Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors

Tout savoir sur la composition des pellets

Les pellets sont une source d’énergie renouvelable en pleine expansion. Utilisés pour diverses raisons, autant en entreprise qu’à domicile, leur popularité croissante s’explique de nombreux bénéfices, autant pour la planète que pour le portefeuille. 

Mais quelles sont exactement les matières premières utilisées pour fabriquer les pellets ? Quels sont les composants chimiques des pellets et comment influencent-ils leurs performances énergétiques et environnementales ? Cet article explore la composition des pellets et ses implications pour leur utilisation comme source de chauffage renouvelable.

Quelles matières premières sont utilisées dans la composition des pellets de chauffage ?

La qualité et les propriétés des pellets dépendent en grande partie des matières premières utilisées pour les produire. Les matières premières les plus couramment utilisées pour la fabrication de pellets sont :

  • Les bois résineux, comme le cèdre ou le pin
  • Les bois feuillus, comme le chêne, le frêne ou le hêtre
  • D’autres matériaux végétaux, tels que la paille, les coques de fruits ou les sciures de bois(1)

Les bois résineux sont souvent préférés pour la fabrication de pellets car, contrairement aux feuillus, ils ont une teneur en résine élevée. Cette résine facilite la formation de liant naturel lors de la fabrication et de la compression des pellets.

Pailles, miscanthus, coques de fruits

Cependant, les pellets ne sont pas toujours composés exclusivement de bois. Il existe des matières alternatives utilisées dans la composition des pellets :

  • La paille(2) est une matière première abondante, peu coûteuse et facile à obtenir, mais elle nécessite un traitement supplémentaire pour éliminer cendres et poussières, qui peuvent altérer la qualité du produit fini.
  • Le miscanthus(3) est une plante herbacée à croissance rapide qui peut être cultivée sur des terres moins fertiles.
  • Les coques de fruits(4), comme les coques de noix ou les coques d’amandes, sont également une source de matières premières pour la production de pellets.

Beaucoup de facteurs différents entrent en compte lors de la sélection des matières utilisées dans la composition des pellets :

  • La disponibilité
  • Le coût
  • La qualité
  • La densité
  • La teneur en humidité
  • La capacité à produire un liant naturel pendant la compression

Quels composants chimiques sont utilisés dans la composition des pellets ?

La composition chimique des pellets est un élément clé à prendre en compte pour comprendre leurs performances énergétiques et environnementales. Etant principalement composés de bois, les pellets contiennent donc trois composants principaux (5) :

  • la cellulose, responsable de la rigidité et de la résistance des plantes
  • la lignine, polymère qui lie la cellulose et l’hémicellulose, responsable de la structure des plantes
  • l’hémicellulose, fibre qui lie la cellulose et la lignine

Aussi, les pellets peuvent naturellement contenir d’autres composants tels que des cendres, de l’azote, du soufre, du chlore et d’autres minéraux et métaux. La quantité de ces composants dépend de la matière première utilisée pour produire les pellets.

Composition chimique et impact sur les performances

La composition chimique des pellets peut avoir un impact important sur leurs performances énergétiques et environnementales. Par exemple, une teneur élevée en lignine peut entraîner une densité plus élevée des pellets(6), ce qui peut affecter leur combustion et leur performance énergétique. 

De même, la teneur en cendres peut avoir un impact sur la qualité de la combustion et la production de gaz à effet de serre. Même si certains composants des pellets peuvent avoir un impact environnemental négatif, les pellets restent une alternative plus respectueuse de l’environnement que les combustibles fossiles et ont une faible empreinte carbone.

Le jargon des pellets expliqué

Dans votre recherche des meilleurs pellets à utiliser, vous avez peut-être déjà entendu parler de potentiel calorifique. 

Potentiel calorifique

Le potentiel calorifique, également connu sous le nom de pouvoir calorifique, est une mesure de la quantité d’énergie qui peut être dégagée par la combustion d’un combustible. Il s’exprime généralement en joules par unité de poids ou de volume du combustible.

Selon une étude publiée dans le journal Biomass and Bioenergy(7), les pellets ont une teneur énergétique moyenne de 18,5 MJ/kg, ce qui les place parmi les combustibles les plus efficaces disponibles sur le marché.

Plus le potentiel calorifique d’un combustible est élevé, plus il peut produire d’énergie lorsqu’il est brûlé, ce qui peut avoir des implications importantes ! Alors, la prochaine fois que vous vous vous promenez dans les allées de votre magasin en quête de sacs de pellets, comparez bien le potentiel calorifique de chaque produit.

Teneur en cendres

Vous avez aussi probablement croisé le terme « teneur en cendres ».  La teneur en cendres des pellets fait référence à la quantité de résidus minéraux qui restent après la combustion. Leur teneur en cendres dépend en grande partie du type de bois utilisé pour les produire. Les bois qui ont une densité plus élevée et une teneur en écorce plus faible, telles que le chêne et le hêtre, ont généralement une teneur en cendres plus faible que les bois plus tendres et plus résineuses, tels que le pin et l’épicéa.

Une teneur en cendres de moins de 1% est bénéfique pour les utilisateurs, car cela signifie une réduction du besoin de nettoyage nécessaire et une prolongation de la durée de vie des équipements de chauffage, puisqu’il y aura moins de résidus dans les conduits.

Quel est le processus de fabrication des pellets ?

Le processus se déroule en quatre étapes(8), qui permettent de transformer les matières premières en ces petits granulés de bois que l’on aperçoit maintenant sur les rayons de toutes les grandes surfaces.

  1. Le broyage des matières premières. Les matières premières sont généralement coupées en petits morceaux avant d’être introduites dans un broyeur. Ce processus permet de réduire la taille des matériaux végétaux et d’obtenir une matière première homogène et facile à traiter.
  2. Le séchage. Les matières premières contiennent souvent une certaine quantité d’humidité, ce qui peut avoir un impact négatif sur la qualité des pellets. Le séchage permet d’éliminer l’humidité pour réduire la teneur en eau jusqu’à atteindre un niveau optimal pour la production de pellets (environ 10%).
  3. La compression. C’est là que sont formés les fameux pellets (mot anglais qui signifie d’ailleurs « granule » ou encore «comprimé»). Les matières premières séchées sont introduites dans une presse à pellets, où elles sont comprimées à haute pression pour former des granulés de bois. L’effet de compression et la chaleur créent un liant naturel qui permet aux granulés de conserver leur forme. 
  4. Le refroidissement et le conditionnement. Après la compression, les pellets sont refroidis et passent à travers un tamis pour éliminer les granulés mal formés ou les poussières. Enfin, les pellets sont stockés dans des sacs ou des conteneurs prêts à être livrés. 

Le processus de fabrication des pellets est un processus écologique et économe en énergie, car la production ne nécessite pas d’ajouter d’autres éléments que les matières premières. Il y a donc peu de déchets et de pertes de matière première, et les pellets peuvent être produits à grande échelle tout en conservant leur qualité.

Questions fréquemment posées

Comment savoir si les pellets sont de bonne qualité ?

La qualité des pellets peut varier en fonction de la matière première utilisée, du processus de production et des normes de qualité en vigueur. Pour s’assurer que les pellets sont de bonne qualité, faut prendre en compte plusieurs facteurs(9):

  1. La densité : Les pellets de bonne qualité ont une densité uniforme et élevée, ce qui leur permet de brûler de manière efficace et de fournir une chaleur constante.
  2. La teneur en humidité : Les pellets doivent être séchés à moins de 10 % d’humidité pour brûler de manière optimale.
  3. Le diamètre : Le diamètre des pellets doit être uniforme et se situer généralement entre 6 et 8 millimètres pour ne pas obstruer les conduits et les systèmes de chauffage.
  4. La teneur en cendres : Les pellets de qualité ont une faible teneur en cendres, généralement inférieure à 0,5 %. Une teneur en cendres élevée produira des obstructions.
  5. Les matières premières : Les pellets de qualité doivent être 100% bois et produits de manière durable et responsable.

Est-ce que la production de pellets est écologique ?

Le pellet est considéré comme une source d’énergie renouvelable et écologique(109). Tout d’abord, ils sont fabriqués à partir de matières premières renouvelables telles que des copeaux, des sciures et des écorces de bois ainsi que d’autres matériaux végétaux.

On peut dire que les pellets ont un bilan carbone neutre, car le CO2 émis lors de la combustion est absorbé par les plantes qui servent de matière première pour la production de nouveaux pellets.

Par rapport aux combustibles fossiles tels que le charbon et le pétrole, les pellets produisent bien moins de gaz à effet de serre. Il faut aussi noter que la combustion de pellets est plus efficace que celle de bois de chauffage traditionnel, car il est possible de contrôler la température et donc le taux d’émission de polluants.

Vous voulez être certain de choisir les pellets les plus qualitatifs ? Choisissez des pellets certifiés qui respectent la norme Européenne EN 14961-2 et certifiés ENplus A1 (11).

Est-ce que les pellets polluent ?

La combustion des pellets peut produire des émissions polluantes, mais leur quantité dépend de plusieurs facteurs tels que la qualité des pellets, le type d’appareil de chauffage utilisé, les conditions de combustion et la qualité de l’air ambiant.

 

Les émissions de particules fines et de monoxyde de carbone(12) sont souvent plus faibles avec les pellets qu’avec le bois de chauffage traditionnel. La qualité des pellets est importante pour réduire leur impact environnemental, en choisissant des pellets de qualité, fabriqués à partir de matières premières renouvelables et sans impuretés.

Les poêles mal entretenus ou obsolètes peuvent également produire des émissions plus élevées.

Quel bois est utilisé pour faire des pellets ?

Différents types de bois peuvent être utilisés pour la fabrication de pellets(13), mais certains sont plus couramment utilisés que d’autres en raison de leurs propriétés et de leur disponibilité. Les bois les plus utilisées pour la fabrication de pellets sont le pin, le sapin, le hêtre, le chêne et le bouleau.

 

Le pin et le sapin sont des bois résineux, qui sont préférés car ils sont facilement disponibles et peu coûteux. Leur teneur en résine leur donne une bonne capacité à produire de la chaleur, et ils produisent peu de cendres. 

 

Le hêtre, le chêne et le bouleau sont des bois feuillus, qui sont souvent utilisées pour la fabrication de pellets de qualité supérieure. Ces bois ont une densité plus élevée que les résineux, ce qui leur donne une plus grande capacité à produire de la chaleur.

Les bois durs sont toujours considérés comme les plus efficaces lorsqu’ils sont utilisés dans un poêle à bois traditionnel ou une cheminée. De la même manière, les pellets de bois dur ont une densité élevée et qui brûle plus longtemps et plus efficacement que le bois tendre.

(1) https://www.simplyfeu.com/

(2) https://conseil.maison-energy.com/

(3) https://www.tutos-poele.com/

(4) https://www.neozone.org/

(5)https://totholz.wsl.ch/

(6) https://eforown.ctfc.cat/

(7) https://www.sciencedirect.com/

(8) https://www.cyberbois.fr/

(9) https://www.palette-pellets.be/

(10) https://www.picbleu.fr/les-articles/

(11) https://www.bois-de-chauffage-ecologique.fr/

(12) https://www.inrs.fr/

(13) https://www.pelletstock.be/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *