Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors

Les EPR en France : à quoi s’attendre ?

Envie de mieux consommer, passez à l’énergie verte

L’EPR ou European Pressurized Reactor (réacteur pressurisé européen en français) est un type de réacteur nucléaire mis au point en 1990. Il fonctionne grâce au phénomène de la fission nucléaire de l’uranium ou du plutonium. Cette réaction produit de la chaleur, laquelle sert à réchauffer de l’eau, et ce réchauffement va produire de la vapeur. Le générateur de vapeur de l’EPR permet d’actionner les turbines d’un générateur, transformant l’énergie calorifique en électricité.

Bien que la France soit l’un des co-concepteurs avec l’Allemagne, aucun EPR n’est encore mis en service dans l’un des deux pays. Ce type de réacteur est extrêmement sécurisé afin d’éviter les cas d’accidents comme la catastrophe de Tchernobyl, en 1986. Une construction de l’EPR 2 est attendue vers mi-2027 à Penly, en Normandie, selon le président Emmanuel Macron. Mais qu’est-ce que réellement un EPR ? Comment fonctionne-t-il ? Quels sont ses avantages et ses inconvénients ?

Qu'est-ce que ça veut dire EPR ?

EPR est l’acronyme pour European Pressurized Reactor. Fruit d’une collaboration entre l’Allemagne et la France en 1990, il est actuellement le réacteur nucléaire le plus puissant au monde.

Quelle est la définition de l'EPR ? 

L’EPR est un réacteur de troisième génération qui fonctionne grâce au phénomène de la fission nucléaire. Il peut atteindre une puissance de 1 660 MW. Il est une nouvelle mouture des REP (ou réacteurs à eau sous pression de deuxième génération), dont il s’avère être plus efficace et mieux sécurisé. Il faut aussi rappeler que la fission est un phénomène où le noyau instable du plutonium ou de l’uranium se divise en plusieurs noyaux. Il en résulte une très grande quantité d’énergie qui doit être bien maîtrisée pour éviter les accidents.

Comment fonctionne l'EPR ? 

L’EPR fonctionne grâce à la fission, plus précisément à la fission du noyau d’un combustible comme l’uranium ou le plutonium. Ce phénomène va alors produire une énergie qui va chauffer de l’eau pressurisée dans le générateur de vapeur. Celui-ci comprend trois circuits :

  • Le circuit primaire : la chaleur émise par le cœur du réacteur est transportée par l’eau dans un circuit fermé et conduite vers une surface d’échange.
  • Le circuit secondaire : l’eau provenant du circuit primaire est transformée en vapeur.
  • Le circuit tertiaire : c’est ici qu’a lieu la production d’électricité grâce au système de refroidissement. La vapeur obtenue alimente des turbines. De l’électricité est ainsi produite.

De la vapeur sort de la centrale nucléaire, celle-ci a la même texture que la fumée. Il s’agit en fait de gouttelettes d’eau. À noter que cette fumée n’est pas radioactive.

Quels sont les avantages de l'EPR ?

L’EPR a été conçu pour plusieurs raisons, notamment dans le but d’améliorer la sécurité du fonctionnement d’un réacteur, mais aussi pour une meilleure rentabilité économique des centrales nucléaires. 

Il présente ainsi plusieurs avantages :

  • L’efficacité énergétique. En effet, l’EPR remplace les anciens réacteurs de deuxième génération moins performants. Il contribue à l’autonomie énergétique de la France et de plusieurs autres pays, comme la Chine.
  • La longévité. L’EPR est censé disposer d’une durée de vie de 60 ans, ce qui le rend utilisable sur le long terme afin de produire efficacement de l’électricité.
  • Une sécurité améliorée. Comme l’exige l’ASN (Autorité de Sûreté Nucléaire), les EPR intègrent des avancées technologiques visant à améliorer la sécurité nucléaire.

Quels sont les inconvénients des centrales EPR ?

Bien que l’EPR soit durable et avantageux sous de nombreux aspects, ce type de réacteur présente tout de même certains inconvénients, à savoir :

  • La dépendance à des ressources limitées. En effet, l’uranium utilisé lors de la fission n’est pas un combustible renouvelable. Il fait partie de la catégorie des énergies de stock, car une fois épuisé, il ne se régénère plus.
  • Les coûts élevés. Les EPR étant des constructions à la fois complexes et techniques, les coûts de construction sont par conséquent considérables.
  • Les risques d’accidents nucléaires. Bien que l’EPR comporte des systèmes de sécurité améliorés, les risques d’accidents ne sont jamais nuls. 
  • Les déchets radioactifs. Un EPR en produit quatre types : TFA (de très faible activité), FMA-VC (de faible et moyenne activité, à vie courte), MA-VL (de moyenne activité à vie longue), et HA (de haute activité).

Pourquoi l'EPR doit-il être hautement sécurisé ? 

Comme pour tout réacteur nucléaire, des accidents peuvent survenir en cas de défaillance (perte de refroidissement) ou de catastrophes imprévues telles qu’un tremblement de terre, une inondation, etc. Si ces événements se produisent, l’EPR doit être capable d’y résister afin de limiter les conséquences potentielles sur les personnes et l’environnement. 

Par ailleurs, comme l’EPR produit des déchets radioactifs, il est vital que ce type de réacteur soit équipé d’un système de sécurité élevé pour éviter toute contamination accidentelle. Pour ces raisons, la sécurité est au centre même de la conception de l’EPR. 

Selon l’Institut de radioprotection et de sûreté, mais aussi l’ASN, un EPR sécurisé doit disposer des éléments suivants :

  • Une enveloppe de confinement en béton afin d’anticiper les cas d’accidents, que ce soit sur le plan interne ou externe, les explosions, les intempéries, et même les crashs d’avion.

  • De multiples systèmes de refroidissement qui ont pour rôle de refroidir la vapeur afin de produire de l’électricité.
  • Des systèmes de sécurité variés pour lutter contre les agressions externes.

Tous les scénarios possibles doivent être anticipés dans le but de garantir la sécurité des réacteurs nucléaires.

Y a-t-il des EPR en France ? 

Pour le moment, aucun EPR n’est mis en service en France. La centrale EPR de Flamanville (en Normandie) est encore en phase de construction. Son ouverture est prévue pour mi-2024, après une dizaine d’années de retard. Il est à noter que cette centrale est le fruit des dernières avancées en matière de sécurité et de prouesse technique. Autrement dit, les impacts sur l’environnement seront réduits au maximum. Hormis le réacteur EPR en cours de construction, la centrale de Flamanville comporte déjà 2 réacteurs de deuxième génération (REP) fonctionnels, avec une puissance de 1300 MW.

Quel est le coût des nouveaux EPR 2 ?

Selon les dernières estimations, les nouveaux EPR 2 (six réacteurs au total) vont coûter environ 51,7 milliards d’euros. Ce montant sera réparti entre les études de construction et de conception de l’EPR. Un budget additionnel de 4,6 milliards d’euros pourrait s’y ajouter en cas de complications. Selon le président de la République, la France compte construire six réacteurs nucléaires EPR 2 jusqu’en 2050. Ceci entre dans le cadre de la nouvelle politique énergétique du pays.

Passez à l'électricité verte et au gaz bio français

Un véritable impact positif, en 5 minutes et sans coupure.

Je fais une estimation

Questions fréquemment posées

Que signifie EPR dans le nucléaire ?

L’EPR dans le nucléaire, qui a été inventé en 1990 suite à une collaboration entre la France et l’Allemagne, signifie European Pressurized Reactor. Il fonctionne grâce au phénomène de la fission du noyau de l’uranium ou du plutonium. Il dispose également d’un générateur de vapeur à trois circuits qui produit de l’électricité.

L'EPR peut produire combien de GW (gigawattheure) ?

L’EPR peut produire une puissance de 1,6 GW, soit 1660 MW (Mégawatt), ce qui en fait le réacteur le plus puissant au monde. À titre d’exemple, l’EPR de Flamanville fournit une puissance de 1600 MW. Quant au REP, sa puissance varie entre 900 MW et 1450 MW. 

Quels sont les inconvénients de ce réacteur nucléaire ? 

Tout d’abord, la source de ce réacteur est une matière épuisable, et sa production est polluante. Il produit aussi des déchets nucléaires. En effet, l’EPR fonctionne grâce à la fission, qui est à l’origine de déchets radioactifs nocifs pour l’environnement et la santé. La construction de l’EPR coûte également relativement cher (entre 3 à 13 milliards d’euros) en ce qui concerne le renforcement de la sécurité des centrales nucléaires et l’anticipation d’éventuels problèmes pouvant survenir (fuite, explosion, erreur de pilotage, etc). Enfin, sa construction prend également beaucoup de temps, environ une dizaine d’années. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *