Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors
Isolation 10 min de lecture

Isolants biosourcés : De bonnes performances associées au respect de l’environnement

Faites des économies en optant pour un abonnement heures pleines heures creuses
J'estime

Electricité et gaz renouvelables

Fournisseur labellisé

150 000 Clients

Dans le cadre d’une construction ou d’une rénovation énergétique, le marché des isolants s’avère particulièrement dense. Longtemps, les isolants synthétiques (comme le polystyrène) et minéraux (la laine de verre et la laine de roche) sont apparus comme incontournables. Pourtant, depuis quelques années, une autre catégorie tire son épingle du jeu : les isolants biosourcés ou naturels.

Ces isolants réputés écologiques sont-ils réellement performants pour lutter contre les ponts thermiques ? Quels sont les plus répandus ? Quels sont leurs avantages ? Leurs inconvénients ? Toutes ces questions apparaissent aujourd’hui incontournables, à l’heure où la planète se trouve confrontée à des enjeux cruciaux, liés à sa propre survie. 

Il faut savoir que le bâtiment, dans son ensemble, représente près de la moitié de l’énergie consommée dans notre pays (1). Tous les ans, ce seul secteur émet 123 millions de tonnes de dioxyde de carbone. Une rénovation qui prend en compte des matériaux écologiques apparaît donc essentiel dans la lutte contre le réchauffement climatique.

Définition d'un isolant biosourcé ou naturel

On définit comme biosourcé un isolant issu de la biomasse animale ou végétale, ou encore de matières recyclées ou d’éco-matériaux. Pour qu’il reçoive cette appellation, le matériau doit être durable, sain, et avoir une empreinte énergétique et environnementale minime.

Un isolant biosourcé doit également permettre d’améliorer le confort des habitants d’un logement. En effet, les isolants classiques – comme la laine de verre ou la laine de roche –  émettent des composés organiques volatils, qui polluent l’air que l’on respire à son domicile. Ceci a des conséquences sur la santé et la qualité de vie. Un isolant naturel, pour être considéré comme tel, doit posséder en la matière la note de A ou A+, ce qui lui permet d’éviter ce type de désagréments (maux de tête, allergies, irritations…)

Pour être “officiellement” biosourcé, un isolant doit être certifié par le Centre Scientifique et Technique du Bâtiment (CSTB). Chacun de ces isolants naturels dispose d’une fiche de déclaration environnementale et sanitaire : ce document a pour objectif de lister ses conséquences sur l’environnement. 

Parmi les isolants biosourcés que l’on retrouve le plus, citons la ouate de cellulose, le chanvre, la fibre de bois (à ne pas confondre avec la laine de bois), la laine de coton, le lin, le liège, la paille, la plume de canard….

Les avantages des isolants biosourcés

On l’a compris, utiliser ce type de matériaux dans le cadre de l’isolation de son logement est un geste significatif pour la planète. Mais leurs qualités ne s’arrêtent pas là : s’ils sont aujourd’hui de plus en plus répandus dans le bâtiment, c’est aussi car ils sont très performants.

Comme le montre le tableau situé un peu plus bas dans cet article, ces matériaux biosourcés possèdent des propriétés isolantes quasiment équivalentes à celles des isolants synthétiques ou minéraux. Pour obtenir la même efficacité, quelques petits centimètres d’épaisseur supplémentaires sont simplement nécessaires.

S’ils sont efficaces sur le plan thermique, il en est généralement de même au niveau phonique. Les isolants naturels, dans leur immense majorité, résistent bien au feu et ne produisent pas de fumée toxique à son contact. Enfin, ils contribuent, comme nous l’avons souligné, à la qualité de l’air intérieur.

Quelques inconvénients

Le désavantage principal de l’isolant biosourcé est son prix. Il est en moyenne 10 à 15% plus cher que les autres catégories d’isolants (2). Un surcoût qui semble cependant assez faible au regard des nombreuses qualités citées précédemment. 

D’autre part, ces isolants sont susceptibles d’être victimes de moisissures, de champignons ou d’attaques de rongeurs ou insectes nuisibles. En dépit de leurs qualités écologiques, ils doivent subir un traitement chimique pour lutter contre ces maux.

Enfin, au moment de la pose, certains isolants naturels comme la laine de bois ou la ouate de cellulose ne doivent pas être placés à proximité immédiate d’une source d’humidité. Il faut dans certains cas les recouvrir d’une membrane pour les protéger.

Les performances de l'isolation biosourcée ou naturelle

Au moment de choisir un isolant, l’un des critères est sa conductivité thermique, c’est à dire à quel point il est capable de transmettre la chaleur. Bien isoler, c’est naturellement empêcher cette chaleur de se propager.

La conductivité thermique se retrouve souvent sous le nom de coefficient lambda, représenté par la lettre grecque éponyme : λ. 

La conductivité thermique concerne tous les isolants et s’exprime en Watt par mètre Kelvin (W/m.K). Si l’on prend un matériau de 1mm d’épaisseur et d’une surface de 1m², le coefficient lambda représente le flux de chaleur qui le traverse en une seconde, pour un écart de température de un degré Celsius entre les deux faces.

Si cette notion est relativement technique, il est suffisant de retenir que plus le coefficient lambda de conductivité thermique est faible, plus on a affaire à un isolant performant.

Un tableau comparatif pour une résistance R =7 (3)
IsolantCoefficient λÉpaisseur nécessaire (en cm)Coût / m² associé
Laine de verre0,03625,27,56€
Laine de roche0,03725,9 12,95€
Polystyrène expansé0,03423,823,80€
Polystyrène extrudé0,03222,444,80€
Laine de mouton0,0402833,6€
Laine de lin0,03927,340,95€
Laine de chanvre0,04229,5444,10€
Laine de bois0,0503552,5€
Ouate de cellulose0,03927,354,6€
Plume de canard0,04128,757,4€

Ce tableau montre, en fonction du coefficient lambda de différents isolants, l’épaisseur minimale pour une résistance égale à 7, ce qui correspond à une isolation convenable. La résistance thermique d’un matériau, représentée par la lettre R, indique sa résistance au chaud et au froid. Plus R est élevée, plus cela correspond à une bon isolant.

Quelques exemples d'isolants thermiques naturels ou biosourcés : laine de bois, ouate de cellulose...

La laine de bois

On retrouve le bois pour de multiples usages dans le domaine de la construction. La laine de bois, plus précisément, dispose de réelles performances isolantes, grâce à un déphasage thermique qui permet de se prémunir des très fortes chaleurs estivales.
Il s’agit d’un matériau durable, qui dispose également de bonnes propriétés phoniques. Il est également capable de réguler l’hygrométrie du logement.

Pour résumer

  • Conductivité thermique : 0,050 W/m.K
  • Formes disponibles : panneaux (rigides et semi-rigides), vrac
  • Type d’utilisation : cloisons, murs, toitures, sols
  • Isolation phonique : excellente
  • Prix : entre 11 à 18 €/m² pour une épaisseur de 10 cms  

La ouate de cellulose

Elle provient du recyclage des journaux ou des résidus d’imprimerie. Pour pouvoir être utilisée dans un logement, elle doit subir un traitement : ainsi, elle est résistante au feu et aux attaques des rongeurs.

La ouate de cellulose est l’un des isolants biosourcés les plus utilisés aujourd’hui. Ses performances en termes d’isolation thermique ou phonique sont excellentes, et elle constitue en outre un formidable régulateur d’humidité.

Attention néanmoins : elle dégage des poussières et il est recommandé d’utiliser des lunettes et des gants de protection pour la poser. 

Pour résumer

  • Conductivité thermique : 0,039 W/m.K
  • Formes disponibles : panneaux, granulés
  • Type d’utilisation : cloisons, planchers, plafonds, combles
  • Isolation phonique : excellente
  • Prix : entre 15 à 20 €/m² pour une épaisseur de 10 cm

Le liège

Il provient du chêne du même nom, que l’on retrouve essentiellement en bordure de Méditerranée. Les qualités du liège sont indéniables : il est un excellent isolant thermique, il résiste à l’humidité et ne se tasse pas avec le temps

Le liège est également imputrescible et ne craint pas le feu, les rongeurs ou les insectes. Enfin, il possède un déphasage thermique qui en fait un isolant très répandu dans les régions où règnent de fortes chaleurs.

Pour résumer

  • Conductivité thermique : 0,043 W/m.K
  • Formes disponibles : plaques, rouleaux, vrac
  • Type d’utilisation : sols, murs, fondations, toiture, combles
  • Isolation phonique : bonne
  • Prix : entre 10 et 30 €/m²

La laine de mouton

Elle provient de la tonte de l’animal. Pour être utilisée en isolation, un traitement au sel de bore est indispensable pour la protéger des moisissures, des insectes et des flammes lors d’un éventuel incendie. Il s’agit d’un matériau très léger, qui a fait ses preuves pour se préserver des fortes chaleurs durant l’été. En revanche, sa propension à retenir l’eau fait qu’elle est peu utilisée dans les régions humides et qu’elle est avant tout utilisée pour les combles ou les toitures.

Pour résumer

  • Conductivité thermique : 0,040 W/m.K
  • Formes disponibles : feutre, rouleaux, vrac
  • Type d’utilisation : combles, toitures
  • Isolation phonique : correcte
  • Prix : environ 12 €/m² pour une épaisseur de 10 cm

La fibre de coco

On l’obtient à partir des fibres présentes sur la coque du fruit. Ces fibres sont essentiellement composées de cellulose, ce qui donne à ce matériau ses propriétés isolantes. La fibre de coco possède une longue durée de vie car elle est imputrescible. En outre, elle a pour caractéristique d’être également un excellent isolant phonique.

Pour résumer

  • Conductivité thermique : 0,040 W/m.K
  • Formes disponibles : feutre, rouleaux, panneaux, vrac
  • Type d’utilisation : cloisons, sols, toitures
  • Isolation phonique : excellente
  • Prix : entre 20 et 30€/m² 

Questions fréquemment posées

Quel est le meilleur isolant biosourcé ?

Chaque isolant biosourcé dispose de ses propres caractéristiques. Ainsi, la ouate de cellulose est performante pour un très bon rapport qualité-prix. Dans les régions chaudes, la laine de bois est plébiscitée en raison de son déphasage thermique. La fibre de coco, quant à elle, assure une résistance maximale contre les nuisibles, le feu et l’humidité, tout en assurant une bonne performance phonique.

Quel est le meilleur isolant du monde ?

Si l’on se fie à la résistance thermique, le polyuréthane fait figure d’isolant très performant. Néanmoins, il n’est pas écologique car il contient énormément de matières synthétiques. De plus, il n’est pas possible de le recycler. Le polyuréthane libère de surcroît des substances toxiques en contact avec le feu. Il s’agit enfin d’un matériau qui ne doit pas entrer en contact avec la peau : sa pose doit être confiée à des professionnels.

Quelles sont les 4 familles d'isolants ?

Les quatre grandes familles d’isolants sont les isolants organiques (polystyrène, mousse phénolique), les isolants minéraux (laine de verre et laine de roche, verre cellulaire), les isolants biosourcés (ouate de cellulose, liège, laine de mouton, plumes de canard…) et les isolants réfléchissants, constitués de produits de différentes natures.

Quels sont les matériaux biosourcés ?

On définit comme biosourcé un isolant issu de la biomasse animale ou végétale, ou encore de matières recyclées ou d’éco-matériaux. Pour qu’il reçoive cette appellation, le matériau doit être durable, sain et avoir une empreinte énergétique et environnementale minime. Parmi ces matériaux, il existe la paille, la laine de coton, la laine de mouton, le liège, la ouate de cellulose, la plume de canard… 

Quel isolant biosourcé choisir ?

Tout dépend des caractéristiques de votre logement et de ce que vous attendez en priorité du matériau. Si vous êtes à la recherche d’un très bon rapport qualité-prix, la ouate de cellulose dispose d’atouts indéniables. Pour ne pas trop subir les fortes chaleurs si vous habitez notamment dans le sud de la France, la laine de bois est conseillée. Le liège de bonne qualité, s’il est plus onéreux, se révèle un isolant très complet et particulièrement résistant.

Sources : 

(1) https://www.ecologie.gouv.fr/

(2) https://akadia.fr/

(3) https://www.kasa-diagnostics.fr/

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *