Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors

Comment identifier et nettoyer les champignons muraux ?

Envie de mieux consommer, passez à l’énergie verte

Bête noire des propriétaires, les champignons muraux sont un problème répandu dans les maisons et les bâtiments. S’ils sont plutôt faciles à repérer, les identifier et les traiter est une affaire plus complexe. 

Parmi les champignons muraux les plus connus et les plus fréquents, on trouve le salpêtre et la mérule. Ces moisissures se développent dans les murs humides ou exposés à l’humidité. Comment les distinguer ? Et comment en venir à bout ? Voici ce qu’il faut savoir.

Moisissures ou champignons ? 

Il est commun de penser que moisissures et champignons sont distincts. Or, la moisissure est un type de champignon à part entière. Elle prolifère sur les murs et plafonds à l’instar des autres champignons. Tout comme le salpêtre, la cause de l’apparition de la moisissure est l’humidité. 

Salpêtre, moisissure, mérule, autant de champignons muraux qui peuvent endommager durablement le bâtiment. Certains champignons grignotent les surfaces qu’ils occupent. Le salpêtre et la mérule, par exemple, détruisent le bois et le plâtre. Il est donc indispensable d’agir rapidement.

Les remontées capillaires

Les champignons muraux apparaissent généralement sur les murs par remontées capillaires. Ils sont liés à des problèmes d’humidité. La mérule se développe dans les zones où le bois possède une humidité supérieure à 20 %.

Le salpêtre, quant à lui, est aussi nommé “sel de pierre”, car il se développe sur les murs dont l’humidité est supérieure à 65 %. L’humidité provoquée par les remontées capillaires s’évapore au contact de l’air, c’est pourquoi on le retrouve le plus souvent en bas des murs. Les moisissures apparaissent souvent dans les lieux humides et mal ventilés comme les pièces d’eau.

Moisissures blanches sur les murs : champignons ou efflorescences ? 

Attention, il ne faut pas confondre champignons muraux et efflorescences ! Les efflorescences, aussi appelées “traces blanches” peuvent être un symptôme de la présence de salpêtre. Mais il est possible d’observer des efflorescences sans qu’il n’y ait du salpêtre. Elles se forment principalement à cause de la migration de sels solubles, dissous par l’eau, dans la maçonnerie. L’eau est chargée de différents sels solubles comme les nitrates, les sulfates, en particulier le sulfate de sodium.

Les traces blanches peuvent donc être la cause de la présence de sels minéraux dans les murs ou des remontées capillaires. Elles doivent faire l’objet d’une attention toute particulière.

Mérule sur les murs : que faire ?

Exemple d'une mérule naissante dans un coin de mur.
Par Verber31 (d · contributions) — Travail personnel, CC BY 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=8458705

Les premiers signes d'apparition de la mérule

Considéré comme le destructeur le plus dommageable pour les matériaux des habitations, la mérule doit être traitée rapidement. La difficulté est que la mérule se cache derrière les plâtres ou les lambris et peut rester en sommeil pendant de nombreuses années. Il n’est donc pas aisé de détecter la mérule.

L’un des indices est la présence d’humidité dans le bois. La mérule n’aime pas la lumière. Elle se développe dans les espaces mal ventilés ayant un taux d’humidité compris entre 20 et 23 % et une température autour de 20 °C.

Plâtre, bois, poutres ... Où s'installe la mérule ?

La mérule se cache souvent dans les caves ou dans le bois (planchers, charpentes, chambranles, escalier en bois, meubles.). Il faut donc chercher le mérule dans les éléments en bois de votre habitation. Elle prend l’aspect de pourriture cubique qui s’attaque au bois.

Il existe une seule solution pour confirmer la présence de mérule : réaliser des prélèvements de matériaux et les faire analyser en laboratoire. Il s’agit de la seule méthode efficace pour détecter la présence de spores de la mérule. Pour réaliser ce diagnostic, vous devez faire appel à une entreprise spécialisée dans le traitement des champignons.

Pour venir à bout de ce parasite, deux traitements sont possibles :

  • Le traitement chimique classique
  • Le traitement par air chaud

Où se situent les zones à risque mérule en France ?

Environ une dizaine de départements sont concernés par un arrêté préfectoral informant d’un risque de présence de mérule. Dans ces zones, les propriétaires de biens immobiliers doivent redoubler de vigilance. Parmi les départements concernés, on peut citer l’Aisne et le Puy-de-Dôme, les Hauts-de-France ou encore la Bretagne.

Zones à risques mérules
La mérule en France, en 2013, en pourcentage de communes touchées par département17. Rouge : 50 à 100%, Orange : 25 à 50%, Or : 5 à 25%, Jaune : 0.5 à 5%, Gris : 0 à 0.5%, Blanc : inconnu. - Par Littlejazzman — Travail personnel, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=26954612

À savoir :  dans le cadre de la vente d’un logement, le propriétaire doit obligatoirement fournir l’information relative à la présence ou absence de mérule dans la ville. En zone contaminée, il est recommandé d’établir un diagnostic mérule. Ce dernier, malgré son nom, ne se limite pas à la mérule, mais dresse un état parasitaire au spectre très large. Il s’agit donc d’u bon moyen de se protéger d’un vice caché avant d’acheter le bien concerné.

Présence de salpêtre dans la maison  : que faire ?

Exemple de salpêtre sur un mur extérieur
Par Abujoy — Travail personnel, CC BY-SA 2.5, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=5275089

Comment savoir si c'est du salpêtre ?

Contrairement à la mérule, le salpêtre ne se développe pas uniquement sur le bois. Il peut être présent sur tous les matériaux, notamment les plâtres, la brique et les enduits. Il est parfois difficile de le repérer, notamment sur les surfaces blanches.

Généralement, le “sel de pierre” s’installe dans les pièces d’eau : cuisine, salle de bain, cave, fosse septique. Si les peintures et les papiers peints se décollent ou cloquent, il est possible que le mur soit infecté par le “sel de pierre”. L’avis et le diagnostic d’un professionnel sont indispensables pour l’identifier. 

Quels sont les dangers du salpêtre ?

Pour rappel, le salpêtre n’est pas un champignon, car il provient  des sels minéraux contenus dans le murs anciens et humides. Ce dépôt prolifère et attaque le bâti. Il dégrade la pierre, participe à la pourriture du bois. Le “sel de pierre” s’invite jusque dans les fondations du logement. Il faut donc intervenir dès son identification.

Comment éliminer le salpêtre sur un mur intérieur ?

Pour retirer le salpêtre, il est conseillé de : 

  1. Brosser le mur.
  2. Le nettoyer avec du savon de Marseille et de l’eau chaude.
  3. Rincer et brosser une nouvelle fois s’il reste du résidu.
  4. Appliquer un produit “anti-salpêtre”.

Comment distinguer le salpêtre de la mérule ?

Bien qu’ils soient issus de problèmes d’humidité, chacun de ces “indésirables” possède des caractéristiques propres permettant de les identifier.

 MéruleSalpêtre
Type de parasiteChampignonDépôt de sels minéraux
Apparence

La couleur change en fonction de la lumière :

brun-orange dans une pièce lumineuse et blanc-gris dans une pièce sombre

Cristaux blanchâtres en forme d’aiguilles
Aspect Filandreux ou cotonneuxTexture poudreuse
OdeurOdeur très forte qui rappelle la pourritureOdeur de renfermé

Tous les champignons sur les murs sont-ils dangereux ? 

Côté santé, tous les champignons ne présentent pas un danger pour les habitants du logement infesté.

  • La mérule, par exemple, ne contient pas de composant chimique pathogène pouvant causer des problèmes de santé grave. En revanche, des études scientifiques ont démontré que la présence du champignon pouvait entraîner des bronchites répétées sur les personnes asthmatiques et de l’asthme chez les enfants.
  • Le salpêtre et les moisissures sont, quant à eux, nocifs pour la santé. Le salpêtre est la cause de nombreux problèmes respiratoires et de toux. Les moisissures, bien qu’elles semblent inoffensives, libèrent des spores qui sont dangereuses pour les poumons. Non-traitée, la moisissure peut donc être à l’origine d’allergies, de maladies respiratoires, d’infections pulmonaires, d’asthme et de toux.

Les traitements contre les champignons

Il existe des traitements efficaces pour se débarrasser des champignons muraux. Avant d’appliquer un produit sur une zone infestée, faites appel à un professionnel pour confirmer le diagnostic. Il est possible que des travaux plus importants soient à prévoir, notamment si votre maison a été construite avant les années 60 et ne dispose pas d’arase sanitaire. 


La moisissure est un des champignons les plus faciles à traiter. Il existe diverses solutions naturelles et moins naturelles. Parmi les traitements efficaces et respectueux de l’environnement, on peut citer le vinaigre blanc et le bicarbonate de soude. L’eau de javel et l’ammoniaque sont également des produits permettant de retirer les moisissures.

Afin de prévenir l’apparition de salpêtre, vérifiez l’isolation des fondations de votre logement et veillez à la bonne ventilation des pièces pour éviter les problèmes d’humidité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *