Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors
Fourniture d'énergie 8 min de lecture

Centrale nucléaire : source de pollution ou alternative durable ?

Participez à la transition énergétique : faites le choix d'une énergie renouvelable produite en France
J'estime mes mensualités

Electricité et gaz renouvelables

Fournisseur labellisé

150 000 Clients

Une centrale nucléaire est-elle source de pollution ? Les centrales nucléaires, principales sources d’électricité en France, soulèvent des interrogations croissantes quant à leur impact sur l’environnement et l’homme. 

En effet, le nucléaire présente des avantages tels que de faibles émissions de gaz à effet de serre, ces derniers étant en partie à l’origine de l’actuel réchauffement climatique. Toutefois, l’accident de Tchernobyl et, plus récemment, celui de Fukushima, ont mis en lumière les conséquences tragiques résultant d’une défaillance dans une centrale nucléaire.

Les discussions autour de la centrale nucléaire et de la pollution révèlent des préoccupations quant à son rôle dans la lutte contre le réchauffement climatique. La fission nucléaire permet de produire de grandes quantités d’énergie. Néanmoins, les produits radioactifs et les déchets nucléaires constituent un inconvénient majeur de l’énergie nucléaire. Il est donc essentiel de se demander si le nucléaire est une solution durable, apte à répondre aux besoins énergétiques à long terme.

Centrale nucléaire : source de pollution pour l’environnement ?

En 2022, Emmanuel Macron, président de la République française, annonce que l’énergie nucléaire représente une solution attrayante dans la lutte contre le réchauffement climatique. En effet, le principal avantage d’une centrale nucléaire est qu’elle n’émet pas de CO2 ou très peu de gaz à effet de serre lors de la production d’électricité.

Les rejets d’une centrale nucléaire se distinguent de la fumée et des particules fines émises par les centrales thermiques à combustible fossile, telles que les centrales à charbon.

Mais l’énergie nucléaire présente certains inconvénients en termes de pollution radioactive et de pollution de l’air. Les rejets radioactifs produits par les centrales REP sont principalement le tritium, le carbone 14 et les iodes sous forme gazeuse et liquide. Leur traitement, confinement et stockage doivent obéir à des mesures strictes. Lorsque ces mesures ne sont pas respectées, ils peuvent nuire à la santé humaine et avoir un impact nocif sur l’environnement. De plus, le krypton et d’autres gaz rares produits par les réacteurs nucléaires contribuent à la pollution atmosphérique.

En outre, une centrale nucléaire a besoin de quantités considérables d’eau pour le refroidissement des réacteurs. Les rejets thermiques réchauffent les cours d’eau, affectant les écosystèmes aquatiques et la faune. Les effluents liquides rejetés dans l’eau des fleuves contaminent parfois les nappes phréatiques et affectent les êtres vivants.

Gestion des déchets nucléaires en France : quel processus ?

En France, les déchets radioactifs sont classifiés suivant deux critères :

  • La période radioactive : vie très courte ou VTC (inférieure à 100 jours), VC (entre 101 jours et 31 ans) et vie longue ou VL (plus de 31 ans).
  • Le niveau de radioactivité : HA ou haute activité, Ma ou moyenne activité, FA ou faible activité et TFA ou très faible activité.

La gestion des déchets dépend de leur classification. La dernière évaluation du coût de la gestion des déchets nucléaires date de 2019. Selon le ministère de la Transition écologique, elle était de 683 millions d’euros. 

L’Andra (Agence nationale de gestion des déchets) réalise un inventaire des déchets radioactifs en France tous les trois ans. À la fin de l’année 2020, environ 1 700 000 mètres cubes de déchets radioactifs ont été recensés par l’agence sur le territoire français.

Le pays met en place des mesures et des préventions strictes pour limiter les dommages environnementaux liés à l’industrie nucléaire. L’ASN (Autorité de sûreté nucléaire) est chargée de la surveillance et du contrôle des activités nucléaires. Elle établit des seuils réglementaires contre la pollution radioactive et chimique des centrales nucléaires et réalise des inspections régulières pour s’assurer de la conformité aux normes.

Cette gestion rigoureuse vise à minimiser l’impact sur l’environnement et à éviter les incidents en garantissant la sûreté des installations. L’objectif est de maintenir un équilibre entre la production d’électricité et la protection de l’environnement tout en limitant les émissions de fumée et la pollution de l’air associée à d’autres formes d’énergies.

L’usine de la Hague contribue à réduire la quantité de déchets radioactifs en récupérant et en retraitant les matières valorisables. Les déchets qui ne peuvent pas être recyclés sont conditionnés en vue d’un stockage sécurisé à long terme. La gestion globale des déchets nucléaires en France intègre donc l’usine de La Hague comme un maillon important du processus. 

Le nucléaire : une énergie renouvelable ?

Le nucléaire n’est pas une source d’énergie renouvelable, contrairement à l’énergie solaire, hydraulique ou éolienne. La fission nucléaire, exploitée dans les centrales nucléaires actuelles, repose sur l’uranium. Cet élément provient des étoiles lors d’explosions de supernovæ. Ce processus est extrêmement lent et ne peut être renouvelé à l’échelle de temps humain, ce qui fait de l’uranium une ressource non renouvelable. L’AEN (Agence pour l’énergie nucléaire) estime que les réserves d’uranium disponibles dans le sous-sol de la Terre peuvent approvisionner les centrales pendant environ une centaine d’années. 

Toutefois, contrairement au pétrole ou au charbon, l’énergie nucléaire n’est pas fossile. À l’inverse de ces dernières, l’uranium utilisé dans les centrales nucléaires ne provient pas de la désagrégation de matières organiques présentes dans le sous-sol terrestre. En réalité, le nucléaire est considéré comme une énergie bas carbone, car une centrale nucléaire n’émet pas de CO2 lors de la production d’électricité.

Projet ITER, le futur de l'énergie nucléaire ?

Une solution potentielle pour l’avenir de l’énergie nucléaire réside dans le projet ITER (International Thermonuclear Experimental Reactor), auquel participe la France. Ce projet de recherche et de développement international vise à construire et à exploiter un réacteur expérimental de fusion nucléaire à grande échelle.

Contrairement à la fission nucléaire actuellement utilisée dans les centrales nucléaires, la fusion nucléaire aspire à produire de l’énergie de manière propre, sûre et abondante. Si le projet réussit, il ouvrira la voie à une future génération de centrales utilisant la fusion nucléaire comme source d’énergie.

Théoriquement, la fusion nucléaire devrait produire une quantité d’énergie plus grande que la fission nucléaire tout en utilisant moins d’uranium ou d’autres matières fissiles. En outre, elle peut être considérée comme une source d’énergie quasi inépuisable. La fusion utilise en effet des isotopes d’hydrogène, tels que le deutérium et le tritium, qui sont abondants sur Terre. Le deutérium se trouve en grande quantité dans l’eau de mer et le tritium peut être produit à partir du lithium, qui est également largement disponible. Ces deux ressources sont donc considérées comme pratiquement inépuisables à l’échelle de l’utilisation prévue de l’énergie nucléaire.

Questions fréquemment posées

Comment polluent les centrales nucléaires ?

Une centrale nucléaire pollue de différentes manières. L’une des principales sources de pollution est la production de produits radioactifs lors de la fission nucléaire. Ces déchets nucléaires peuvent contaminer l’environnement en cas de fuites ou d’accidents, contribuant ainsi à la pollution de l’air. Des installations de traitement des déchets nucléaires, telles que l’usine de La Hague, jouent un rôle crucial dans la gestion et le recyclage de ces déchets pour minimiser leur impact sur l’environnement et la santé humaine.

L'uranium est-il renouvelable ?

L’uranium n’est pas une ressource renouvelable. Il s’agit d’une ressource naturelle qui est extraite dans le sous-sol terrestre. Toutefois, la quantité d’uranium disponible sur Terre est limitée. Par conséquent, une fois que l’uranium est utilisé comme combustible pour la production d’électricité, il est épuisé et ne peut pas être régénéré à court terme.

Pourquoi le nucléaire est dangereux ?

Le nucléaire est souvent perçu comme dangereux en raison des risques d’accidents graves et de la production de pollutions radioactives associés aux centrales nucléaires. De plus, les technologies nucléaires peuvent être exploitées à des fins militaires (armes nucléaires). Et même si elle participe à réduire les émissions de gaz à effet de serre, l’énergie nucléaire soulève des préoccupations. Ces inquiétudes doivent être prises en compte pour limiter son impact sur l’environnement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *