Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors

Comment isoler sous un parquet ?

Envie de mieux consommer, passez à l’énergie verte

En matière d’isolation thermique, la sous-couche présente sous un parquet joue un rôle absolument déterminant. Comme nous le verrons, cette sous-couche est également utile dans d’autres domaines (isolation phonique, régulation de l’humidité, gommage des irrégularité de la dalle…). Il est recommandé qu’elle soit présente quel que soit le type de parquet qui va être posé.

De manière générale, lorsque des travaux de rénovation énergétiques sont planifiés, les planchers (et donc les parquets) sont souvent laissés de côté. Il est vrai qu’en termes de déperdition de chaleur, ils ne sont responsables que de 10% de celle-ci, très loin des 33% affichés par le toit ou des 25% qui concernent les murs ou les huisseries. Néanmoins la présence d’une sous-couche performante présente des avantages indéniables.

Pourquoi isoler sous un parquet grâce aux sous-couches (ou sous-planchers) ?

Nous l’avons dit, la sous-couche se positionne entre le sol et le revêtement, ce qui lui permet en quelque sorte de faire la jonction entre ces deux éléments. Elle peut ainsi servir de tapis antidérapant, même si ce n’est pas son rôle prépondérant. Voici pourquoi elle est indispensable.

Pour assurer une bonne isolation thermique

En choisissant un isolant adapté, la sous-couche assure une efficacité certaine au niveau thermique, en évitant la déperdition de chaleur. Ses qualités ne s’arrêtent pas là, puisqu’elle est également performante au regard de l’isolation phonique. Grâce à elle, la transmission des divers bruits, qu’ils soient aériens ou solidiens, est limitée entre les étages.

Pour se protéger des remontées d'humidité

Il existe une différence de température entre le revêtement choisi pour le sol et l’air ambiant. Cet écart peut entraîner de la condensation qui, à terme, va détériorer le parquet et empiéter sur sa durée de vie (apparition de moisissures, de champignons et déformation).

Pour isoler sous un parquet, il est ainsi recommandé d’avoir recours dans la plupart des cas à un film pare-vapeur, qui a pour fonction de protéger le revêtement de l’humidité, dans la mesure où celle-ci est maintenue au niveau de la dalle. 

Pour avoir un sol régulier

Une dalle de béton présente toujours des irrégularités et n’est pas parfaitement plane. La présence d’une sous-couche va permettre de gommer ces défauts, s’ils n’excèdent pas 4 mm environ. Plus la sous-couche est épaisse, plus elle corrige des imperfections importantes.

Ceci est particulièrement important, car il faut savoir qu’un parquet doit absolument être posé sur une surface régulière et plane. Si, toutefois, les irrégularités étaient trop prononcées, un ragréage du sol doit intervenir avant la pose de la sous-couche.

Les critères pour choisir son isolation

Isoler sous un parquet, on l’a compris, est absolument indispensable. Mais il existe naturellement plusieurs types d’isolants pour constituer la sous-couche. Si vos préférences entrent naturellement en ligne de compte, voici les critères qui doivent être déterminants dans votre choix : 

  • Le type de pose : cloué, collé ou clipsé. Toutes les poses ne sont pas compatibles avec tous les matériaux isolants !
  • L’épaisseur de la sous-couche doit également vous interpeller. Elle doit être compatible avec votre type de parquet. La plupart du temps, plus un isolant est mince, plus ses propriétés isolantes sont réduites. Mais ce n’est pas pour autant qu’il faut se tourner vers une épaisseur extrême, qui risquerait de vous déranger au quotidien.
  • Chaque isolant dispose de ses propres caractéristiques, nous y reviendrons. A vous de faire votre choix parmi les matériaux proposés.
  • Le prix entre naturellement en ligne de compte, car les budgets dont vous disposez ne sont pas extensibles. Prenez votre temps pour analyser les différents rapports qualité/prix, car bien souvent, des isolants aux caractéristiques semblables ont des coûts très différents !
  • Enfin, nous vous conseillons, dans un souci de respect de la planète, de mettre de côté les isolants synthétiques comme le polystyrène pour privilégier les matériaux écologiques.

Les différents types de parquets

Pour pouvoir faire les bons choix lorsque l’on décide d’isoler son parquet, il convient de savoir précisément de quoi il est question. Voici qui devrait vous aider à y voir plus clair, entre parquet flottant, massif ou stratifié.

Le parquet massif

Il est constitué exclusivement de bois massif, issu du chêne, du merisier, du noyer ou de l’iroko (la liste n’est pas exhaustive). Ce type de revêtement ajoute une touche chaleureuse et authentique à un intérieur, et il dispose également de bonnes propriétés thermiques. Il est également réputé pour être résistant et posséder à ce titre une longue durée de vie. Un ponçage de temps à autre suffit à lui donner une deuxième jeunesse.

 

Parmi ses inconvénients, il faut souligner que son prix moyen est plus élevé que celui de ses “concurrents“. Il nécessite également un entretien régulier pour conserver ses propriétés.

La technique de pose

Les lames du parquet massif sont généralement clouées sur un support, comme des solives ou des lambourdes. Cette technique demande une expérience et un savoir-faire importants, et elle est à ce titre réservée aux professionnels.

Il existe également la possibilité de coller directement les lames du parquet massif sur le revêtement d’origine, qu’il s’agisse de carrelage ou de faux plancher. Cette technique est la seule à retenir si vous disposez d’un chauffage par le sol. Elle a pour avantage de réduire le bruit des pas, caractéristique des parquets.

Le parquet flottant

Malgré son nom, ce n’est pas exactement un parquet. S’il est appelé ainsi, c’est davantage en raison de sa technique de pose, dite flottante. On entend souvent parler de parquet contrecollé, il s’agit rigoureusement de la même chose.

Ce parquet, à la différence du massif, est constitué de plusieurs couches (deux ou trois) de bois différents. Seule la partie supérieure, celle qui sera visible par les occupants de l’habitation, est constituée de bois hautement qualitatif, comme le chêne, le hêtre ou l’érable.

Sa durée de vie est appréciable puisqu’elle peut atteindre un demi-siècle. Il ne peut pas être poncé aussi fréquemment qu’un parquet massif et, surtout, ses performances en termes d’isolation thermique sont beaucoup moins abouties. 

La technique de pose

Le parquet flottant est installé directement sur la surface à recouvrir, ce qui rend l’opération plus simple que pour le parquet massif. Certaines lames sont clipsables et s’emboitent donc les unes avec les autres ; d’autres doivent être au contraire collées entre elles. 

Le cas du parquet stratifié

Le parquet stratifié porte mal son nom, car il n’est pas en bois ! Il serait donc plus judicieux d’évoquer en ce qui le concerne un “sol stratifié“, qui est certes capable d’imiter le bois. Son avantage est d’être bien moins coûteux que le parquet massif, pour un rendu visuel à peu près similaire. 

Le stratifié est également facile à poser, mais il a pour inconvénient de s’abîmer rapidement, sans qu’il ne puisse être repeint ou poncé. Sa durée de vie est donc limitée.

Les différents isolants

Il existe principalement quatre types de sous-couches pour votre parquet. Chacune possède ses propres caractéristiques, que ce soit au niveau thermique, bien entendu, mais également au regard de l’isolation phonique.

À vous de déterminer quelle matière correspond le mieux à vos aspirations, en fonction également de la façon dont votre parquet a été posé. L’aide d’un professionnel est souvent la meilleure solution pour ne pas commettre d’impairs et vous assister dans l’installation, que celle-ci se fasse sous forme de panneaux, de rouleaux ou de plaques.

La sous-couche en liège

D’un point de vue écologique, le liège a peu de concurrence, puisqu’il s’agit d’une matière totalement recyclable et naturelle. Il provient des chênes éponymes, qui ont la capacité de renouveler leur écorce après qu’elle a été prélevée : l’extraction de la matière n’est donc pas nuisible à l’arbre, et l’empreinte carbone de production est réduite au strict minimum.

Une sous-couche en liège affiche de très bonnes performances, que ce soit au niveau thermique ou de l’isolation phonique. Elle est de surcroît très résistante à l’humidité et au feu. Cette sous-couche est compatible avec tous les types de poses et elle se déploie sous forme de rouleaux ou de plaques, dont l’épaisseur est comprise entre 2 et 8mm.

Enfin, la qualité de l’air dans votre habitation n’est pas altérée, puisque le liège est une matière qui n’émet pas de composés organiques volatiles.

La fibre de bois

Ce type de sous-couche possède de très bonnes qualités isolantes et résiste très correctement à l’humidité. Il s’agit d’une matière qui, pour être produite, est également très respectueuse de l’environnement. 

Si votre dalle comporte des irrégularités, les plaques en fibre de bois peuvent les corriger si elles n’excèdent pas les 3 millimètres d’épaisseur.

La mousse polyéthylène

Si cette sous-couche affiche des performances correctes au niveau de l’isolation thermique et phonique, son principal atout est son coût, puisqu’il s’agit d’un 1er prix, en dessous de celui des autres matériaux. En revanche, elle ne peut corriger que les petites irrégularités, inférieures à 1mm. 

Si vous disposez d’un plancher chauffant, vérifiez que votre sous-couche laisse passer la chaleur, cela varie en fonction des modèles.

Le polystyrène extrudé

Si ses performances en termes d’isolation thermique sont indéniables, cette sous-couche présente également bon nombre d’inconvénients. Elle n’est pas résistante au feu et il s’agit d’une matière dont les rongeurs sont friands. En cas de très fortes chaleurs, le polystyrène dégage des vapeurs toxiques.

Il est de surcroît très peu écologique, que ce soit dans son mode de production ou en termes de déchet, puisqu’il met énormément de temps à se dégrader.

Questions fréquemment posées

Quand mettre un pare-vapeur sous parquet ?

Pour isoler sous un parquet, il est recommandé d’avoir recours dans la plupart des cas à un film pare-vapeur, qui a pour fonction de protéger le revêtement de l’humidité, dans la mesure où celle-ci est maintenue au niveau de la dalle. 

Comment isoler sous un parquet ?

L’isolation sous un parquet consiste à poser une sous-couche, constituée à partir d’un isolant. Il existe principalement quatre types de sous-couches. Chacune possède ses propres caractéristiques que ce soit au niveau thermique mais également en ce qui concerne l’isolation phonique. A vous de déterminer quelle matière correspond le mieux à vos aspirations, en fonction également de la façon dont votre parquet a été posé.

Pourquoi mettre sous-couche sous parquet ?

Une sous-couche a pour fonction d’améliorer l’isolation du parquet, en réduisant les déperditions de chaleur et les nuisances sonores liées aux chutes d’objets et autres bruits de pas. Elle permet également de lutter contre l’humidité. Enfin, la sous-couche gomme dans une certaine mesure les irrégularités de la dalle : ainsi, le parquet est plus facile à poser.

Quel isolant mettre sous un parquet flottant ?

Il existe principalement quatre types de sous-couches pour votre parquet. Chacune possède ses propres caractéristiques que ce soit au niveau thermique, bien entendu, mais également au regard de l’isolation phonique. Le liège a notamment pour avantage d’être très performant mais également excessivement écologique. La fibre de bois, pour les mêmes raisons, constitue une alternative intéressante.

Pare-vapeur parquet est-il obligatoire ?

La pose d’un pare-vapeur, qui est présent entre la sous-couche et le support, est obligatoire quand la pose du parquet est flottante ou stratifiée. Ce pare-vapeur a pour fonction de lutter contre l’humidité, qui va être concentrée au niveau de la dalle, sans risque de détérioration du parquet.

Sources

(1)https://isolation-thermique.org/choisir-isolant-thermique/sous-couche-parquet-isolation-thermique/

(2)https://www.lisolation.fr/isolant-parquet-choisir/https://robindubois.ch/parquet-massif-flottant/

(3)https://www.leroymerlin.fr/comment-choisir/comment-choisir-sa-sous-couche-pour-parquet-et-stratifie.html

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *