Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors

Le prix du Mégawatt d’électricité en France 

Envie de mieux consommer, passez à l’énergie verte

Les Français ont connu une forte hausse des tarifs de l’énergie ces dernières années. Mais qu’en est-il exactement du prix du mégawatt heure (MWh) d’électricité en France ? Dans cet article, après avoir abordé les grands principes qui régissent le marché de l’électricité, nous examinerons son évolution et les raisons de ses fluctuations.

C'est quoi 1 megawatt ?

Le mégawatt (MW) est une unité de puissance qui désigne la capacité de production d’une installation électrique (ferme éolienne, panneau solaire, centrale nucléaire, …)

Le mégawattheure (MWh) correspond à la quantité d’énergie produite en une heure par un mégawatt.

Quel est le prix de 1 MWh en 2024 ?

Le prix du MWh fluctue et ce, chaque jour voire chaque heure. Si on se réfère aux données de marché de gros émises par RTE, mises à jour quotidiennement, le prix d’1MWh était au 1 janvier 2024 aux alentours de 55€, tandis qu’il était aux alentours de 95€ au 30 janvier 2024. 

Comment fonctionne le marché de l’électricité en France ?

Avant d’être proposée aux particuliers et aux entreprises sur le marché de détail, l’électricité est vendue et achetée sur le marché de gros négocié au niveau européen. Membre de l’Union européenne et de la Communauté de l’énergie, la France participe de fait aux échanges d’électricité transfrontaliers et à la création d’un marché européen de l’électricité.

Un marché français intégré dans un marché européen de l’électricité

Ces interconnexions permettent des échanges d’électricité transfrontaliers entre la France et ses pays limitrophes et particulièrement l’Allemagne.

La France peut ainsi importer de l’électricité lorsque la demande est élevée ou les prix sont plus bas sur les marchés voisins, et exporter de l’électricité lorsque sa production est excédentaire. Ces échanges contribuent à l’équilibrage des systèmes électriques nationaux et à l’optimisation des ressources.

Selon RTE, en 2020, la France a importé 34,6 TWh et a exporté 77,8 TWh. En 2022 (p17 du PDF), les chiffres sont moins en faveur de la France : elle a importé 57 TWH quand elle en exportait 40,5 TWh. C’est la première fois depuis 1980 qu’elle est importatrice nette d’électricité

Bourse de l'électricité

En France, le marché du gros de l’électricité est organisé par la Bourse européenne de l’électricité (EPEX SPOT). Il s’agit d’une plateforme où les producteurs et les acheteurs d’électricité peuvent négocier des contrats d’échange d’électricité à court terme. Cette bourse est interconnectée avec d’autres bourses de l’électricité européenne, favorisant ainsi les transactions transfrontalières.

Politiques énergétiques communes 

La France et les autres pays de l’UE partagent des objectifs communs en matière de politique énergétique, tels que la transition vers des sources d’énergie renouvelables, la réduction des émissions de gaz à effet de serre et l’amélioration de l’efficacité énergétique

Quelle différence entre le marché de gros et le marché de détail de l’électricité ?

Le marché de gros

Le marché de gros de l’électricité tient une place centrale dans le fonctionnement du système électrique français : il permet en effet d’assurer l’équilibre entre l’offre (partie amont) et la demande (partie aval) d’électricité. 

En amont, l’électricité injectée sur le réseau provient à 95 % environ des centrales de production et pour le restant des importations en provenance d’autres pays européens.

En aval, l’électricité est soutirée du réseau pour plus de 75 % pour la consommation finale et pour les exportations.

Les acteurs du marché de gros

3 acteurs principaux : 

  • Les producteurs d’électricité, qui vendent l’électricité produite dans leurs centrales électriques
  • Les fournisseurs d’énergie, qui achètent de l’électricité pour la revendre aux consommateurs finaux (particuliers et entreprises)
  • Les négociants, qui jouent le rôle d’intermédiaire entre les producteurs et les fournisseurs

Les contrats à (long) terme 

Par ce contrat, le producteur d’électricité (généralement à partir d’énergie renouvelable), s’engage à fournir une quantité déterminée d’électricité sur une période de temps définie. 

L’acheteur peut être une entreprise, une industrie, une municipalité, un distributeur d’électricité ou toute autre entité ayant besoin d’énergie pour ses activités.

Les avantages  :

  • Un prix fixe de l’électricité sur la durée du contrat
  • Le soutien des énergies renouvelables : ils permettent aux producteurs une visibilité financière et les incitent à investir dans de nouveaux projets d’énergies vertes.
  • La réduction de l’empreinte carbone par l’utilisation d’une source d’énergie plus propre.

Les contrats à courts termes ou le marché spot

Ces contrats permettent d’ajuster les contrats à long terme au plus près de la livraison d’électricité. L’électricité peut se vendre de la veille pour le lendemain (day-ahead), ou en infra-journalier (intraday).

Des enchères par pays interconnectés avec les autres ont ainsi lieu chaque midi pour les 24 heures du jour suivant, puis un marché continu boursier est organisé de 15 heures à 5 minutes avant les livraisons pour les adapter au plus près de la consommation.

Les prix de ce marché à court terme sont soumis à une très forte volatilité et fluctuent en fonction :

  • des conditions climatiques : vague de froid, manque de vent…
  • d’évènements imprévisibles comme une panne de centrale 
  • de la capacité d’interconnexion avec les autres pays

Le marché de détail

Depuis l’ouverture à la concurrence des marchés français de l’électricité en 2007, les consommateurs peuvent choisir librement leur fournisseurs d’énergie et choisir entre deux types d’offres : 

  • les offres de marché dont les prix sont fixés librement par les fournisseurs
  • les tarifs réglementés de vente fixés par les pouvoirs publics et proposés par les fournisseurs historiques

Quel est le lien entre le prix de gros et le prix payé par les consommateurs ?

Le prix des marchés de gros ne compte que pour une part du prix payé par le consommateur. Le prix de détail comprend :

  • des coûts identiques supportés par tous les fournisseurs, tel l’accès aux réseaux (dont les tarifs sont fixés par la Commission de Régulation de l’Energie) ;
  • des coûts variables selon le fournisseur : coût de production ou d’approvisionnement en électricité, coûts commerciaux, marge ou rémunération retenue par le fournisseur. C’est l’optimisation de ces coûts qui permet au fournisseur de différencier le prix de son offre.
  • des taxes

Malgré une forte hausse, le prix de détail de l’électricité en France est un des plus bas d’Europe.

Pourquoi l'électricité a augmenté en 2022 en France ?

Deux raisons principales, conjoncturelles et techniques, expliquent la flambée des prix de l’énergie en 2022 :

  • L’augmentation du prix du gaz associé au principe du coût marginal de production
  • La faible production du parc nucléaire, en retard de maintenance suite au Covid

Le principe du coût « marginal » de production

Eolien, solaire, hydraulique, nucléaire, charbon ou gaz… il existe plusieurs moyens de produire de l’électricité. Le principe du coût marginal veut que le prix de l’électricité est déterminé par le coût de la dernière centrale utilisée pour satisfaire la demande.

Or, le coût du dernier mégawatt-heure (MWh) produit varie en fonction de la source d’énergie utilisée. Il est faible pour les énergies renouvelables, moyen pour le nucléaire et élevé pour les énergies fossiles, (notamment lorsque le prix des combustibles est élevé, comme c’est le cas actuellement).

Lorsque la demande d’électricité est faible, les énergies renouvelables et éventuellement la production nucléaire sont suffisantes, ce qui entraîne un prix bas. Mais lorsque la demande est plus élevée, il est nécessaire de mettre en service des centrales thermiques … et donc d’utiliser les centrales de gaz. Mais comme le prix du gaz a augmenté suite à la guerre en Ukraine, l’effet domino veut que le prix de l’électricité a également suivi la même trajectoire. 

La faible production du parc nucléaire 

Seuls 24 des 56 six réacteurs nucléaires d’EDF fonctionnaient.

Les raisons

  • De nombreux réacteurs nucléaires étaient à l’arrêt à cause du problème de corrosion mais aussi d’arrêts de maintenance prévus initialement pendant la crise Covid et donc reprogrammés.
  • Les conditions météorologiques : la sécheresse affectait les cours d’eau utilisés pour le refroidissement des réacteurs –obligée de se fournir, elle aussi, sur le marché européen de l’électricité, contribuant à la tension des prix.

Ajoutons une 3ème cause : La reprise économique et industrielle. La demande, liée à la sortie de la crise économique due au Covid-19, tire les prix à la hausse depuis la fin de 2021.

Perspectives 2023 - 2024 sur le prix du mégawatt heure

Une baisse des prix sur les cours de l'électricité....

La demande a connu une diminution d’environ 10%, ce qui explique en partie la baisse des prix. Cette réduction de la demande est le résultat :

  • De l’appel à la sobriété énergétique, qui a porté ses fruits. Les ménages et les entreprises ont été plus vigilants quant à leur consommation. Cependant, il convient de mentionner la sobriété forcée de certaines entreprises qui ont dû cesser leur production pour économiser de l’électricité, entraînant parfois leur faillite.
  • Des températures exceptionnellement douces de l’hiver 
  • D’une remise aux opérations de certaines centrales nucléaires

...mais une électricité qui reste chère

Même si l’on constate des corrections à la baisse assez importantes ces derniers mois, les prix de l’électricité risquent de rester sous tension encore en 2023, voire jusqu’en 2024. La hausse des prix de 10% du mois d’août vient confirmer cette tendance. La principale cause de cette hausse est maîtrisée, puisqu’il s’agit pour le Gouvernement de mettre fin progressivement au bouclier tarifaire.

Même si l’on constate des corrections à la baisse assez importantes ces derniers mois, les prix de l’électricité risquent de rester sous tension encore en 2023, voire jusqu’en 2024. La hausse des prix de 10% du mois d’août vient confirmer cette tendance. La principale cause de cette hausse est maîtrisée, puisqu’il s’agit pour le Gouvernement de mettre fin progressivement au bouclier tarifaire.

Sources

  • https://www.ecologie.gouv.fr/commercialisation-lelectricite
  • https://www.lesechos.fr/industrie-services/energie-environnement/energie-comment-est-fixe-le-prix-de-lelectricite-en-4-questions-1784515
  • https://www.connaissancedesenergies.org/tribune-actualite-energies/prix-de-lelectricite-en-europe-comment-reduire-la-pression
  • https://www.connaissancedesenergies.org/tribune-actualite-energies/prix-de-lelectricite-en-europe-comment-reduire-la-pression

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *