Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors
Fourniture d'énergie 7 min de lecture

Gaz : la dépendance de la France à l’Europe

Encouragez les filières de production gaz locale en souscrivant un contrat biogaz chez ilek
J'estime mes mensualités

Electricité et gaz renouvelables

Fournisseur labellisé

150 000 Clients

Le gaz est la deuxième énergie de réseau la plus consommée en France. Pour répondre aux besoins en gaz, la France doit importer une part importante de la production d’autres pays européen. Depuis 2013, le territoire ne produit plus de gaz naturel et dépend donc grandement des importations de gaz, même si la production nationale de gaz vert s’accélère. 

Le contexte géopolitique en Europe et la hausse des prix des énergies remettent en question la dépendance de la France au gaz naturel, notamment russe. L’approvisionnement et l’autosuffisance en gaz – en passant notamment par les énergies renouvelables – sont désormais des enjeux clés de la stratégie énergétique de la France et de l’Europe.

Importations de gaz en France

La politique énergétique de la France s’oriente davantage vers les énergies renouvelables. L’objectif est de sortir progressivement de l’exploitation d’hydrocarbures sur son territoire. L’Etat fixe une réduction de 30 % de la consommation énergétique en énergies fossiles pour 2030 (par rapport à 2012).

Conséquence de cette décision, la France doit changer son fusil d’épaule et sortir de la dépendance aux importations.

Aujourd’hui, 99 % de la consommation française de pétrole et de gaz est issue des importations de divers pays d’Europe et d’ailleurs (Algérie, Nigéria, Qatar).

Gaz : les importations européennes couvrent plus de la moitié de la consommation française

Les sources d’importations de gaz sont diversifiées afin d’éviter les risques de rupture d’approvisionnement. L’Europe fournit à elle seule plus de 50 % des importations brutes françaises. Récemment, le gaz norvégien est devenu le premier fournisseur de gaz avec 36 % des importations. Cette place croissante de Norvège s’explique par le besoin de compenser les baisses des importations de gaz russe.

Quel pays fournit le plus de gaz en France ?

En 2020, la Norvège se place sur le podium des pays fournisseurs de gaz naturel, avec 36 % des 534 TWh importés. La Russie, quant à elle, détient 17 % des parts. Le reste des importations est assuré par l’Algérie (8%), les Pays-Bas (8%), le Nigéria (7%) et le Qatar (2%). 22 % de la production importée est d’origine diverse.(5)

À savoir : il n’y a pas d’étude plus récente sur le sujet. Or, depuis 2020, de nombreux facteurs sont venus influencer la balance commerciale : la crise sanitaire puis la guerre en Ukraine. 

La dépendance de la France au gaz naturel russe

Bien que la France tente de se détacher progressivement de sa dépendance au gaz russe, ce dernier représenterait toujours 1/5 des importations. Le poids de la Russie dans l’approvisionnement en gaz naturel de l’Europe est important. En 2021, environ 40 % du gaz consommé en Europe provenait du territoire russe. Certains pays européens dépendent majoritairement du gaz russe, comme l’Allemagne ou l’Italie. Les relations géopolitiques tendues entre les pays de l’UE et la Russie ont un impact non-négligeable sur l’approvisionnement en gaz et les tarifs appliqués.

Les conséquences de la guerre en Ukraine

Le conflit russo-ukrainien a fortement impacté le marché des importations de gaz naturel. En avril 2022, la Pologne et la Bulgarie se sont vu couper l’approvisionnement en gaz naturel dans le cadre du contrat Yamal. Plusieurs fois, la Russie a menacé d’arrêter les exportations de gaz vers certains pays européens.

Depuis le début de la guerre en Ukraine, le gaz russe a subi une forte hausse des prix impactant tous les pays importateurs. Dans ce contexte, la Commission européenne cherche des alternatives solides pour s’extraire de cette relation de dépendance à la Russie.

Importations de gaz en France

Plan RePowerEU : la stratégie de l'UE pour atteindre l'indépendance énergétique

Pour sortir de la dépendance au gaz russe et retrouver la souveraineté énergétique, la Commission européenne a présenté le 18 mai 2022 son plan RePowerEU. Reposant sur deux piliers principaux, ce plan vise la dépendance énergétique d’ici 2027 avec un budget de 300 milliards d’euros.

Les deux points principaux du plan RePowerEU sont : 

  • Augmenter les économies d’énergie à diverses mesures permettant de réduire de 55 % les émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030.

  • Recourir massivement aux énergies renouvelables. L’Union européenne se fixe un objectif de neutralité climatique à horizon 2050 de 45 % d’énergie renouvelable dans le mix énergétique.

La Commission européenne parie notamment sur les gaz verts. Le biométhane et l’hydrogène sont les nouvelles alternatives envisagées. Toutefois, l’institution rappelle que la sobriété énergétique est aussi une piste qu’il faut explorer pour atteindre l’indépendance énergétique. Les économies d’énergie joueront donc un rôle déterminant dans la politique énergétique européenne des prochaines années.

Autonomie : les ambitions de le GRT Gaz

La France a également des ambitions en matière d’autonomie de production gazière. Selon une étude publiée par l’Agence de la transition écologique, la production locale de gaz suffirait à couvrir les besoins nationaux.(6) Pour y parvenir, il faut parallèlement diminuer les besoins en énergie et développer les filières de production en France.

Selon GRTGaz, la France peut produire d’ici 2050 jusqu’à 460 TWh de gaz renouvelable injectable dans le réseau. Pour ce faire, les trois grandes filières de production doivent être sollicitées (7) : 

  • la méthanisation des biodéchets

  • la pyrogazéfication de bois et ses dérivés

  • le “Power to Gas”

Un véritable impact environnemental positif

Passez au gaz bio français

Changez de fournisseur d'énergie en 5 minutes, sans coupure et sans engagement.

Je veux en savoir plus

Production de gaz en France

Depuis les années 1980, la production nationale de gaz naturel ne cesse de chuter. L’arrêt d’injection du gaz de Lacq, suite à l’épuisement du gisement , en octobre 2013, a marqué un véritable tournant dans la production française.  Fin 2020, la France comptait 214 installations d’une capacité d’injection de 3,9 TWh/an raccordées au réseau. A titre d’exemple, la consommation annuelle de gaz d’un ménage s’élève à 11 187 KWh, selon le CRE.

Aujourd’hui, le réseau français de gaz est en partie alimenté par du gaz de mine, extrait du bassin du Nord-Pas-de-Calais, en quantités marginales. Il est complété avec du biométhane obtenu par épuration de biogaz. De plus, selon le ministère de la transition écologique, 1 164 projets supplémentaires sont en cours de développement, notamment en biométhane.(1)

Distribution et stockage du gaz

Le réseau de transport de gaz compte 200 000 km de canalisations de distribution, 15 sites de stockage souterrain et 4 terminaux méthaniers en service. Deux opérateurs se partagent la gestion du réseau :

  • Terégo, dans le Sud-Ouest (5 100 km de réseau).

  • GRTGaz qui a la charge du reste du territoire (32 500 km).

Qui sont les consommateurs de gaz en France ?

Si le nombre de consommateurs directs de gaz naturel diminue en France, la part de gaz consommé pour produire de l’électricité devrait augmenter. Elle était estimée à 7 % en 2021 et devrait atteindre 15 % dans les prochaines années (3).

Autrement dit, le gaz naturel continue d’être une source d’énergie exploitée. Simplement, les usages changent. Aujourd’hui, les consommateurs de gaz sont donc moins les particuliers et les entreprises françaises que les producteurs d’électricité.

En 2019, le résidentiel représente 31 % de cette consommation, devant l’industrie (28 %), la production d’électricité et de chaleur (19 %) et le tertiaire (17 %). Ces derniers utilisent davantage de gaz pour palier aux défaillances des parcs nucléaire et hydraulique. L’Observatoire sur les marchés du détail du gaz (CRE) estime que 10 719 000 sites résidentiels étaient raccordés au réseau en 2020.(4)

Qui fournit le gaz en France ?

À l’instar des fournisseurs d’électricité, il existe sur le marché du gaz des fournisseurs dits “historiques” et des fournisseurs dits “alternatifs”. Parmi les fournisseurs historiques, on peut citer Engie, principal fournisseur de gaz en France . En 2023, on dénombre plus d’une vingtaine de fournisseurs de gaz naturel. 

Il existe plusieurs fournisseurs de gaz vert sur le marché. Les principaux sont Engie, Ekwatteur, ilek et Total Energies. Certains d’entre eux proposent des offres mixtes et des offres 100% biométhane. 

Sources 

(1) https://www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr/

(2) https://www.ecologie.gouv.fr/

(3) https://www.latribune.fr/

(4) https://www.cre.fr/

(5) https://www.grdf.fr/

(6) https://librairie.ademe.fr/

(7) https://www.grtgaz.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *