Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors
Fourniture d'énergie 11 min de lecture

L’origine de la production d’électricité en France 

Contribuez à la transition énergétique en choisissant une offre d'électricité renouvelable en circuit court
J'estime mes mensualités

Electricité et gaz renouvelables

Fournisseur labellisé

150 000 Clients

Lorsque les particuliers ou professionnels consomment de l’électricité, que ce soit à leur domicile ou sur leur lieu de travail, il s’agit de l’ultime étape du parcours de cette énergie. La première d’entre elles, la production d’électricité proprement dite, se fait au travers de divers moyens. Certains ont un impact important sur l’environnement, d’autres utilisent des sources d’énergie renouvelables. Le mix énergétique français en la matière, nous le verrons, est assez original au regard de ce qui existe en la matière au niveau international. 

A la différence du gaz, où la production française est quasiment inexistante, celle de l’électricité est relativement importante et stable dans le temps. Récemment, cette régularité a été quelque peu mise à mal, ce qui a logiquement eu des effets sur nos exportations et importations. 

Les niveaux de production d'électricité en France (1)

Depuis le début des années 2010, la production annuelle d’électricité dans notre pays est assez homogène. Ainsi, elle se situe aux alentours de 480 TWh. Il s’agit d’une hausse cependant très importante si l’on remonte un peu plus loin dans le temps, car cette production est quatre fois supérieure à ce qu’elle était en 1970.

La production d’électricité, d’une année à l’autre, connaît cependant des variations. En effet, plusieurs facteurs sont susceptibles de l’influencer : 

  • Certaines installations dont le but est de produire de l’électricité peuvent être indisponibles. Cela peut être de manière programmée, en raison par exemple d’une maintenance, ou bien imprévue, à cause d’un incident.
  • D’autres sites de production sont soumis aux conditions climatiques. C’est notamment le cas des centrales hydroélectriques, dont la capacité dépend énormément des ressources en eau disponibles.
  • La production dépend également de la consommation qui est faite en France. Celle-ci est variable, car le contexte économique, les pics de chaleur ou de froid, ou bien encore les efforts accomplis par les particuliers pour maîtriser leurs consommations ont une grande incidence.
  • Enfin, la situation énergétique des autres pays européens est également à prendre en compte, car la position centrale de notre pays, ainsi que la faiblesse de ses coûts de production, en font un exportateur très important sur la scène de l’électricité. Ainsi, nous exportons en moyenne 50 TWh chaque année, pour un solde positif avec tous les pays européens, à l’exception de l’Allemagne.

Production électrique : l'exception de 2022

Une série d’événements a eu en 2022 des conséquences très concrètes sur la production d’électricité française (2). Ainsi, pour compenser une baisse importante de notre production, nous avons dû, pour la première fois depuis 1980, importer davantage d’électricité que nous n’en avons exporté.

Notre production s’est élevée cette année-là à 445,2 TWh. Si l’on se réfère à la période entre 2014 et 2021, cela représente une baisse de 15%. Il s’agit également de la production la plus faible depuis 1992.

Un contexte particulier qui explique la baisse de la production de TWh

La première raison de cette pénurie très relative est due à notre parc nucléaire. En effet, la crise sanitaire du Covid 19 a retardé la maintenance de nombreux sites, qui ont donc été à l’arrêt en même temps. De nombreuses usines ont parallèlement eu à déplorer des problèmes de corrosion et ont été contraintes de stopper leur activité. Ainsi, sur cette année 2022, le taux d’indisponibilité s’est monté à 46%, établissant un record en la matière.

A côté, la production hydraulique a été considérablement ralentie, pour un volume de 49,6 TWh, soit le plus faible jamais enregistré depuis 1976. Ceci s’explique par les conditions météorologiques exceptionnelles que nous avons connues, avec des périodes de canicule associées à des épisodes de sécheresse prolongés.

Une importation devenue exceptionnellement nécessaire

Afin d’éviter une pénurie, la France a été contrainte d’importer 16,5 TWh d’électricité. Le solde import-export, d’ordinaire très favorable, a ainsi été négatif. En 2023, si la production restera inférieure à celles enregistrées entre 2015 et 2021, elle retrouvera un niveau satisfaisant, grâce notamment à la remise en route de nombreux réacteurs nucléaires. 

Produire de l'électricité en France : les différentes sources

La production via les centrales nucléaires

Nous le détaillerons un peu plus loin, le nucléaire est de loin le premier producteur d’électricité en France. Notre pays compte 18 centrales, pour un total de 56 réacteurs (3). Cette prédominance n’est évidemment pas due au hasard : le nucléaire a toujours fait partie de la culture française, depuis son apparition sur notre sol, dans les années 50, jusqu’à son véritable envol. C’est en raison du premier choc pétrolier et de la hausse fulgurante du prix du baril que la filière, sous l’impulsion du président Giscard d’Estaing, a connu une ascension significative.

Tous les réacteurs français sont dits de deuxième génération. Ils reposent ainsi sur la même technologie, en l’occurrence grâce à de l’eau qui, sous pression, transporte la chaleur émise par les réacteurs. Mais en raison de leur âge, beaucoup de nos réacteurs arrivent en fin de vie. Un grand carénage vise à prolonger leur activité, d’au moins cinquante ans, tout en respectant d’importantes normes de sécurité suite à la catastrophe de Fukushima. Mais les coûts associés à cette opération sont exorbitants : d’abord estimés à 55 milliards d’euros, ils ont été revus à la hausse par la Cour des Comptes.

Une autre solution est représentée par les réacteurs d’une nouvelle génération : les EPR, supposés être plus performants et plus sûrs. Une usine présente à Flamanville en est équipée, mais des réserves de sécurité sur les cuves des réacteurs ont été émises par l’Autorité de sureté nucléaire. Ceci pourrait remettre en question l’existence même des EPR.

Les énergies fossiles comme source d'énergie électrique

Aujourd’hui, il n’existe plus que deux usines à charbon encore opérationnelles en France. La première se trouve en Moselle et la seconde en Loire-Atlantique. La force de ces centrales thermiques est qu’elles sont capables de répondre à des pics de consommation, car leur mise en route est rapide. 

En revanche, elles constituent une solution très polluante et non respectueuse de notre planète. De plus, y avoir recours nous éloigne de la souveraineté énergétique, car nous devons importer les matières premières nécessaires au bon fonctionnement de ces centrales.

Les énergies renouvelables

Elles sont actuellement en plein essor, et on peut y voir un signe très favorable. Conscients des enjeux actuels qui menacent à terme l’existence même de notre planète, les différents acteurs, des pouvoirs publics jusqu’aux consommateurs, plébiscitent les énergies renouvelables.

Passez à l'électricité verte et au gaz bio français

Un véritable impact positif, en 5 minutes et sans coupure.

Je fais une estimation

L'énergie hydraulique

Elle représente la première source d’énergie renouvelable en France. L’énergie hydraulique repose sur un principe très simple, qui permettait dans l’ancien temps de faire fonctionner les moulins à eau. La force hydraulique permet de faire tourner une turbine qui, grâce à un alternateur, fabrique de l’électricité.

L’immense majorité de la production hexagonale (plus des 4/5èmes) est assurée par l’Alsace, la région Rhône-Alpes, Midi-Pyrénées et Provence-Alpes-Côte d’Azur. Si la production, en tant que telle, n’est pas polluante, l‘implantation de barrages et de grandes centrales est loin d’être neutre pour l’environnement et les écosystèmes locaux

Nous comptons aujourd’hui 2500 installations sur notre sol, dont 90% sont des centrales au fil de l’eau (4).

L'énergie du vent ou éolienne

La part de l’électricité produite par le vent ne cesse de grandir en France. Elle n’était que de 4,3% en 2016, et elle atteignait environ le double en 2022. Nous sommes ainsi le troisième plus grand producteur d’électricité éolienne en Europe.

Si son caractère écologique mérite d’être mis en avant, son principal inconvénient est d’être soumise aux conditions climatiques : la force du vent, en effet, n’est pas maîtrisable et à peine plus prévisible. On estime en moyenne que les éoliennes fonctionnent environ 80% du temps.

L'énergie solaire

Cette source d’énergie est quelque peu différente des autres, car elle se base essentiellement sur l’autoproduction et l’autoconsommation. Les habitations éloignées des réseaux électriques sont les principales concernées.

Si l’immense majorité des installations déployées dans notre pays sont d’une puissance très relative, cela n’a pas empêché la production d’accomplir un bond significatif entre 2021 et 2022 (+32%).

Le mix énergétique français

Les énergies fossiles, à l’échelle mondiale, représentent quasiment les trois-quarts de la production d’électricité. La France est clairement à contre-courant, comme nous le montre la répartition des différentes sources d’énergie en 2020 (5) : 

  • Nucléaire : 67,1%
  • Hydraulique : 13%
  • Éolien : 7,9%
  • Thermique : 7,5%
  • Solaire : 2,5%
  • Bioénergies : 1,9%

Questions fréquemment posées

Quelle est la première source d'électricité en France ?

La première source d’électricité en France est le nucléaire, qui représente à lui seul plus des deux-tiers de la production. Ceci est dû à une longue tradition en la matière, née dans les années 50 et qui s’est considérablement développée lors du premier choc pétrolier, en 1973. Notre pays compte aujourd’hui 53 réacteurs de deuxième génération, répartis dans 18 centrales. 
Les mesures de sécurité nécessaires suite à la catastrophe de Fukushima et la volonté de prolonger la durée de vie de nos centrales va entraîner un grand carénage, dont le coût, initialement estimé à quelque 55 milliards d’euros, va selon la Cour des Comptes être largement supérieur.

Comment produire de l'électricité à la maison ?

Produire sa propre électricité est la solution idoine pour les lieux isolés ou les habitations nomades. Ceci est de plus économique et permet de préserver l’environnement. S’équiper de panneaux solaires est la solution la plus courante et la plus avantageuse, même si l’investissement de départ n’est pas négligeable.
Il est également possible d’installer à l’extérieur une éolienne : comme son nom l’indique, la force du vent fait tourner ses pales, ce qui permet de produire de l’électricité. Mais mieux vaut être dans une zone géographique où le vent souffle de façon régulière. Enfin, si on habite près d’un cours d’eau dont le débit est suffisamment important, celui-ci peut actionner une turbine et produire du courant.

Comment se fait la production d'électricité ?

Il existe plusieurs façons de produire de l’électricité. Les centrales nucléaires constituent l’une d’elles, tout comme les usines thermiques, qui utilisent de l’énergie fossile. Ces deux méthodes ont toutefois pour inconvénient de poser la question des déchets pour la première, et de générer une grande pollution et une importante émission de gaz à effet de serre pour la seconde.
La production via les énergies renouvelables est actuellement en plein essor en France. Cela permet de produire de l’électricité de façon responsable et écologique. Parmi ces énergies renouvelables, citons l’hydraulique, l’éolien, le solaire et les bioénergies.

D'où vient l'électricité en France ?

Les énergies fossiles, à l’échelle mondiale, représentent quasiment les trois-quarts de la production d’électricité. La France est clairement à contre-courant, comme nous le montre la répartition des différentes sources d’énergie en 2020 : Nucléaire : 67,1%, Hydraulique : 13%, Éolien : 7,9%, Thermique : 7,5%, Solaire : 2,5% et Bioénergies : 1,9%.

A quoi sert une éolienne ?

Une éolienne produit de l’électricité grâce au vent. Sous l’effet de celui-ci, le rotor commence à fonctionner et ses pales se mettent en mouvement. Si ces dernières sont placées en hauteur, au sommet d’un mât, c’est parce que la force du vent est plus importante en altitude. Pour pouvoir produire de l’électricité, la vitesse de vent minimale doit être de 15 km/h. En revanche, pour des questions de sécurité, l’éolienne ne fonctionne plus au-delà de 90 km/h.
Le rotor est relié à un axe situé dans la nacelle, lequel est également relié à un alternateur. C’est celui-ci qui est responsable de la production d’électricité. 

Sources

(1) https://www.ecologie.gouv.fr

(2) https://www.euractiv.fr

(3) https://www.irsn.fr

(4) https://www.france-hydro-electricite.fr

(5) https://www.radiofrance.fr/franceinter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *