Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors

Heures creuses d’un contrat d’électricité : principe, avantages et inconvénients

Aujourd’hui, les heures creuses figurent dans l’immense majorité des contrats proposés par les différents fournisseurs d’électricité. De façon schématique, le client dispose de deux options : l’option tarifaire dite “de base” (le prix du kWh est alors le même quelle que soit l’heure de la journée) et l’option “heures pleines / heures creuses”. 

Avec l’option tarifaire des heures creuses, le prix de l’électricité fluctue selon les moments de la journée où elle est consommée. Sur le papier, les heures creuses sont destinées à réaliser des économies d’énergie, pour autant qu’elles soient correctement utilisées pour garantir leur rentabilité. 

Le principe des heures creuses

  • Le prix du kWh est plus élevé en heures pleines que le tarif de base.
  • En revanche, le prix du kWh est moins élevé en heures creuses que le tarif de base.

Ce principe est toujours le même, quel que soit l’identité du fournisseur d’énergie qui a été choisi. Le prix du kWh du tarif de base, des heures creuses ou des heures pleines n’est en revanche pas uniforme : tout dépend du fournisseur. 

Un double objectif

Quand elles ont été instaurées, les heures creuses avaient deux buts principaux. Le premier d’entre eux était de réguler la consommation nationale d’électricité. Dans une seule journée, il existe des pics de consommation, qui cohabitent avec d’autres moments où, au contraire, la demande est moins forte. 

En incitant le consommateur à utiliser de l’électricité en dehors de ces pics, donc aux heures creuses, le risque d’engorgement du réseau électrique est moins élevé.

L’autre objectif était de permettre au client de réduire sa facture d’électricité. L’intention est louable, mais pour que cela soit le cas, nous verrons que certains principes doivent être absolument respectés. 

Un incontestable succès populaire

En un peu plus de soixante ans d’existence, l’option tarifaire heures pleines / heures creuses s’est largement implantée dans les habitudes de consommation des Français. Aujourd’hui, on estime que la moitié des abonnés aux différents fournisseurs d’électricité l’ont choisie.
Si l’on s’intéresse plus précisément à EDF, fournisseur historique d’électricité, la répartition en 2020 était la suivante : 

  • 11,8 millions de foyers avaient choisi l’option tarifaire de base.
  • 10,7 millions étaient abonnés à l’option heures creuses.

Les règles immuables des heures creuses chez Engie, Total Energie, ilek, EDF...

Contrairement à une large croyance populaire, sans aucun douté héritée de l’ancienne situation de monopole, ce n’est absolument pas EDF qui définit les plages horaires correspondant aux heures creuses et aux heures pleines. C’est le gestionnaire du réseau d’électricité en France qui a ce rôle. Dans l’immense majorité des cas (95%), il s’agit d’Enedis. Sinon, c’est une entreprise locale de distribution, également connue sous l’acronyme ELD.

Les périodes d’heures creuses et d’heures pleines ne sont pas les mêmes d’une commune à l’autre. Dans les villes, il peut même exister des différences selon les arrondissements ou les quartiers. Tout dépend de la capacité du réseau de distribution dans la zone concernée et des conditions d’exploitation.

En revanche, certains principes sont les mêmes quel que soit le lieu de résidence : 

  • Les heures pleines sont au nombre de 16 par jour. Les périodes 8h-12h et 17h-20h, qui sont celles où la demande est la plus soutenue, sont obligatoirement des heures pleines.
  • Il existe en contrepartie 8 heures creuses quotidiennes. Elles sont de facto comprises entre midi et 17 heures et entre 20h et 8h.

Les heures creuses sont majoritairement la nuit, quand la demande est plus faible. Selon les communes, elles peuvent par exemple être de 22h à 6h ou bien de 23h à 5h.

Comment connaître ses propres heures creuses ?

Pour pouvoir profiter pleinement de la tarification heures pleines / heures creuses et espérer réaliser des économies sur ses factures, il est indispensable de connaître les plages horaires concernées. Voici les différentes méthodes pour y voir plus clair : 

  • Si l’abonnement a déjà été souscrit, les heures pleines et les heures creuses figurent obligatoirement sur la facture d’électricité.
  • Pour la grande majorité des foyers équipés de compteurs intelligents et communicants, l’information y est disponible sur l’écran prévu à cet effet.
  • Enfin, si vous n’avez pas encore souscrit à l’offre, il suffit de fournir à son fournisseur d’énergie le numéro du point de livraison. Il devrait alors être en mesure de vous communiquer les moments des heures creuses et heures pleines.

Peut-on changer ses heures creuses ?

Il peut arriver que les heures creuses de votre logement ne correspondent pas à vos habitudes de consommation. C’est peut-être le cas si elles débutent à 22 heures, alors que si vous travaillez de nuit, vous n’êtes jamais présent à ce moment-là. 
Malheureusement, les heures creuses ne peuvent s’adapter aux cas particuliers : il n’est donc pas possible de les modifier sur un contrat d’électricité. Ceci est en quelque sorte logique, dans la mesure où, nous l’avons dit, ce n’est pas le fournisseur qui les met en place, mais le gestionnaire de réseau.

Quelques exemples d'heures creuses Enedis par commune (Paris, Lyon, Marseille...)

VillePlages horaires des heures creuses
Lyon23h-7H / 22h30-6h30 / 22h-6h
Marseille (sauf 9ème arrondissement)22h30-6h30 / 2h-7h et 13h-16h / 2h-7h et 14h-17h
Nantes0h-8h / 23h30-7h30 / 1h30-7h30 et 12h30-14h30 / 22h30 / 6h30
Paris 23h-7h / 23h30-7h30 / 22h30-6h30 / 2h-7h et 14h-17h
Perpignan22h-6h / 0H-8h / 1h-7h et 15h-17h / 1h30-7h30 et 12h30-14h30
Toulouse2h-7h et 12h30-15h30 / 3h-8h et 12h30-16h30 / 0h-8h / 22h30-6h30
Bordeaux2h-8h et 13h30-15h30 / 1h-7h et 12h30-14h30 / 0h-8h / 22h30-6h30

 

N.B : Les différentes plages horaires, pour une seule ville, correspondent à des quartiers ou des arrondissements distincts. Par exemple, selon l’endroit où l’on habite à Lyon, les heures creuses peuvent être de 23h à 7h, de 22h30 à 6h30, ou de 22h à 6h.

Quand l'offre heures creuses / heures pleines est-elle rentable ?

Rappelons que selon le principe de cette option, une partie de la consommation d’électricité est facturée moins cher (ce sont les heures creuses), alors que l’autre partie, les heures pleines, est plus onéreuse. Pour que le client s’y retrouve, il faut donc nécessairement qu’il puisse beaucoup consommer au moment où le prix du kWh est le moins élevé.

L’option n’est rentable que si certains critères sont respectés

  • Il est préférable que le logement soit tout électrique, c’est à dire que le chauffage et la production d’eau chaude sanitaire nécessitent cette énergie.
  • L’habitation, en cas de chauffage électrique, doit être équipée de radiateurs nouvelle génération, qui peuvent être programmés pour fonctionner au moment des heures creuses
  • S’il existe un ballon d’eau chaude, celui-ci doit être équipé d’un contacteur jour/nuit. Ainsi, la période de chauffage se fait exclusivement durant les heures creuses.
  • Les appareils électroménagers, par nature très énergivores, doivent également pouvoir être programmés pour se mettre en marche durant la nuit. Le chauffe-eau, le réfrigérateur, les plaques de cuisson, le congélateur, le lave-linge et le sèche-linge arrivent en tête des équipements les plus gourmands en électricité dans une habitation.

Par ailleurs, alors que les véhicules électriques s’implantent dans une part grandissante de foyers, il est évident qu’il est nettement plus avantageux de procéder aux recharges durant les heures creuses. 

Naturellement, quand les heures creuses sont divisées en deux plages distinctes, il est plus aisé pour le particulier d’optimiser sa consommation d’électricité.

L'importance du seuil de rentabilité

Avant de souscrire à l’option tarifaire heures creuses / heures pleines, l’idéal est de savoir s’il est pertinent ou non de réaliser une telle démarche. Pour aider le consommateur, le médiateur national de l’énergie a mis en place un simulateur, qui permet de déterminer si l’option HP / HC représente un réel intérêt

Pour l’utiliser, il suffit de renseigner son lieu de résidence, sa consommation annuelle d’électricité et le fournisseur d’électricité choisi (ou en passe de l’être). Dès lors, le simulateur indique le pourcentage minimal de consommation qu’il est nécessaire d’effectuer durant les heures creuses pour que le dispositif soit avantageux.

Il faut savoir qu’immuablement, le système heures creuses / heures pleines s’accompagne d’un abonnement qui est plus cher que celui du tarif de base. Ainsi, souscrire à cette option quand on habite seul un petit appartement n’est pas conseillé, car la faible quantité d’électricité consommée en heures creuses ne peut pas compenser le coût plus important de l’abonnement.
En revanche, une famille nombreuse qui vit dans un grand logement peut considérer la question…

Les méthodes de calcul

Il n’est pas très compliqué pour un consommateur de savoir si l’option qu’il a choisie dans son contrat d’électricité lui permet de réaliser des économies. Voici les méthodes de calcul des options de base et des heures pleines / heures creuses. Par exemple, si c’est cette dernière tarification qui est en place, il suffit de la comparer avec le montant théorique de la facture en tarif de base.

Dépense annuelle avec tarif de base = (Coût de l’abonnement annuel) + (Prix du kWh x Consommation annuelle)

Dépense annuelle avec HP / HC = (Coût de l’abonnement annuel) + (Prix du kWh en HP x Consommation annuelle en HP) + (Prix du kWh en HC x Consommation annuelle en HC)

Pour que la comparaison soit digne d’intérêt, il faut naturellement que tous les prix soient exprimés TTC.

La problématique de l'impulsion des heures creuses et du contacteur 

Un chauffe-eau représente à lui seul 15% de la consommation électrique d’un foyer qui en est équipé. C’est de loin l’appareil qui consomme le plus dans un logement. Ce chauffe-eau est équipé d’un contacteur, qui lui permet de fonctionner uniquement la nuit : le passage des heures pleines aux heures creuses porte le nom d’impulsion.

Sans réaliser ici un mode d’emploi complet de cet appareil, il est utile de savoir que ce contacteur dispose de trois modes de fonctionnement

  • Le mode auto déclenche le chauffage uniquement durant les heures creuses.
  • Le mode 1 (ou “On”) est la marche forcée. On l’utilise pour un besoin inhabituel et temporaire en eau chaude.
  • Le mode 0 permet d’éteindre totalement le chauffe-eau. On y a recours en cas de vacances prolongées ou lorsque le logement reste inhabité durant une longue période. 

Il peut malheureusement arriver que l’impulsion s’opère mal. Ceci peut avoir des conséquences importantes sur les factures d’électricité, car un chauffe-eau qui fonctionne durant les heures pleines a un impact évident sur le coût à supporter. 
Une telle défaillance peut intervenir dans plusieurs cas de figure : 

  • Une panne sur le compteur électrique ou un problème de programmation.
  • Un chauffe-eau défaillant.
  • Un souci sur le contacteur, qui ne pilote pas l’appareil comme il le devrait.

L'option heures creuses, un intérêt fluctuant au fil des années

Lorsque les heures creuses ont été créées, elles correspondaient à certaines habitudes de consommation et à certains équipements. Aujourd’hui, l’ensemble de ces éléments a considérablement évolué, tant et si bien que cette option perd peu à peu sa substantifique moelle…

L'apparition des compteurs Linky

Du temps des vieux compteurs électromécaniques, il n’était pas évident d’évaluer sa propre consommation d’électricité. Il n’existait pas d’interaction : le client n’avait qu’à attendre sa facture de régularisation pour savoir ce qu’il avait réellement consommé… Et c’était de toute façon trop tard pour corriger le tir si nécessaire.

Tout a changé avec le déploiement des compteurs intelligents et connectés. Plus de 36 millions de foyers en sont équipés aujourd’hui en France. De nombreuses données sont en permanence accessibles et fournissent de précieuses informations au consommateur. Ce dernier a toutes les cartes en mains pour évaluer son usage de l’électricité et l’adapter en changeant ses habitudes. 

L’option heures creuses / heures pleines, dans ces conditions, revêt donc moins d’intérêt.

L'évolution des tarifs du kWh et de l'abonnement heures creuses

Depuis le début des années 2000, l’écart de prix entre les abonnements de base et HP/HC s’est considérablement réduit. Il n’existe donc plus de différences significatives entre les deux options. 

Dans le même temps, le même phénomène s’est produit avec le prix du kWh : mécaniquement, le tarif des heures creuses est devenu moins avantageux et le pourcentage de consommation à effectuer durant les plages horaires concernées a considérablement augmenté. Ce qui n’est pas sans détériorer le confort d’utilisation de l’usager…

Des appareils de moins en moins énergivores

Pour que les heures creuses soient réellement avantageuses, il faut que la consommation des appareils électroménagers soit importante durant les plages horaires correspondantes. Or, depuis plusieurs années et sous l’impulsion de la Commission Européenne, les fabricants ont l’obligation de souligner les efforts accomplis pour limiter la dépense énergétique de ces appareils.

Des étiquettes prévues en ce sens sont obligatoires, et alertent le consommateur sur leurs performances. Ainsi, plus les équipements sont modernes, moins ils consomment d’électricité : peu à peu, la consommation globale de ces appareils ne cesse de diminuer

Il s’agit bien entendu d’une bonne nouvelle pour les consommateurs et naturellement pour préserver les ressources de notre planète… Mais cela porte un sérieux coup au dispositif des heures creuses.

Questions fréquemment posées

Quelles sont les heures creuses avec le compteur Linky ?

Depuis le déploiement des compteurs intelligents et communicants, il est facile de connaître ses heures creuses et ses heures pleines. Il suffit pour cela d’utiliser l’écran prévu à cet effet et de faire défiler les informations. En connaissant précisément les plages horaires concernées, il est ainsi possible d’adapter ses habitudes de consommation et de réduire sa facture d’électricité.

Quelle sont les heures où l'électricité est la moins chère ?

Les heures creuses sont les moments dans une journée où l’électricité est la moins chère. Ces créneaux ne sont pas les mêmes selon les villes ou les quartiers, mais elles correspondent aux plages horaires où la consommation est habituellement réduite. Cela concerne traditionnellement la nuit ou le début d’après-midi.

Il est particulièrement intéressant de connaître les heures creuses rattachées à son contrat d’électricité pour pouvoir adapter sa consommation en conséquence.

Quelles sont les heures creuses pour faire tourner la machine à laver ?

La machine à laver fait partie des équipements particulièrement énergivores dans un logement. À ce titre, il est pertinent de la faire fonctionner durant les heures creuses, lorsque cette option tarifaire a été choisie auprès de son fournisseur d’électricité.
Les heures creuses correspondent traditionnellement à la nuit ou au début de l’après-midi. Pour les connaître, il convient de consulter ses factures d’électricité ou de consulter son compteur Linky.

Quelles sont les heures creuses EDF ?

Aujourd’hui, certaines personnes décrivent le dispositif des heures creuses comme “les heures creuses EDF“. Cette terminologie n’a en fait plus de sens, car depuis 2007, le marché de l’électricité s’est ouvert à la concurrence pour les particuliers. Ainsi, de nombreux fournisseurs sont apparus et la quasi-totalité proposent désormais cette option.

Les heures creuses ne sont pas choisies par le fournisseur d’électricité, quel qu’il soit. C’est le gestionnaire de réseau, qu’il s’agisse d’Enedis ou d’une ELD (entreprise locale de distribution), qui a ce rôle.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *