Passez à l’énergie verte maintenant

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors
Énergie verte 14 min de lecture

C’est Quoi une Energie Renouvelable (EnR) ? La Définition Ultime Pour (enfin) Tout Comprendre

La définition d’une énergie renouvelable

Une énergie renouvelable est inépuisable car la nature la renouvelle en permanence. Elle est opposée aux énergies non renouvelables ou énergies fossiles, qui proviennent de gisements et sont disponibles en quantités limitées. Les EnR sont utilisées pour produire de la chaleur, de l’électricité, du gaz ou encore du combustible

On retrouve les énergies renouvelables sous d’autres appellations, comme “énergie propre” ou “énergie verte. On distingue cinq types d’énergies renouvelables :

Passez à l'électricité verte et française

Un véritable impact positif, en 5 minutes et sans coupure.

Je fais une estimation

Quels sont les avantages des énergies renouvelables ?

Un atout pour le climat

Face à l’urgence climatique, les énergies renouvelables jouent un rôle essentiel. Elles réduisent en effet de manière significative les émissions globales de gaz à effet de serre car elles ne produisent pas (ou très peu) de dioxyde de carbone.

Dans cette optique, notre pays a des objectifs élevés. La France vise les 33% d’EnR dans son mix énergétique à l’horizon 2030, contre 20% aujourd’hui. Rappelons que le mix énergétique désigne la répartition des différentes énergies primaires utilisées dans une zone définie pour la production d’énergies directement consommables, comme l’électricité, le gaz ou la chaleur.

Un plus pour notre santé

À terme, l’utilisation des énergies renouvelables aura des effets positifs sur la santé des habitants. On estime que la pollution de l’air est directement responsable de près de 50.000 décès chaque année en France.

Les énergies vertes n’émettent pas ou très peu de polluants, au contraire du charbon ou du pétrole, qui sont responsables de la présence dans l’air de particules fines (oxydes, métaux et suies) lorsqu’ils sont produits.

Les EnR constituent de plus un rempart contre les épisodes météorologiques extrêmes, et notamment les canicules. Selon les chiffres publiés par Santé Publique France, celles-ci sont responsables de 33.000 décès chaque année (dont plus de 23.000 chez les personnes âgées d’au moins 75 ans).

Un cercle économique vertueux

Plus les EnR se développent, plus elles deviennent compétitives face aux énergies fossiles. Cela constitue un atout pour accélérer les investissements destinés à les développer.

Les énergies renouvelables sont de surcroît un formidable bassin d’emplois, car le fait de fabriquer, installer, gérer et entretenir les divers équipements nécessite de la main d’œuvre. Leur développement s’accompagne également de nouveaux métiers, comme la prévision de la production de certaines de ces énergies vertes, soumise à des aléas climatiques.

En France, ce sont aujourd’hui 86.000 emplois qui sont concernés par les énergies renouvelables.

Un pas vers l’indépendance énergétique

La France possède très peu d’énergies fossiles et doit importer la quasi-totalité du pétrole, du charbon ou du gaz naturel qu’elle consomme. Cela nous rend vulnérable face aux tensions géopolitiques qui peuvent mettre à mal notre approvisionnement, comme l’a montré le conflit russo-ukrainien.

L’utilisation des énergies renouvelables permet d’internaliser notre production, en s’appuyant sur des ressources locales. D’ici 2035 et grâce au développement des EnR, on estime que le déficit de notre balance commerciale énergétique, très important aujourd’hui, pourrait diminuer de 60%. 

Une autonomie potentiellement complète pour les particuliers

Une maison autonome (ou autosuffisante) produit tout ce dont elle a besoin pour fonctionner. Elle n’a donc pas besoin d’être raccordée aux réseaux habituels de gaz, d’électricité ou d’eau.

Dans les faits, parvenir à une autonomie totale est possible, mais la plupart des habitants font le choix d’une autonomie partielle et restent connectés aux réseaux traditionnels, qui peuvent prendre le relais si nécessaire.

Pour parvenir à cette autonomie, les panneaux photovoltaïques, les éoliennes domestiques ou les centrales hydrauliques de taille réduite sont plébiscités. Le choix entre ces différents systèmes est lié à la zone géographique de l’habitation, à l’espace dont on dispose, aux ressources naturelles situées à proximité, et naturellement au budget.

Les inconvénients des énergies vertes

Aux nombreux atouts des énergies vertes, il faut aussi opposer quelques inconvénients.

  • La production de certaines énergies vertes est intermittente. En effet, elle dépend des conditions météorologiques. Le solaire et l’éolien, par exemple, sont naturellement liés à la luminosité et au vent.
  • La rentabilité des EnR n’est pas immédiate. Ceci est lié à leur mise en place, qui demande souvent des investissements conséquents.

D’autres problématiques apparaissent, comme les nuisances visuelles et sonores engendrées par les éoliennes ou encore le recyclage de certains matériaux, comme les panneaux photovoltaïques.

Faites le choix de favoriser un fournisseur d’énergie renouvelable qui rémunère les producteurs de façon juste. Estimez vos mensualités et si vous êtes satisfait de l’offre, alors ilek se chargera d’activer le courant chez vous et de résilier auprès de votre fournisseur actuel.

A savoir : l’offre ilek est sans engagement !

Quelles sont les différentes énergies renouvelables ?

1. L’énergie solaire

L’énergie solaire désigne ce que l’on peut produire grâce au rayonnement du soleil. Il existe différentes utilisations de l’énergie solaire : 

  • L’énergie solaire photovoltaïque est produite via des panneaux, équipés de cellules qui captent la lumière du soleil pour la transformer en électricité. Le grand avantage de ces panneaux est qu’ils sont compatibles avec une utilisation domestique comme pour une production beaucoup plus importante, à l’échelle industrielle. 
  • L’énergie solaire thermique ou thermodynamique. Dans ce cas, les rayons du soleil permettent de chauffer un fluide, comme de l’eau. Grâce à un système de miroirs, la température du liquide peut atteindre les 1000°C, ce qui rend possible la production d’électricité.

2. L’énergie éolienne

Les éoliennes utilisent l’énergie cinétique du vent pour produire de l’électricité, grâce à la présence d’un générateur. Elles aussi sont donc très dépendantes des conditions météorologiques.

À la différence des panneaux solaires, il est plus compliqué d’installer une éolienne dans son jardin ou sa propriété à des fins domestiques. Cette énergie éolienne concerne donc en priorité les grandes installations ou parcs éoliens.

Les éoliennes terrestres

On les appelle également éoliennes onshore. Elles sont assez simples à mettre en place, mais l’espace nécessaire à leur fonctionnement est important et pourrait rapidement venir à manquer. On estime qu’une éolienne peut produire de l’électricité avec une vitesse de vent au moins égale à 15 km/H. À partir de 50 km/h, elle tourne à plein régime. En revanche, elle s’arrête automatiquement par mesure de sécurité si le vent souffle au-delà de 90 km/h.

Sur les dix dernières années en France, le parc d’éoliennes a augmenté de 17%, alors que la capacité de production a progressé de 200%. On estime que les éoliennes présentes sur le sol français fonctionnent 95% du temps.

Les éoliennes maritimes

Les éoliennes offshore peuvent être installées directement sur le fond de la mer ou bien sur une base flottante, à la surface. De manière générale, le vent en mer est plus fréquent et plus fort que sur la terre ferme. Cela signifie que les éoliennes en mer possèdent un rendement plus important que les terrestres. Elles sont également plus puissantes, ce qui leur permet de produire deux ou trois fois plus d’énergie.

L’absence de nuisances directes rend possible la mise en place de parcs de dimensions très importantes, même si leur déploiement n’est pas sans effet sur l’écosystème marin. La mise en place de réseaux électriques sous-marins, afin d’acheminer l’électricité produite, pose également question.

3. L’énergie hydraulique

La production d’énergie est possible grâce à l’exploitation de l’eau. Cette énergie hydraulique est dans l’ensemble moins dépendante des aléas climatiques, mais elle concerne quasi exclusivement les productions très conséquentes.

Avec les barrages, l’hydroélectricité permet de stocker des volumes d’eau considérables et donc d’en libérer de façon plus ou moins importante en fonction de la demande. Grâce à ses reliefs, la France possède de grandes ressources, avec de nombreuses constructions entreprises durant le XXème siècle. 

Outre les barrages, on trouve également dans l’énergie hydraulique

  • L’énergie marémotrice, qui exploite les mouvements de l’eau liés aux marées. Cette production est très dépendante des périodes de l’année et des coefficients de ces marées.
  • L’énergie hydrolienne s’appuie sur l’exploitation des courants marins.
  • L’énergie thermique utilise les différences importantes de températures entre les eaux de surface et les fonds des mers et océans.
  • L’énergie houlomotrice exploite les mouvements des vagues et de la houle.
  • L’énergie osmotique est utilisée grâce à la différence de pression entre l’eau douce et l’eau de mer. Aujourd’hui, cette énergie est encore en phase expérimentale : aucune centrale osmotique n’est en activité.
Passez à l'électricité verte et française

Un véritable impact positif, en 5 minutes et sans coupure.

Je fais une estimation

4. La biomasse

C’est la chaleur produite par la combustion de matières qui permet de produire de l’électricité. On distingue ainsi la biomasse végétale et la biomasse animale. Les déchets agricoles, les ordures ménagères organiques, le bois ou encore les excréments d’animaux sont ainsi brûlés dans cette optique.

La biomasse est considérée comme une énergie renouvelable dès lors que sa régénération est supérieure à sa consommation. Le bois est l’énergie biomasse la plus connue, et le biométhane et le biocarburant sont des gaz “verts” issus de méthanisation de biomasse. 

5. La géothermie

Les différentes techniques de géothermie exploitent la chaleur de la croûte terrestre. On distingue notamment la géothermie peu profonde, qui n’excède pas dix mètres de profondeur, et la géothermie profonde, qui descend nettement plus loin. 

La première, par l’intermédiaire des pompes à chaleur, est destinée à un usage domestique de chauffage. La seconde, en revanche, produit de l’électricité et alimente par exemple les réseaux urbains.

Il faut savoir que la température moyenne de la croûte terrestre est directement corrélée à la profondeur. On estime qu’elle augmente d’environ 3°C tous les 100 mètres. Cette énergie renouvelable – encore peu exploitée – a pour avantage de ne pas dépendre des conditions météos.

Quelle est la part des énergies vertes en France ?

Le gaz côté technique

Quels sont les objectifs en termes de mix énergétique ?

Le mix énergétique français doit à terme évoluer vers une énergie sans carbone. Pour cela, les trois principaux leviers sont : 

  • Le développement des énergies renouvelables
  • La réduction du nucléaire
  • La baisse de l’usage des énergies fossiles

Les objectifs chiffrés sont à l’horizon 2028 :

  • – 40% d’émissions de gaz à effet de serre par rapport à 1990
  • – 35% de consommation d’énergie primaire issue des énergies fossiles par rapport à 2012
  • Entre + 40 et + 60% de consommation de chaleur renouvelable par rapport à 2017.
  • 33% d’énergie primaire issue des EnR
  • Une capacité de production d’électricité issue des énergies renouvelables multipliée par deux.

Bon à savoir : la neutralité carbone ne signifie pas supprimer toutes les émissions de gaz à effet de serre. Il s’agit de parvenir à un équilibre entre les émissions de carbone générées par l’activité humaine et l’absorption de ce carbone par la nature.

Comment participer à l’essor des énergies propres ?

Le développement des énergies renouvelables est un levier majeur dans la lutte contre la pollution, les émissions de gaz à effet de serre et le réchauffement climatique. Au-delà des décisions prises par les différents gouvernements, nous avons tous, en tant que citoyens, un rôle à jouer dans cette transition énergétique.

Le choix d’un fournisseur d’énergie renouvelable

Des fournisseurs se sont spécialisés dans la fourniture d’énergie 100% verte, que ce soit de l’électricité ou du gaz. Souscrire un contrat d’énergie verte chez ilek, c’est avoir la certitude que la consommation d’énergie faite au sein du foyer correspond à une production équivalente issue des énergies renouvelables, produites en France. Les garanties d’origine permettent de certifier le bon fonctionnement du système.

Se tourner vers l’autoconsommation

Les énergies renouvelables permettent aux particuliers de produire eux-mêmes tout ou une partie de l’électricité qu’ils consomment. Il est même possible de vendre le surplus d’énergie produite.

L’installation de panneaux solaires, d’une éolienne domestique ou d’une petite hydro turbine pour ceux qui disposent d’un cours d’eau à proximité est ainsi envisageable. Pour les personnes qui peuvent matériellement se tourner vers ce type d’installations, il s’agit d’un geste concret en faveur des énergies renouvelables, assortie à la garantie de réaliser des économies sur le long terme.

Participer à des projets citoyens

Un peu partout en France, des collectivités proposent de participer et de financer des projets citoyens d’énergies renouvelables. Ces projets réunissent une collectivité, des habitants de cette collectivité et éventuellement des entreprises privées.

En participant au financement d’un projet, comme par exemple l’installation de panneaux photovoltaïques, les contributeurs obtiennent en contrepartie une part des bénéfices liés à la production énergétique correspondante.

Le nucléaire : une énergie renouvelable ?

Depuis toujours, le nucléaire déchaîne les passions, et voit s’affronter partisans et détracteurs. En premier lieu, il est perçu comme un levier majeur dans la décarbonation des différents pays de la planète. Ainsi, il émet 70 fois moins de dioxyde de carbone que le charbon et 40 fois moins que le gaz. Son système de production permet également de s’adapter à la demande, notamment lors des pics de consommation.

Mais la production d’électricité d’origine nucléaire ne comporte pas que des vertus. Le principal écueil concerne la quantité astronomique de déchets qu’elle génère. Une partie de ces déchets est très fortement radioactive et le restera durant des milliers d’années. À côté de cela, ce sont des milliers de tonnes de combustibles, sorties des cœurs des réacteurs, qui sont par la suite refroidis dans des bassins spécialement conçus.

Les questions pour aller plus loin

Pour un particulier, l’énergie verte la plus efficace est sans doute l’énergie solaire. Relativement faciles à mettre en place, les panneaux photovoltaïques permettent de parvenir à l’autoconsommation, voire de dégager un surplus. Il s’agit d’une source d’énergie par essence inépuisable et 100% propre, même si la question du recyclage des panneaux se pose.

L’énergie verte la plus utilisée dans le monde est la biomasse. Cela signifie qu’elle est issue de matières végétales ou organiques. La biomasse représente 10% environ du mix énergétique mondial, devant l’hydroélectricité (2,5%) et l’énergie solaire (2,2%).

En 2023, 34% de l’énergie consommée en France concernait les transports. Il s’agit du secteur le plus énergivore, devant le résidentiel (28%), l’industrie (18%), le tertiaire (17%) et l’agriculture (3%).