Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors
Électricité 18 min de lecture

Installation électrique dans une nouvelle maison : le guide

Soyez accompagné pour votre consuel et demandes de mise en service
04 84 98 01 21

Electricité et gaz renouvelables

Fournisseur labellisé

150 000 Clients

Vous êtes à la recherche d’un guide complet pour l’installation électrique de votre nouvelle maison ? Notre article va vous aider à mieux comprendre ce processus et vous assurer que chaque étape est menée avec précision et conformité. Que vous soyez en train de construire votre première maison ou que vous envisagiez une rénovation majeure, plusieurs éléments clés contribuent au succès de votre projet.

Comprendre les règles et les normes est fondamental. Choisir le bon équipement est tout aussi crucial. Enfin, travailler avec des professionnels de confiance garantit que l’installation sera réalisée avec expertise et précision.

En plus des bases, ce guide électrique vous fournira également des conseils spécifiques sur les raccordements tels que les panneaux photovoltaïques et les bornes de recharge pour voiture électrique, soulignant ainsi la manière dont les avancées modernes peuvent être intégrées à votre foyer. Ensemble, nous aborderons ces sujets pour vous permettre de réaliser une installation sûre, efficace, et adaptée à vos besoins.

Téléchargez notre guide-infographie :

Infographie - Nouvelle maison ou rénovation : les essentiels des règles et normes d'installation électrique

Norme NF C 15-100 et réglementation électrique : rappel des fondamentaux

Contexte d'application

La Norme Française C 15-100 occupe une place centrale dans la conception et la réalisation des installations électriques basse tension. Elle s’applique à une large gamme d’établissements, englobant non seulement les logements individuels et collectifs, mais également les bâtiments à usage commercial.

La mise en conformité avec la NF C 15-100 est essentielle pour garantir la sécurité et l’efficacité de toute installation électrique, quel que soit son contexte d’application.

Les principes pour l'habitat résidentiel

Dans le cadre de l’habitat résidentiel, la norme NF C 15-100 établit des principes précis qui doivent guider la conception et la mise en œuvre de l’installation électrique. Ces règles couvrent divers aspects, tels que :

  • Nombre d’équipements obligatoires dans chaque pièce : cette section détaille les exigences pour les points d’éclairage, les prises de courant, et les prises de communication.
  • Hauteur d’installation des commandes et des prises : la norme définit les hauteurs exactes auxquelles les commandes et prises doivent être installées.
  • Section des conducteurs et calibre des protections : cela concerne les fils électriques et les disjoncteurs pour chaque circuit, incluant les prises de courant, la VMC, le chauffage électrique, etc.
  • Autres règles de réalisation : la norme inclut également des directives concernant les boîtes de connexion, la protection foudre, la constitution de la GTL (gaines techniques du logement), ainsi que les matériels électriques admis dans une salle de bain.

Ces principes sont essentiels pour assurer que l’installation électrique est non seulement fonctionnelle, mais aussi sûre et conforme aux normes de qualité reconnues.

La validation de la norme NF C 15-100

La conformité à la norme NF C 15-100 est une étape cruciale dans la finalisation de toute installation électrique, et elle doit être soigneusement vérifiée avant que l’installation puisse être mise en service. Voici comment ce processus se déroule :

  • Contrôle par le Consuel : à la fin de chaque chantier, le Consuel effectue une inspection complète pour vérifier que l’installation est en conformité avec la réglementation en vigueur.
  • Délivrance d’une attestation : le Consuel délivre une attestation visée, autorisant le gestionnaire de réseau à mettre l’installation en service. Si l’installation n’est pas conforme, des travaux supplémentaires doivent être réalisés avant une contre-visite du Consuel.

La validation de la norme NF C 15-100 garantit que toutes les installations électriques répondent aux normes de sécurité et de qualité, protégeant ainsi les occupants du bâtiment et contribuant à la fiabilité du réseau électrique dans son ensemble.

Règles et normes pour le tableau électrique

L’installation électrique d’une maison doit suivre des règles et normes strictes pour assurer la sécurité et l’efficacité. Le tableau est le cœur de votre système électrique et nécessite une attention particulière.

Respecter les exigences de conformité

Le respect des exigences de la norme NF C 15-100 commence par le choix de l’emplacement du tableau électrique. Il doit être placé dans l’Espace Technique Électrique du Logement (ETEL), respectant des dimensions précises. L’intérieur de l’ETEL contient la gaine technique du logement (GTL), qui doit également suivre des règles spécifiques.

L’implantation du tableau électrique dans la GTL contient de nombreux emplacements destinés à accueillir des modules, et la norme stipule qu’il est obligatoire de laisser 20% d’emplacements libres, sans aucune rangée vide.

Sélectionner les composants appropriés

La sélection des composants appropriés pour le tableau électrique doit être conforme à la norme NF C 15-100. Les éléments essentiels incluent :

  • Disjoncteur général : protection contre les risques de surchauffe et de court-circuit.
  • Interrupteurs différentiels : au moins deux dispositifs d’une sensibilité de 30 mA doivent être installés (l’un de type A, l’autre de type AC)
  • Disjoncteurs : jusqu’à 8 disjoncteurs par interrupteur différentiel doivent être installés pour protéger chaque circuit en fonction de sa spécificité (éclairages, chauffage, prises de courant, four, lave-linge, plaques de cuisson…)
  • Parafoudre : obligatoire dans certaines régions, fortement conseillé dans les autres

La procédure pour obtenir un compteur de chantier

Lorsque vous entreprenez des travaux de construction ou de rénovation, les professionnels intervenants doivent avoir accès à un branchement électrique provisoire. L’installation d’un compteur de chantier n’est pas effectuée par tous les fournisseurs : rapprochez-vous d’EDF pour plus de facilité.

Le fournisseur vous proposera deux types de prestations en fonction de la durée de vos besoins :

  • Courte durée : inférieure ou égale à un mois
  • Longue durée : au-delà d’un mois

Attention : le compteur de chantier est branchement provisoire qui ne peut pas servir à l’alimentation électrique d’une installation définitive.

Les étapes pour demander un compteur de chantier

L’installation d’un compteur de chantier pour un raccordement provisoire est un processus qui se déroule en cinq étapes :

  1. Souscription d’un contrat : vous choisissez le fournisseur d’énergie qui vous convient et souscrivez un contrat spécifique pour le raccordement provisoire

  2. Préparation de l’intervention avec Enedis : vous coordonnez avec Enedis (le gestionnaire du réseau de distribution d’électricité en France) l’intervention nécessaire à l’installation du branchement provisoire

  3. Installation par Enedis : Enedis se charge de l’installation du branchement provisoire selon les spécifications et besoins de votre chantier

  4. Paiement de la prestation : vous réglez la prestation auprès de votre fournisseur d’énergie, conformément aux termes du contrat

  5. Confirmation de la dépose du branchement provisoire : une fois que vous n’avez plus besoin du branchement, confirmez la dépose de l’installation auprès du fournisseur

En respectant ces étapes, vous vous assurez que le raccordement provisoire sera effectué conformément aux réglementations en vigueur, et que l’installation et la dépose seront réalisées en toute sécurité.

Passez à l'électricité verte et française

Un véritable impact positif, en 5 minutes et sans coupure.

Je fais une estimation

Installation d'un tableau électrique secondaire

Lorsque votre maison s’agrandit et que vos besoins électriques évoluent, l’installation d’un tableau électrique secondaire peut devenir une nécessité. Cette situation se présente généralement lorsque le tableau électrique principal est saturé et ne permet plus l’ajout de nouveaux circuits électriques. Le tableau électrique secondaire s’avère alors une solution judicieuse pour répondre aux nouvelles demandes de l’habitat.

Dans ce contexte, il est essentiel de comprendre en quoi consiste ce tableau, les situations où il est recommandé, et surtout, les bonnes pratiques pour une installation conforme aux normes en vigueur.

Les cas où le branchement d'un tableau électrique secondaire est utile

L’installation d’un tableau électrique secondaire peut répondre à divers besoins spécifiques dans différentes situations. Voici les cas où un tel branchement peut s’avérer utile :

  • Agrandissement du logement : un espace plus grand nécessite davantage d’électricité. Si le tableau principal ne suffit plus, un tableau secondaire peut s’imposer
  • Création d’un studio dans le jardin : le tableau électrique secondaire permet également de gérer les besoins en électricité d’un studio indépendant (prises, interrupteurs, eau chaude, radiateurs, cuisson, etc.)
  • Aménagement des combles : si vous prévoyez de transformer vos combles, un tableau secondaire peut faciliter cette expansion
  • Construction d’un garage ou d’un atelier : enfin, le tableau électrique secondaire est utile dans le cadre de la construction d’un garage, d’un atelier de bricolage, ou de l’aménagement d’un sous-sol

Guide d'installation

L’installation d’un tableau électrique secondaire doit être menée avec soin et en conformité avec les normes en vigueur (NF C 15-100). Voici un guide en plusieurs étapes pour effectuer cette installation correctement.

Étape 1 : trouver le bon emplacement du tableau divisionnaire

  • Éviter les pièces humides (comme les salles de bain) et les sources de chaleur
  • Choisir une pièce sèche et accessible (comme l’entrée du logement ou un couloir)
  • Réduire la distance entre le tableau principal et le tableau secondaire pour minimiser la longueur du câble d’alimentation
  • Respecter la hauteur de fixation entre 1 m et 1,80 m du sol fini, et assurer l’accessibilité des interrupteurs différentiels et disjoncteurs

Étape 2 : choisir la bonne section de fils d’alimentation électrique

  • Utiliser des fils spécifiques et des disjoncteurs à l’ampérage adapté (généralement 16 mm² pour la connexion entre les deux tableaux)
  • Prendre en compte les fils de phase, neutre, et de terre, et utiliser des embouts à collerette isolante pour renforcer la connexion

Étape 3 : protéger les personnes des risques électriques

  • Répartir les circuits électriques sous la coupe d’un interrupteur différentiel pour protéger contre les différences de tension
  • Respecter la norme NF C 15-100 pour le nombre et le type d’interrupteurs différentiels (au moins 2 différentiels, dont un de type A)
  • Calculer l’intensité avec précision et maintenir une réserve minimale de 20 % sur chaque rangée des tableaux divisionnaires

Étape 4 : sécuriser les circuits du deuxième tableau électrique

  • Adapter l’ampérage selon les besoins spécifiques de chaque circuit (éclairage, prises de courant, chauffage électrique, etc.).
  • Respecter la norme NF C 15-100 pour la protection des circuits, par exemple : 16A pour les circuits d’éclairage, 16A ou 20A pour les circuits des prises de courant, 20A pour 4 500 W pour les circuits de chauffage électrique

Les normes pour l’installation d’un tableau secondaire sont exactement les mêmes que pour l’installation du tableau principal. En cas de doute ou de difficulté, faire appel à un électricien professionnel est vivement recommandé pour assurer une installation sûre et conforme.

Choisir l'entreprise pour les travaux électriques

Lorsqu’il s’agit de sélectionner une entreprise pour réaliser des travaux électriques, plusieurs critères doivent être pris en compte pour garantir la qualité et la sécurité. Voici un guide pour vous aider dans ce processus.

Demander conseil

Renseignez-vous auprès de vos amis, de votre famille et de vos collègues de travail qui ont déjà fait réaliser des travaux d’électricité. Leur expérience avec un professionnel fiable pourrait vous guider vers le bon choix.

Évaluer les devis proposés

Contactez différents électriciens et comparez leurs devis. Examinez les informations telles que le numéro d’identification de l’entreprise, les dates des travaux, le détail des prestations, et le montant total HT et TTC. Méfiez-vous des prix trop bas, signe potentiel de mauvaise qualité.

Vérifier les références et certifications

Recherchez des références et labels qualité comme QualifElec, et assurez-vous que l’électricien utilise du matériel certifié conforme à la Norme Française ou un équivalent européen.

S'assurer de la conformité aux normes

Les travaux d’installation électrique doivent être en accord avec la norme NF C 15-100. Un électricien qualifié devrait discuter avec vous de la conformité des travaux et être disposé à répondre à vos questions.

Examiner les assurances obligatoires

Un professionnel responsable dispose d’une assurance décennale. Cette garantie vous protège des défauts qui pourraient apparaître après la fin des travaux. N’hésitez pas à demander une copie de l’assurance à l’électricien.

Focus sur les raccordements spécifiques

Dans le contexte actuel de transition énergétique, de nouveaux usages électriques se font jour, nécessitant des raccordements spécifiques et des réflexions approfondies sur l’intégration de ces technologies dans nos habitats. 

Deux exemples notables de ces évolutions sont l’installation de panneaux photovoltaïques et la mise en place de bornes de recharge pour véhicules électriques. Ces technologies apportent des avantages significatifs en termes d’efficacité énergétique et de réduction de l’empreinte carbone. Elles requièrent également une planification et une installation expertes pour garantir leur fonctionnement optimal.

Passez à l'électricité verte et française

Un véritable impact positif, en 5 minutes et sans coupure.

Je fais une estimation

Rénovation du système électrique avec ajout de panneaux photovoltaïques

L’installation de panneaux solaires représente une opportunité de bénéficier d’une énergie propre et renouvelable, générée directement à votre domicile. Ces panneaux vous permettent de disposer de votre propre source d’électricité. Leur installation doit être confiée à des professionnels qualifiés qui maîtrisent les différentes normes de dimensionnement et de raccordement.

Choisir des professionnels qualifiés

Choisissez plusieurs entreprises ayant la certification RGE QualiPV ou Qualisol, qui valide non seulement leur aptitude à réaliser les travaux, mais assure aussi leur qualité. Cette certification est cruciale pour obtenir des aides financières, spécifiquement pour les panneaux thermiques ou hybrides.

Pour les panneaux photovoltaïques, vous pouvez bénéficier du contrat de rachat par EDF et de la prime à l’autoconsommation. Enfin, les équipements solaires doivent se conformer aux normes NF-CEI 61646 et NF-CEI 61215.

Comparer les différentes propositions

Chaque entreprise devra vous fournir un devis détaillé, incluant des informations essentielles telles que le nombre de panneaux à installer, leurs caractéristiques, leur puissance, le raccordement et les coûts de main-d’œuvre. Il est recommandé de comparer au moins trois devis, en gardant à l’esprit qu’une estimation précise nécessite une visite sur site.

Prenez également le temps de vérifier les garanties proposées par les professionnels. Les panneaux solaires doivent être garantis 25 ans et les autres pièces de l’installation (onduleur, régulateur et éventuellement batterie) 5 ans.

Normes d'installation des panneaux solaires

Le professionnel choisi réalise l’installation solaire : elle comprend les panneaux photovoltaïques, mais également un régulateur et un onduleur. Ils permettent de transformer le courant continu généré par les panneaux en courant alternatif.

Les panneaux photovoltaïques peuvent être raccordés au réseau public. Cela vous permet de vendre le surplus d’électricité non consommée via un contrat de rachat.

La conformité de l’installation photovoltaïque est régie par le guide UTE C15-712-1. Voici les principales prescriptions techniques :

  • Le circuit en courant continu doit être en classe d’isolation II
  • L’installation doit être mise à la terre
  • Dispositifs de protection : fusible pour le circuit à courant continu, interrupteur différentiel et disjoncteur pour le circuit à courant alternatif, parafoudre pour les deux circuits
  • Dispositifs de sectionnement : prévus par onduleur côté courant alternatif et courant continu
  • Dispositif de découplage automatique des onduleurs
  • La section des câbles doit être déterminée suivant les normes pour la chute de tension : 3 % admissible et 1 % recommandé

Installer une borne de recharge pour voiture électrique

Avec la montée en puissance des véhicules électriques, l’installation d’une borne de recharge à domicile est devenue une préoccupation courante pour de nombreux propriétaires. Bien plus pratique et rapide que la recharge sur une prise classique, la borne, souvent appelée “Wallbox“, offre une solution adaptée aux besoins des conducteurs de voitures électriques. L’installation nécessite cependant une approche réfléchie, et le respect de certaines normes est essentiel pour garantir une utilisation sécurisée. 

Choisir des professionnels qualifiés

Lors de l’installation d’une Wallbox, le choix d’un installateur compétent est crucial. Il ne s’agit pas d’une simple installation électrique : la borne de recharge gère une importante quantité d’électricité, et un montage inapproprié peut présenter un risque tant pour votre maison que pour ses occupants. Par conséquent, confier cette tâche à un expert spécialisé garantit la sécurité et la conformité de votre installation.

Un installateur qualifié ne se limite pas à installer la borne : il veille également à ce que votre installation respecte l’ensemble des normes actuelles. Pour les Wallbox dépassant une puissance de 3,7 kW, ce professionnel vous fournira un certificat de conformité. Cette certification, émise par un électricien IRVE, valide la fiabilité de l’installation. Elle est essentielle pour des demandes d’indemnisation auprès de votre assurance, en cas de dommage sur votre véhicule ou votre installation électrique.

Comparer les différentes propositions

Pour bien choisir votre installateur de Wallbox, vous devez :

  • Obtenir plusieurs devis : chaque professionnel consulté devrait fournir un devis détaillant le type de Wallbox, le raccordement prévu et les coûts associés. Il est recommandé d’analyser au moins trois propositions pour un choix éclairé

  • Vérifier les garanties : assurez-vous que les professionnels offrent des garanties robustes sur l’équipement installé

  • Évaluer la qualification de l’électricien : mention de la certification IRVE

  • Opter pour une approche globale : les meilleurs installateurs vous guideront aussi bien dans le choix de la Wallbox que dans son installation

Normes d'installation d'une Wallbox

La sécurité et la conformité d’une installation de Wallbox reposent sur des normes strictes. Voici les points essentiels à considérer lors de l’installation :

  • Respect de la norme NF C 15-100 : elle impose, entre autres, un disjoncteur et un interrupteur différentiel dédiés au circuit d’alimentation de la borne.

  • Choix du câblage : la section et le type de câble à utiliser dépendent de plusieurs critères comme la norme, la puissance de la borne, la distance du départ du tableau électrique à la borne, et le mode de pose du câble. Un câble couramment utilisé est du type R2V-xGy, en cuivre, avec x représentant le nombre de fils et y, leur section.

  • Protections électriques : le choix du disjoncteur dépend de la puissance de la borne et de son branchement (monophasé ou triphasé). De plus, le choix du différentiel est essentiel pour prévenir les courants de fuite et doit être adapté à la borne. Une bobine MNx est recommandée pour certains véhicules et contribue à l’obtention du label Z.E. Ready.

Questions fréquemment posées

Quel ampérage pour un tableau électrique ?

Le tableau électrique comprend des disjoncteurs qui protègent les circuits électriques des courts-circuits ou des surintensités. Ils doivent être choisis suivant le type de circuit à protéger : 16A pour les circuits d’éclairage, 16A ou 20A pour les circuits de prises de courant, 20A pour les appareils électroménagers spécifiques comme le lave-vaisselle, le four ou le lave-linge (un appareil par circuit), 20A pour les circuits de chauffage électrique (4 500 W maximum par circuit), 32A pour le circuit des plaques de cuisson.

Quelle puissance globale pour un compteur électrique ?

La puissance globale d’un compteur électrique est mesurée en kilovoltampères (kVA) et varie selon les besoins de chaque foyer. Les contrats résidentiels standards proposent des puissances de 6 kVA, 9 kVA ou 12 kVA, adaptées respectivement aux petits logements, maisons de taille moyenne et grandes maisons. Il faut également considérer la présence d’appareils électriques gourmands en énergie, comme une borne de recharge pour véhicule électrique.

Quel logiciel gratuit pour réaliser un schéma électrique ?

Il existe de nombreux logiciels gratuits permettant de réaliser facilement un schéma électrique. Parmi les plus connus, on peut citer ProfiCAD, QElectroTech ou KiCad. Accessible à un niveau débutant, ProfiCAD est la solution la plus populaire pour les particuliers.

Quelles sont les normes électriques pour une maison ?

Dans une habitation individuelle, la norme électrique à respecter est la NFC 15-100, qui se décline en plusieurs sous-parties. Cette norme est régulièrement mise à jour pour tenir compte des avancées technologiques et des nouvelles normes de sécurité. Elle concerne l’ensemble de votre installation électrique, qu’il s’agisse de l’éclairage ou des prises de courant.

Quelles sont les nouvelles normes électriques ?

En France, il y a trois principales normes électriques. La première et la plus essentielle est la NF C 15-100, applicable aux logements et aux bureaux. Ensuite, il y a la NF C 14-100, utilisée exclusivement par les techniciens d’Enedis pour les raccordements électriques. Enfin, la norme NF C 16-600 est réservée aux diagnostics électriques.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *