Passez à l’énergie verte maintenant

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors
Fourniture d'énergie 10 min de lecture

À quoi correspond le point d’échange de gaz (PEG gaz) ?

Souscrire un contrat biogaz compétitif sans coupure et sans engagement
J'estime mes mensualités

Sans coupure

Prix Selectra 2024

Souscrivez en 5 min

Si vous vous intéressez au monde de l’énergie, vous avez certainement déjà entendu parler du PEG, le point d’échange de gaz. Savez-vous réellement à quoi il correspond ? C’est ce que nous vous proposons de découvrir maintenant. 

En France, la plupart des contrats de gaz naturel sont indexés sur le tarif réglementé de vente (TRV) – jusqu’au 30 juin 2023. D’autres appartiennent à la famille des offres à prix fixe. Les derniers, plus rares, sont directement indexés sur le marché de gros. Dans ce type de contrat, l’indice de référence permettant de fixer le prix du kWh est le PEG. Ce dernier impacte donc de façon directe le montant de vos factures d’énergie. 

PEG gaz, à quoi ça sert ?

Le PEG est une place virtuelle dans laquelle s’effectuent les échanges sur le marché de gros du gaz naturel. Il s’agit donc d’un marché permettant de déterminer le prix de vente du kWh de gaz naturel en France. Les échanges qui s’y opèrent concernent 2 principaux acteurs, à savoir :

  • Les gestionnaires de réseaux de transport de gaz. Ils sont notamment responsables de l’équilibrage des bilans énergétiques journaliers au niveau national. 
  • Les fournisseurs d’énergie.

Jusqu’au 1er novembre 2018, il existait 2 points d’échanges sur le marché français. 

  • Le PEG Nord : elle était particulièrement interconnectée avec les réseaux de transport et de stockage allemand, norvégien et belge. 
  • La TRS (Trading Region South)  : elle regroupait les zones d’équilibrage de GRTgaz Sud et de Teréga.

Depuis cette date, ces deux PEG ont fusionné pour former une même entité. Il s’agit de la TRF, pour Trading Region France.

 Quel est le rôle de la Trading Region France (TRF) ?

 La mise en place en novembre 2018 de la TRF répondait à plusieurs objectifs : 

  • Limiter les disparités d’approvisionnement entre le nord et le sud du pays, initialement en défaveur des régions méridionales. 
  • Assurer la sécurité d’approvisionnement en gaz naturel à travers le territoire, en améliorant l’accès aux différentes sources de gaz.
  • Améliorer la compétitivité du réseau français, en développant les interconnections avec les autres places énergétiques en Europe.
  • Augmenter le volume de gaz échangé, de façon à concurrencer le marché TTF des Pays-Bas, le plus important en Europe. 

La Trading Region France est le fruit d’une collaboration entre GRTgaz et Téréga, les deux opérateurs d’infrastructures gazières français. Cette coopération a été menée sous l’impulsion de la Commission de régulation de l’énergie, qui chapeaute le projet depuis 2003.

Elle s’est notamment traduite par des investissements de près de 900 M€ dans les réseaux de transport. Le renforcement des artères Val de Saône et Gascogne-Midi constitue l’un des principaux accomplissements de la TRF. Il a permis d’augmenter de façon importante les capacités d’alimentation du sud de la France.

Le PEG impacte-t-il le prix et le cours du gaz naturel ?

La réponse est oui, mais pas toujours ! En réalité, cela dépend avant tout de votre contrat de fourniture en gaz naturel. Pour savoir si le PEG impacte votre facture d’énergie, encore faut-il connaitre la nature de votre offre. En France, on distingue plusieurs types de contrats de gaz :

  • Le tarif réglementé de vente (TRV) : distribué et Engie et quelques ELD, le TRV est amené à disparaître le 30 juin 2023. Depuis plusieurs années, vous n’avez plus la possibilité de souscrire un contrat de ce type. Historiquement, le TRV était révisé chaque mois par le gouvernement sur proposition de la CRE.
  • Les contrats de gaz indexés : ils constituent la 2e forme la plus fréquente d’offres énergétiques. Dans ce type de contrat, le prix du kWh de gaz évolue en même temps qu’un indice de référence, qui peut être :
    • Le TRV, c’est le cas le plus fréquent.
    • Un indice sur le marché de gros, comme le PEG par exemple.
  • Les contrats de gaz à prix fixe :  le fournisseur choisit alors seul le prix du kWh de gaz et de l’abonnement en fonction de sa politique commerciale et des couts de structure qu’il supporte. L’engagement de durée est unilatéral. Il se fait uniquement dans le sens “fournisseur-client”. Pendant la durée d’engagement, le client est libre de résilier son contrat pour se diriger vers un autre prestataire. 

Pour résumer, la TRF impactera donc le montant de votre facture si vous avez souscrit un contrat indexé sur le PEG. Le désavantage de ce type d’offre est évident : le prix de l’énergie fluctue tous les mois en fonction de l’évolution des cours du gaz sur le marché de gros. Il nécessite une implication importante de la part du consommateur. 

Pourquoi le PEG est-il amené à jouer un rôle important sur le marché du gaz naturel ? 

Alors qu’elle est grande productrice d’électricité, la France importe la quasi-totalité du gaz naturel qu’elle consomme. Cette importation s’effectue par l’intermédiaire de gazoducs ou de méthaniers. Une fois arrivé en France, le gaz est stocké dans d’immenses infrastructures. Il intègre ensuite les réseaux de transport et de distribution nationaux.

Historiquement, la répartition inégale des centres de stockage défavorisait les régions du sud de la France. En raison des difficultés d’approvisionnement, le prix du kWh de gaz y plus élevé. Ce déséquilibre tarifaire était renforcé par les interconnexions nombreuses dont profitaient les régions du nord avec les réseaux norvégiens, allemands et belges. Les interconnexions déficitaires entre le Nord et le Sud ne permettaient pas de répondre à la totalité des besoins énergétiques des régions méridionales. Ces dernières étaient donc souvent approvisionnées par les terminaux méthaniers de Fos-sur-Mer. Or, le prix de ce gaz naturel liquéfié est souvent plus élevé que celui du gaz naturel gazeux.

La mise en place d’une place unique pour les échanges sur le marché de gros contribue ainsi à la péréquation tarifaire à travers le territoire. Ce lissage du prix du gaz est d’autant plus important que le tarif réglementé est amené à disparaître le 30 juin 2023. 

Quel est le prix du PEG Powernext en 2023 ?

La société EEX diffuse le prix mensuel du PEG par l’intermédiaire d’un indice nommé ” PEG Monthly index €/MWh “. Cette entreprise joue un rôle majeur dans la régulation du marché du gaz naturel sur le Vieux Continent. Elle gère aujourd’hui d’autres points d’échange majeurs en Europe, notamment le TTF aux Pays-Bas, le NBP au Royaume-Uni, le THE en Allemagne, le PVB en Espagne et le PSV en Italie. 

Le Comité national routier précise que le prix PEG mensuel “équivaut à la moyenne de tous les prix de règlements quotidiens des contrats à terme sur le gaz naturel du mois en cours”. Il reflète donc sa valeur. 

En mars 2023, le prix mensuel du PEG était de 43,280 €/MWh, en très nette diminution par rapport à la moyenne de janvier, qui s’élevait à 60,409 €/MWh. 

Quels sont les grands facteurs influençant le prix du PEG ?

Le prix du gaz naturel sur le marché de gros dépend d’un certain nombre de facteurs. Ces derniers peuvent être liés à la demande en énergie ou à l’offre en énergie. Les transactions s’effectuant sur le PEG ne sauraient se comprendre sans prendre en compte ces critères.

Facteurs influençant la demande en gaz naturel

  • Le dynamisme économique du pays et de ses habitants

Dans un système capitaliste, une économie fonctionnelle consomme souvent plus qu’une économie moins performante.

  • Les politiques énergétiques

Elles impactent notamment les habitudes de consommation des entreprises et des clients résidentiels. Les pays producteurs sont généralement capables de vendre l’énergie à un tarif plus compétitif que ne le font les pays importateurs.

  • Le climat 

Les conditions météorologiques extrêmes induisent une surconsommation en gaz naturel. Lors des périodes de grand froid, l’énergie est utilisée pour se chauffer. Pendant les canicules, le gaz alimente les climatisations. 

Facteurs influençant l'offre en gaz naturel

  • Le prix du baril de pétrole 

Depuis les années 1970, les prix du gaz et de l’énergie sont indexés sur celui du pétrole. Le kWh de gaz naturel grimpe en flèche lorsque le prix du baril augmente.

  • Le niveau et la gestion des stocks

Le gaz naturel présente l’avantage de pouvoir être stocké. Ce n’est pas le cas de l’électricité. La mise en regard des niveaux de stock et des prévisions de consommation impacte le marché.

  • Le contexte géopolitique 

Les conflits opposant des producteurs de gaz naturel influent sur le prix du gaz. Les guerres menacent la capacité d’approvisionnement des pays importateurs. 

Comment évolue le PEG en cours d'année et au fil des ans ?

L’indice PEG est impacté par de nombreux facteurs. Il est susceptible de varier en fonction du contexte politique, mais également de la demande en énergie.

Ainsi, cet indice a tendance à augmenter à la fin de l’automne et en hiver, lorsque les besoins énergétiques s’accroissent au niveau national. Lorsqu’elle engendre des difficultés d’approvisionnement en énergie, une situation diplomatique tendue peut aussi produire une hausse des cours sur le marché de gros. Entre février 2022 et août 2023, le prix du MWh de gaz naturel a ainsi augmenté de 880.38 % sur l’indice PEG.

Le tableau du CNR vous permettra de mieux comprendre comment le PEG a évolué ces 14 dernières années.

Prix du PEG Gaz sur 15 ans

Questions fréquemment posées

C'est quoi l'indice PEG ?

L’indice PEG donne un aperçu du prix du kWh de gaz naturel sur le marché de gros français.  Il correspond à la moyenne des prix d’achat des contrats à terme sur le gaz naturel du mois en cours. Il est important de maitriser cet indice. Certains contrats de fourniture de gaz sont en effet indexés sur le PEG.

Quel est le cours du gaz aujourd'hui ?

En mars 2023, le prix mensuel du PEG était de 43,280 €/MWh. Ce chiffre dénote une nette déflation du prix du kWh de gaz sur le marché de gros. En août 2022, l’indice PEG avait atteint un niveau record de 170,361 €/MWh. Ce plafond s’expliquait par un contexte géopolitique tendu, la guerre en Ukraine ayant entrainé des difficultés d’approvisionnement majeures  à l’échelle européenne.

Quel est le fournisseur de gaz le moins cher en 2023 ?

Le prix d’une facture d’énergie dépend de nombreux facteurs, comme la zone géographique, le mode de tarification et l’usage du gaz naturel. La provenance de l’énergie joue également un rôle important. Ainsi, le biogaz est généralement vendu plus cher que le gaz naturel. Contrairement à lui, il est fabriqué à partir de sources énergétiques renouvelables.

Quel est le prix d'un kwh de gaz ?

En option “base” et “B0”, le prix d’un kWh de gaz naturel au TRV est aujourd’hui facturé 0,1284 €. Pour les classes de consommation “B1” et “B2i”, il varie entre 0,1035 € et 0,1071 €. Le prix annuel de l’abonnement au TRV de gaz est quant à lui compris entre 102,09 € et 249,86 €. Certains contrats coutent un peu plus cher, mais sont plus respectueux de l’environnement. C’est le cas des offres encourageant le développement du biométhane français.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *