriétés thermiques du polystyrène, tout en améliorant les performances phoniques de l’ensemble. On place généralement les panneaux entre le mur extérieur et la contre-cloison.

Des blocs de briques ou de béton creux, ou encore des carreaux de plâtre permettent ainsi d’obtenir de très bons résultats s’ils sont associés au polystyrène. En revanche, cela augmente naturellement l’épaisseur de l’ensemble. Ce n’est donc pas sans influence sur la surface habitable des pièces concernées.

Si le béton possède une épaisseur de 16 centimètres, le coupler avec du polystyrène permet d’améliorer l’isolation phonique d’au moins 5 décibels (2). Plus on augmente l’épaisseur du matériau complémentaire, plus l’efficacité augmente : avec des blocs de 20 cm, on peut ainsi gagner 9 décibels environ.

Les alternatives : quels sont les meilleurs isolants phoniques ?

Si le polystyrène, nous l’avons dit, n’est pas en soi un excellent isolant phonique, il est de plus un matériau très peu respectueux de l’environnement. Issu de l’industrie pétrochimique, il nécessite pour être produit une émission de gaz à effet de serre importante. 
Heureusement, et parallèlement aux isolants minéraux comme la laine de verre, qui ne sont pas écologiques, il existe des isolants naturels (3). 

Le liège

En plus de son caractère écologique, le liège possède bien des atouts. Il s’agit d’un excellent isolant phonique, mais également thermique. Il ne peut pas pourrir et dispose à ce titre d’une très bonne durée de vie. Il résiste particulièrement à l’eau et se trouve donc particulièrement adapté aux régions humides. En revanche, son côté rigide, en comparaison par exemple à la laine de verre, ne le rend pas forcément aisé à mettre en place.

Réduction des bruits d’impact pour 10 mm d’épaisseur : 20 Db
Réduction des bruits aériens aigus : 82%

Le coton

Lui aussi possède l’avantage de la polyvalence, puisqu’il est un excellent isolant phonique et thermique. Il s’agit d’un matériau souple, assez facile à installer, et qui résiste parfaitement au feu. Il est en revanche assez sensible à l’humidité : il a tendance à se tasser dans ce cas, ce qui nuit à ses performances.

Réduction des bruits d’impact pour 10 mm d’épaisseur : 42 Db
Réduction des bruits aériens aigus : Jusqu’à 95%

La ouate de cellulose

Il s’agit d’un matériau qui a aujourd’hui le vent en poupe. Outre ses vertus écologiques, la ouate de cellulose se révèle peu onéreuse et très performante, tant au niveau phonique que thermique. Son caractère souple lui confère une facilité de mise en place évidente. En revanche, elle perd son efficacité en milieu humide et n’est pas résistante au feu. Pour le devenir, elle doit donc être traitée.

Réduction des bruits d’impact pour 10 mm d’épaisseur : 47 Db
Réduction des bruits aériens aigus : Non communiqué

Questions fréquemment posées

Quel est le meilleur isolant contre le bruit ?

Pour lutter contre les nuisances sonores qui peuvent nuire à la qualité de vie, plusieurs matériaux sont particulièrement performants. Il est possible de se tourner vers des isolants naturels, respectueux de l’environnement, qui possèdent de réelles vertus en termes d’isolation phonique : le liège, le coton ou la ouate de cellulose sont ainsi recommandés.

Isolation phonique : polystyrène ou laine de roche ?

Les deux matériaux possèdent de très bonnes propriétés en ce qui concerne l’isolation thermique. Il n’en est pas de même en revanche pour l’isolation phonique. Alors que la laine de roche affiche la carte de la polyvalence en étant également performante dans ce secteur, il n’en est pas de même pour le polystyrène. Le polystyrène expansé ou extrudé sont ainsi considérés comme des isolants phoniques médiocres.

Est-ce que le polystyrène est un bon isolant phonique ?

Quelle que soit la forme sous laquelle on le trouve dans le commerce (expansé ou extrudé), le polystyrène ne peut pas être considéré comme un bon isolant phonique. Certains fabricants, conscients de cette lacune, proposent du polystyrène argenté plastifié, disponible sous forme de plaques. Il conserve les très bonnes propriétés d’isolation thermique du polystyrène “classique”, mais est performant du point de vue phonique.
Il est également possible d’associer le polystyrène à d’autres matériaux, comme du plâtre ou du béton. Cela a néanmoins pour incidence d’augmenter l’épaisseur nécessaire, ce qui a des répercussions sur la surface habitable.

Quelle plaque pour isolation phonique ?

L’isolation phonique d’un mur repose sur le principe du “masse-ressort-masse” : l’écran constitué peut bloquer le passage grâce à son inertie (donc la masse) ou en absorbant le son par l’intermédiaire de sa souplesse (c’est l’effet ressort, apporté par la matière isolante).
Le plus souvent, dans les logements, ce sont des plaques de plâtre qui jouent le rôle de masse. On distingue la plaque de plâtre classique (commercialisée sous le nom de Placoplatre) et la plaque de gypse-cellulose (Fermacell). La seconde est réputée pour être un peu plus performante, d’un point de vue phonique, que la première.

Isolation phonique : polystyrène ou laine de verre ?

Il n’y a pas lieu de tergiverser entre les deux matériaux du point de vue de l’isolation phonique. Alors que le polystyrène affiche des performances médiocres dans ce domaine, la laine de verre, grâce aux fibres qui la composent, est un excellent rempart contre les bruits, qu’ils soient d’impact ou aériens. En revanche, la laine de verre, tout comme le polystyrène, a pour inconvénient d’être peu respectueuse de l’environnement. 

Sources

 

(1) http://www.acermi.com/fr/

(2) https://heero.fr/guide-travaux/isolation/isolants-synthetiques/est-ce-que-le-polystyrene-isole-du-bruit/

(3) https://blog.alsabrico.fr/isoler/2016/07/06/top-meilleurs-isolants-phoniques-ecologiques/

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *