Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors

Décryptage du bilan carbone : comprendre, mesurer et diminuer son impact environnemental

Envie de mieux consommer, passez à l’énergie verte

Depuis quelques années, le bilan carbone est devenu une préoccupation majeure pour de nombreux acteurs. Une connaissance claire et approfondie de ce concept apparaît donc essentielle pour tous, des particuliers aux entreprises. Un bilan carbone excessif pèse non seulement sur notre environnement déjà fragile, mais peut également avoir des implications légales et financières pour les entreprises.

Dans cet article, nous allons explorer en profondeur le bilan carbone : sa définition, son calcul, et la manière dont il s’insère dans le cadre plus large de nos émissions de gaz à effet de serre. Nous mettrons également l’accent sur le bilan carbone personnel, en abordant les outils disponibles pour leur calcul.

L’objectif est de vous fournir des informations précises et fiables vous permettant de comprendre votre propre bilan carbone, mais aussi de vous aider à identifier des moyens efficaces pour le réduire. En appréhendant cette question avec une approche proactive, nous pouvons tous contribuer à la réduction des émissions de carbone, pour un avenir plus durable et respectueux de l’environnement.

Comprendre le bilan carbone

L'empreinte carbone : qu'est-ce que c'est et pourquoi est-ce important ?

L’empreinte carbone est une mesure des émissions de gaz à effet de serre (GES) générées par nos activités quotidiennes. Elle permet d’évaluer l’impact de nos actions sur le changement climatique.

En évaluant notre empreinte carbone, nous pouvons identifier les domaines dans lesquels nous pouvons réduire nos émissions de GES et ainsi contribuer à la lutte contre le changement climatique.

Le calcul du bilan carbone : méthodologie et éléments pris en compte

Le bilan carbone est une méthode de quantification des émissions de gaz à effet de serre créée en 2014. Il s’agit d’un calcul qui mesure l’ensemble des émissions de GES (directes et indirectes) nécessaires au fonctionnement d’une organisation. En somme, on additionne toutes ces données pour obtenir le bilan global de l’organisation. À partir de ce résultat, on peut établir un plan d’action pour réduire son impact et limiter le réchauffement climatique​.

Pour faciliter le calcul du bilan carbone, l’ADEME a mis en place une base de données, appelée Base Empreinte (1), qui répertorie une liste de facteurs d’émissions de CO2. Ces facteurs d’émission permettent de convertir les données d’activité en émissions de GES. Les données sont classées en 3 scopes :

  1. Émissions directes de GES : elles correspondent aux émissions de gaz à effet de serre physiquement produits par une activité ainsi qu’aux émissions liées à la mise à disposition du combustible.
  2. Émissions indirectes associées à l’énergie : elles correspondent à la consommation d’une énergie finale dont les GES sont émis sur le lieu de production et non de consommation. Les émissions indirectes associées à l’énergie proviennent de l’électricité et des réseaux de chaleur et de froid.
  3. Autres émissions indirectes : il s’agit de l’ensemble des émissions dont les sources sont en dehors d’une organisation, mais qui sont nécessaires à son activité. On retrouve dans cette scope des émissions indirectes associées aux transports, aux produits achetés ou vendus ainsi qu’au traitement des déchets.

Bilan GES (Gaz à effet de serre) : Comment il s'insère dans le bilan carbone

Dans le contexte de l’Accord de Paris signé en 2015, visant à atteindre la neutralité carbone d’ici 2050, le bilan GES (Gaz à Effet de Serre) et le bilan carbone jouent un rôle crucial. Ces deux termes, bien que similaires dans leur approche d’évaluation des émissions de gaz à effet de serre, diffèrent par leur périmètre de comptabilisation.

Là où le bilan carbone offre un regard complet sur les émissions, le bilan GES se limite à l’évaluation des émissions directes de gaz à effet de serre (scope 1). 

Calculer son bilan carbone

Comprendre son impact environnemental passe par l’évaluation précise de ses émissions de gaz à effet de serre directes ou indirectes, autrement dit par le calcul de son bilan carbone. Cette démarche est un prérequis pour mettre en place des actions efficaces visant à réduire son empreinte écologique.

Le bilan carbone individuel : comment et pourquoi le calculer

Chaque action que nous entreprenons au quotidien a un impact sur notre empreinte carbone. Que ce soit en conduisant notre voiture, en utilisant l’électricité ou même en achetant nos aliments, nos choix contribuent à notre bilan carbone individuel.

Il est possible de calculer notre bilan carbone en quantifiant ces émissions. Plusieurs outils en ligne, développés par des organisations environnementales et des agences gouvernementales, permettent de le faire de manière assez précise. En renseignant vos habitudes de vie, comme votre mode de transport, votre consommation d’énergie à la maison, ou votre régime alimentaire, vous pouvez estimer vos émissions de dioxyde de carbone annuelles.

En calculant votre bilan carbone individuel, vous prenez conscience de votre impact réel sur l’environnement. En identifiant les principaux postes d’émissions, vous pouvez prendre des mesures pour les réduire.

Le bilan carbone de la France

La France a pris des engagements significatifs pour réduire ses émissions de gaz à effet de serre (GES) et atteindre la neutralité carbone d’ici 2050, conformément à l’Accord de Paris. Le bilan carbone de la France comprend toutes les émissions générées sur le territoire, par les particuliers, les entreprises ou l’État, mais également les émissions liées à la consommation de biens et services produits à l’étranger.

La mesure du bilan carbone national est une tâche complexe, qui repose sur une multitude de sources de données. Les secteurs clés qui contribuent aux émissions de GES en France sont :

  1. L’énergie : la production et la consommation d’énergie, notamment les combustibles fossiles, sont responsables d’une grande part des émissions de GES.

  2. Les transports : le transport routier, aérien et maritime contribue de manière significative aux émissions de GES.

  3. L’agriculture : les exploitations agricoles et l’élevage émettent des GES, notamment le méthane.

  4. Les industries : la production industrielle et la construction sont également des sources majeures d’émissions.

  5. Les déchets : le traitement des déchets, surtout lorsqu’il implique leur incinération, génère du CO2.

Le Citepa est mandaté pour mesurer les émissions de GES en France. En 2022, l’organisme a évalué à 408 millions de tonnes équivalent CO2 les émissions françaises, ce qui correspond à une baisse de 2,5 % par rapport à 2021 (3).

Les outils pour calculer son bilan carbone

Il existe de nombreux outils en ligne vous permettant de calculer votre bilan carbone. Le plus connu et accessible est un questionnaire mis en place par l’Ademe et l’association pour la transition bas-carbone. Il vous permet d’obtenir en dix minutes un résultat de votre bilan carbone, en mettant en évidence les principales sources d’émission.

Certains outils permettent également d’évaluer la comptabilité carbone d’une entreprise. Il faut toutefois considérer que ces plateformes sont des solutions d’évaluation simplifiée. Pour les entreprises, seule la méthode du Bilan Carbone, brevetée par l’association pour la transition bas-carbone, permet d’obtenir une évaluation précise et complète des émissions de GES.

Diminuer son empreinte carbone

S’attaquer au défi du changement climatique signifie avant tout comprendre et réduire notre empreinte carbone. Dans une ère où la responsabilité environnementale prend une place croissante dans nos vies, chaque geste compte, qu’il soit individuel ou collectif.

Les acteurs majeurs dans la réduction du bilan carbone : rôle de l'État, des entreprises et des individus

La lutte contre le changement climatique et la réduction des émissions de gaz à effet de serre est une mission qui incombe à tous. Chaque acteur de la société, de l’État aux individus, a un rôle crucial à jouer dans cette démarche. Comprendre l’importance de chaque acteur peut aider à orienter nos efforts de manière efficace.

Le rôle de l'État

L’État peut mettre en oeuvre différentes politiques pour encourager la réduction d’émission de GES :

  • Établir des politiques et des réglementations pour réduire les émissions de carbone
  • Déterminer la trajectoire à suivre pour atteindre les objectifs climatiques
  • Fixer des normes environnementales et imposer des sanctions en cas de non-conformité
  • Stimuler la recherche et le développement dans le domaine de l’énergie verte et soutenir les technologies innovantes

Le rôle des entreprises

Les entreprises ont également leur carte à jouer dans l’objectif global de réduction du bilan carbone. Elles peuvent :

  • Innover et mettre en œuvre des pratiques durables dans leur activité quotidienne
  • Favoriser l’économie verte et la transition écologique via leurs choix d’investissement, créant ainsi un effet d’entraînement positif
  • Sensibiliser et encourager leurs employés et clients à adopter des comportements plus respectueux de l’environnement

Le rôle des individus

Les individus peuvent aussi avoir un impact sur le climat en mettant en place différentes actions de réduction des émissions de GES :

  • Faire des choix de vie plus durables, que ce soit en termes de consommation, de déplacement, ou de gestion des déchets
  • Exercer une pression positive sur les entreprises et l’État en exprimant leur préférence pour des produits et services écologiques, ou en soutenant les politiques favorables à l’environnement
  • Mener des actions d’éducation et de sensibilisation via la participation à des associations afin d’instaurer un changement de comportement à grande échelle

Les actions pour réduire son empreinte carbone : solutions individuelles et collectives

Pour ralentir le réchauffement climatique, chacun de nous peut adopter des gestes simples au quotidien. Voici une sélection de mesures concrètes :

  • Opter pour une alimentation responsable : les consommateurs peuvent agir en privilégiant une alimentation locale et de saison, en réduisant la consommation de viande, et en évitant le gaspillage alimentaire.
  • Réaliser des travaux de rénovation énergétique : isoler votre logement, changer de chaudière ou installer un système de chauffage plus efficace sont autant d’actions qui permettent de diminuer votre consommation d’énergie et donc votre empreinte carbone.
  • Utiliser les transports en commun ou le covoiturage : environ un tiers du bilan carbone de chaque Français est dû au transport. Privilégier les transports en commun ou adopter une utilisation partagée des véhicules peut aider à réduire les émissions de CO2.
  • Favoriser la production d’énergie verte : électricité issue d’énergie solaire, éolienne, hydraulique ou gaz vert issu de la méthanisation sont des alliés précieux pour réduire l’empreinte carbone. 

Au niveau collectif, la contribution à la réduction de l’empreinte carbone peut prendre différentes formes :

  • Initiatives communautaires : des projets de quartier pour la collecte des déchets, le compostage communautaire, ou l’installation de panneaux solaires peuvent avoir un impact significatif.
  • Politiques d’entreprise : les entreprises peuvent s’engager dans la voie de la durabilité en mettant en place des politiques d’économie d’énergie. Cela passe par la diminution des voyages d’affaires, le développement du télétravail, ou encore par la compensation de leur empreinte carbone.
  • Action publique : Les collectivités territoriales jouent aussi un rôle dans la transition écologique. Elles peuvent favoriser le développement d’infrastructures écologiques, comme les pistes cyclables ou les espaces verts, et encourager le recyclage.

Questions fréquemment posées

Comment se calcule le bilan carbone ?

Le calcul du bilan carbone prend en compte toutes les émissions de gaz à effet de serre générées directement ou indirectement par une activité, un produit, une organisation, ou même un individu. Cela comprend les émissions dues à l’énergie consommée, la production et le transport de biens, l’achat ou la vente de produits, l’utilisation de services, etc.

Qu'est-ce qu'un bilan carbone et quels en sont les objectifs ?

Le bilan carbone est un outil d’évaluation des émissions de gaz à effet de serre. L’objectif est de quantifier l’impact environnemental d’une activité, d’un produit, ou d’une organisation, afin d’identifier les sources d’émissions majeures et de mettre en place des stratégies de réduction pour aller vers la transition écologique.

Quel est le bilan carbone d'un Français ?

Le bilan carbone d’un Français dépend de son mode de vie, de sa consommation d’énergie, de ses habitudes de déplacement, etc. En moyenne, il est estimé à environ 9 tonnes de CO2 par an et par personne (4), mais cela peut varier considérablement d’un individu à un autre.

Quelle est la différence entre un bilan ges et un bilan carbone ?

Le bilan GES (Gaz à Effet de Serre) et le bilan carbone se réfèrent généralement à la même chose, c’est-à-dire l’évaluation des émissions de gaz à effet de serre. Le bilan GES réglementaire concerne les entreprises et se concentre sur les émissions directes des différents gaz à effet de serre : le dioxyde de carbone (CO2), le méthane (CH4) et le protoxyde d’azote (N2O).

Sources

(1) : https://base-empreinte.ademe.fr

(2) : https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/article_jo/JORFARTI000022470999 

(3) : https://www.lesechos.fr/politique-societe/societe/climat-la-france-a-rempli-ses-objectifs-de-baisse-des-emissions-de-co2-en-2022-1921741

(4) : https://www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr/lempreinte-carbone-de-la-france-de-1995-2021 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *