Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors

Fuites de gaz : origines, risques et prévention

Envie de mieux consommer, passez à l’énergie verte

Une fuite de gaz à son domicile peut se détecter assez rapidement, surtout en raison de l’odeur désagréable qui se dégage. Quels sont les risques ? D’où la fuite peut-elle provenir ? Existe-t-il des actions préventives à mettre en place pour éviter de se trouver confronté à ce phénomène ? 

Les symptômes d'une fuite de gaz

En France, on ajoute du THT (tétrahydrothiophène) avant de commercialiser le gaz. Ce composé organique contient du soufre : ainsi, en cas de fuite, une odeur d’œuf pourri se répand dans l’air, ce qui permet de se rendre rapidement compte d’une anomalie.

Le corps humain est aussi un excellent indicateur face à une fuite de gaz. En effet, une personne qui inhale du méthane a rapidement de sévères maux de tête et se sent nauséeuse. L’apparition soudaine d’une fatigue intense, proche de la somnolence, est également un signe qui doit vous alerter.

Enfin, une fuite domestique a logiquement des conséquences sur la consommation. Si vos factures d’énergie grimpent inexplicablement en flèche, c’est peut-être qu’il existe un problème, notamment de vétusté des appareils. 

Urgence de gaz : les origines possibles

Une fuite de gaz signifie que le gaz s’échappe d’un appareil qui en utilise ou d’une canalisation. Savoir identifier l’origine de l’incident est important, car cela permet de réagir promptement et efficacement.

Il peut ainsi arriver que la fuite soit le résultat d’une maladresse survenue lors de travaux à son domicile. Ceci est très possible si l’on n’a pas conscience de l’endroit exact où se situent les conduites.

Il est particulièrement important d’être vigilant quant au raccordement des différents appareils, comme la chaudière, une gazinière, un barbecue ou encore une table de cuisson. Il faut ainsi s’assurer de certains points : 

  • Le tuyau de raccordement doit être neuf. Ce type d’élément en caoutchouc est un consommable, qui possède à ce type une date de péremption. Il est important de ne pas la dépasser. On trouve en revanche des flexibles en matière inox qui peuvent être gardés à vie.
  • Le tuyau doit être compatible avec le type de gaz utilisé.
  • Les vis de raccordement doivent être serrées au maximum.

Que vous utilisiez du gaz naturel ou du gaz vert – aussi appelé biogaz -, les tuyaux ne changent pas !

La fuite de gaz d'une chaudière

La vétusté d’un équipement peut logiquement entraîner une fuite. Ainsi, on estime que la durée de vie d’une chaudière oscille entre 15 et 25 ans. Celle d’une gazinière est d’une décennie environ, en fonction des modèles.

Le meilleur moyen de limiter ce type de risques est de maintenir ses équipements en bon état de marche. Pour cela, l’intervention d’un professionnel est indispensable. Rappelons que l’entretien annuel d’une chaudière au gaz est une obligation légale (1).

Explosion de gaz et autres dangers

La majorité des fuites de gaz sont heureusement bénignes. Néanmoins, il faut absolument réagir promptement en cas d’indice suspect. La présence de gaz dans l’air est plus ou moins problématique selon son pourcentage de concentration (2) : 

  • Entre 0 et 5%, le danger est peu important.
  • Entre 5 et 15%, il existe un danger d’intoxication et l’apparition des symptômes évoqués plus haut.
  • A partir de 15%, le risque d’incendie est important.
  • Au-dessus de 25%, le manque d’oxygène peut déboucher sur une asphyxie des occupants et une explosion est susceptible de survenir dans un espace confiné.

Sécurité et détecteur de fuite de gaz

Bien que cela ne soit pas obligatoire, il est recommandé d’installer à son domicile un ou plusieurs détecteurs de gaz. Il en existe de diverses formes sur le marché, chacun ayant ses propres spécificités. Peuvent ainsi être détectés le méthane, le butane, le propane et le monoxyde de carbone.

Le prix de ce dispositif est assez abordable, puisqu’il faut généralement débourser entre 15 et 60 euros, selon les modèles, pour s’en procurer un. Attention toutefois à ne pas acheter n’importe quoi : le marquage CE est garant d’une certaine qualité, qu’il s’agisse de la détection de gaz ou de la fiabilité de l’alarme qui se déclenche si nécessaire.

Que faire en cas d'odeur de gaz mais pas de fuite évidente ?

On ne répètera jamais assez qu’une odeur de soufre dans un logement, même légère, doit être considérée avec le plus grand sérieux. Les premiers réflexes à adopter sont (3) : 

  1. Aérer en grand le logement, afin de faire baisser la concentration du gaz dans l’air et que celle-ci n’atteigne pas un certain niveau de dangerosité.
  2. N’utilisez aucun appareil électrique, n’allumez pas de flamme. Une toute petite étincelle peut suffire à déclencher une explosion.
  3. Quittez votre logement.
  4. Si votre compteur est facilement accessible, coupez l’arrivée de gaz.
  5. Prévenez le voisinage.
  6. Appelez rapidement le service “Urgence Sécurité Gaz ou les pompiers en cas de départ de feu.

Exploitation du gaz : impact environnemental et risques

Lors de l’exploitation du gaz naturel, des émissions se répandent dans l’atmosphère. Ceci est loin d’être anecdotique, car le méthane, qui en est le composant le plus important, a un effet de serre très important, plus de 20 fois supérieur à celui du dioxyde de carbone.

A côté de cet impact sur la planète, le gaz naturel est confronté à toute une série d’événements avant d’être utilisé sur le plan domestique. Or, des risques de fuites existent à chaque étape (4).

Le transport

Fréquemment, le transport se fait par le biais de gazoducs, qui s’étendent sur des dizaines de milliers de kilomètres. La corrosion interne ou externe de ces conduits peut entraîner des fuites. Des attentats peuvent également survenir. Quand un gaz naturel sous pression s’échappe, il y a un risque de projection d’objets ou d’inflammation de jet de gaz.

Quand le transport se fait par méthanier sous forme liquide (on parle de GNL : Gaz Naturel Liquéfié), la température est à ce point basse (-160°) qu’elle peut entraîner des brûlures

Le stockage

Avant d’être consommé par les ménages, le gaz naturel est stocké de deux façons distinctes : 

  • Le stockage souterrain induit que le gaz est sous pression. En cas de fuite, l’inflammation du jet de de gaz est un risque réel.
  • Le stockage aérien se fait sous forme liquide. Le danger est d’autant plus grand que dans ce cas, pour un même volume, la quantité de gaz libérée est supérieure.

La distribution

En France, 195.000 kilomètres de canalisations amènent le gaz à basse pression jusque dans les logements. La plus grande partie de ce réseau est enterré. On dénombre chaque année dans notre pays une vingtaine d’incidents corrélés. Dans la majeure partie des cas, ce sont des travaux effectués à proximité des conduites qui percent celles-ci et entraînent une fuite.

Questions fréquemment posées

Comment savoir si on a une fuite de gaz ?

En France, on a ajoute au gaz naturel du THT. Ce composé organique contient du soufre : ainsi, en cas de fuite, une odeur d’œuf pourri se répand dans l’air, ce qui permet de se rendre rapidement compte d’une anomalie. 
Le corps humain est aussi un excellent indicateur face à une fuite de gaz. En effet, une personne qui inhale du méthane a rapidement de sévères maux de tête et se sent nauséeuse. L’apparition soudaine d’une fatigue intense, proche de la somnolence, est également un signe qui doit vous alerter.

Qui appeler en cas de fuite de gaz ?

GRDF, qui gère le réseau de gaz en France, a mis en place un numéro vert qu’il faut joindre rapidement en cas de suspicion de fuite. Appelez le 0 800 47 33 33 et attendez à l’extérieur l’arrivée du professionnel. Si la fuite de gaz a entraîné un début d’incendie, prévenez immédiatement les pompiers en composant le 18 ou le 112.

Comment réagir en cas de fuite de gaz ?

Une odeur de soufre dans un logement, même légère, doit être considérée avec le plus grand sérieux. Lorsque cela se produit, il faut en premier lieu aérer le logement et ne surtout pas utiliser d’appareils électriques. Après avoir quitté la maison ou l’appartement, il convient de prévenir le voisinage. Si le compteur est facilement accessible, coupez l’arrivée de gaz. Enfin, appelez rapidement le service “Urgence Sécurité Gaz” ou les pompiers en cas de départ de feu.

Quel sont les risques d'une fuite de gaz ?

La majorité des fuites de gaz sont heureusement bénignes. Néanmoins, il faut absolument réagir promptement en cas d’indice suspect. La présence de gaz dans l’air est plus ou moins problématique selon son pourcentage de concentration.
Entre 5 et 15%, il existe un danger d’intoxication et l’apparition de maux de tête ou de nausées. A partir de 15%, le risque d’incendie est important. Enfin, au-dessus de 25%, le manque d’oxygène peut déboucher sur une asphyxie des occupants et une explosion est susceptible de survenir dans un espace confiné.

Sources

 

(1) https://www.service-public.fr/

(3) https://journaldesseniors.20minutes.fr/

(4) https://www.connaissancedesenergies.org/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *