Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors

L’isolation des planchers

Envie de mieux consommer, passez à l’énergie verte

Améliorer son confort thermique passe par une isolation des différents endroits de la maison : le toit, les murs mais également le plancher. Si les ponts thermiques en provenance du sol ne sont pas les plus importants, ils ne doivent pourtant pas être négligés.

En bref : 

  • Les méthodes d’isolation du plancher sont : sous le plancher, sur le plancher, mais également entre les interstices. 
  • Les isolants à privilégier sont : l’ouate de cellulose, la laine de bois ou encore le lin
  • Les coûts de l’isolation des planchers dépendent : de la méthode, de l’isolant,  des travaux préalables et des travaux collatéraux

Pourquoi isoler son plancher ?

En règle générale, l’isolation des planchers n’est pas le chantier prioritaire lorsque l’on effectue des travaux de rénovation dans son logement. Les chiffres permettent d’étayer cet état de fait, puisque que :

un tiers des déperditions de chaleur se font par le toit, un quart par les murs et un quart par les huisseries.

Le calcul est simple : environ 10% de ces problèmes sont dus aux planchers. Mais ce n’est pas pour autant qu’il faut se désintéresser de vos sols en matière d’isolation.

Pour améliorer ses performances énergétiques

Si cela ne constitue pas l’élément le plus important, améliorer l’isolation du sol vous permet de mieux vous sentir chez vous. Cela a également pour conséquence de réduire vos factures et donc de réaliser des économies d’énergie.

Enfin, une bonne isolation thermique a également des répercussions sur l’isolation phonique : en réduisant les nuisances susceptibles de se propager d’un étage à l’autre, vous améliorez votre qualité de vie.

L'isolation du sol pour lutter contre l'humidité

L’isolation d’un plancher, lorsque l’on se trouve au rez-de-chaussée, permet de réduire les remontées d’humidité. Ce phénomène survient fréquemment quand cette humidité se transmet par la terre ou par l’espace du sous-sol qui n’est pas chauffé.

Ceci n’est pas à prendre à la légère, car peuvent survenir des sensations de froid, des odeurs peu agréables ou encore l’apparition de moisissures sur la partie inférieure des murs ou sur les joints du carrelage. Bien isoler le sol, dans ces conditions, revient à préserver son confort, garantir une certaine hygiène et, dans les cas les plus extrêmes, préserver la structure même du bâtiment.

Les différentes techniques

Un plancher peut être isolé de plusieurs manières. Tout dépend notamment des caractéristiques de votre logement.

L'isolation sous plancher

Nous sommes ici dans le cas des planchers bas, s’il existe un sous-sol comme une cave, un garage ou encore un vide-sanitaire. L’avantage principal, si vous décidez d’entreprendre des travaux de rénovation, est que cette technique d’isolation par le dessous vous permet de ne pas toucher au sol de votre propre logement, puisque l’isolant est placé sur la partie inférieure de ce dernier. 

D’un point de vue pratique, on installe des panneaux qui peuvent être fixés directement sur le plafond du sous-sol (collés ou vissés), ou bien installés sur une ossature métallique. Une autre technique est le flocage en sous-face, qui consiste à mettre en place une couche d’isolant dans un faux plafond. Si l’efficacité de cette méthode est indéniable, elle réduit la hauteur disponible, ce qui peut être problématique dans le cas par exemple d’un garage (le véhicule aura-t-il la place de rentrer ?)

L’isolation sous plancher est relativement simple à mettre en place et se révèle assez peu onéreuse. Il n’y a de surcroît aucun impact sur la hauteur de plafond du logement et durant les travaux, il n’est pas nécessaire de vider les pièces concernées et de déplacer du mobilier. 

Isoler un plancher par le dessus

Cette technique, dans l’immense majorité des cas, concerne les constructions plus que les rénovations. En effet, une épaisseur de plancher supplémentaire sur un sol déjà existant pose de nombreux problèmes pratiques, comme par exemple l’ouverture des portes. 

Ici, les panneaux isolants sont installés sur le plancher. Il convient de prendre garde à ce qu’un éventuel chauffage par le sol ne cause pas de problème. L’isolant choisi doit pouvoir être résistant à la compression. Il est également capital, pour éviter l’apparition de ponts thermiques, de bien combler les espaces entre les diverses plaques, par exemple à l’aide de ruban adhésif.

L'isolation des interstices du plancher

Quand les sols sont à ossature métallique ou bois, il faut penser à combler les interstices. Certains isolants comme le liège sont disponibles en vrac et peuvent facilement s’y glisser. Cette technique s’applique aussi bien pour la construction que la rénovation. 

Les matériaux à considérer pour un plancher isolant thermique

Lorsque vous bâtissez votre propre maison ou que vous décidez d’entreprendre une rénovation, le choix des matériaux ne doit surtout pas être pris à la légère. Certains, en effet, contiennent des fibres potentiellement allergènes et d’autres peuvent, sous l’effet d’une très forte chaleur, entraîner l’émanation de gaz toxiques (c’est le cas du polystyrène). 

Il existe heureusement des isolants écologiques, qui proviennent des végétaux et du recyclage. Pour être produits, ces matériaux ne sont pas polluants et nécessitent peu d’énergie. Ils sont également connus pour protéger des risques d’incendie, des divers champignons ou encore des rongeurs. 

La ouate de cellulose, le liège, la laine de coton, le chanvre, la laine de bois ou le lin méritent ainsi d’être retenus lors de vos travaux d’isolation, car en plus des qualités déjà citées, ils possèdent de réelles vertus isolantes. 

Le prix de l'isolation du plancher bas ou haut

Il est très délicat d’établir des généralités quant au coût de l’isolation des planchers. De nombreux paramètres interviennent et ont une réelle influence sur la facture globale : 

  • Quelle est la surface à isoler ?
  • Quelle est la méthode d’isolation retenue ?
  • Quel isolant avez-vous choisi ?
  • Des travaux préalables sont-ils nécessaires (par exemple casser le sol existant dans le cadre d’une rénovation) ?
  • Existe-t-il des coûts collatéraux (faut-il déplacer des éléments électriques ou de plomberie) ?

 

En ce qui concerne le tarif des différents isolants, comptez environ 8 euros le m² pour la laine de verre, 20€/m² pour la fibre de bois (à ne pas confondre avec la laine de bois) ou de lin, ou encore 30€/m² en ce qui concerne la ouate de cellulose.

Les différentes aides

L’isolation thermique du plancher de votre logement a une incidence directe sur la consommation énergétique. Ainsi, vous pouvez avoir accès à des aides financières pour alléger la note globale de vos travaux.

L'éco-prêt à taux zéro

Comme son nom l’indique, il s’agit d’un crédit dont le taux d’intérêt est nul. Ce prêt peut être contracté avec les établissements bancaires qui ont signé un accord avec l’État. Son montant est plafonné à 50.000€, et la durée maximale de l’emprunt est de 20 ans. Tous les particuliers sont éligibles pour contracter ce prêt, mais il existe néanmoins deux conditions : 

– Les travaux liés à l’isolation du plancher doivent être réalisés par un artisan reconnu garant de l’environnement (RGE) ;
– L’isolant choisi doit posséder des caractéristiques qui lui permettent d’afficher un haut niveau de performance.

La TVA réduite

Dans ce cas et contrairement à ce qui a été vu un peu plus haut, il n’est pas obligatoire de faire appel à un professionnel RGE. La TVA pour les travaux d’isolation du plancher est de 5,5%, au lieu de 20% habituellement.

Ma prime rénov et les primes énergie CEE

MaPrimeRenov’ est une subvention mise en place par l’Etat français dans le but d’encourager les ménages à entreprendre des travaux de rénovation énergétique. Depuis le début de l’année 2021, ce dispositif est ouvert à tous les propriétaires, qu’ils soient occupants ou bailleurs

La prime énergie CEE (certificats d’économie d’énergie) est ouverte à tous ceux qui souhaitent réduire leur consommation énergétique grâce à des travaux de rénovation. Il faut néanmoins que le logement concerné ait été construit il y a plus de deux ans. Afin de déterminer le montant de cette prime, divers critères entrent en jeu : 

– La nature des travaux ;
– Le niveau de revenus du ménage ;
– Les économies d’énergie qui découlent en théorie des travaux entrepris ;
– La zone où se situe le chantier, car les régions où il fait froid sont logiquement favorisées.

Questions fréquemment posées

Comment isoler un plancher à l'étage ?

Il est possible d’avoir recours à l’isolation par le dessous, par l’intermédiaire d’un faux plafond, dans lequel est installé l’isolant. L’inconvénient de cette méthode est qu’elle réduit la hauteur sous plafond de la pièce où est installé cet équipement. En cas d’isolation par le dessus, si votre plancher est en bois, il est possible de poser des panneaux rigides conçus spécialement pour isoler ainsi qu’une dalle. Par-dessus, on installe un revêtement de sol.

Comment isoler un plancher déjà existant ?

Il convient dans ce cas avoir recours à une isolation par le dessous, c’est à dire en plaçant l’isolant entre les poutres ou les lambourdes qui supportent le poids du plancher. Il faut néanmoins qu’il existe un accès par le dessous, ce qui est possible par une cave ou un vide-sanitaire. Cette technique a pour avantage d’être plus facile à mettre en place qu’une isolation par le dessus, qui implique une surélévation du plancher.

Quel est le meilleur isolant pour un plancher ?

L’isolation d’un plancher peut se faire de façon écologique, grâce à des matériaux qui proviennent des végétaux et du recyclage. Pour être produits, ces matériaux ne sont pas polluants et nécessitent peu d’énergie. Ils sont également connus pour protéger des risques d’incendie, des divers champignons ou encore des rongeurs. 
La ouate de cellulose, le liège, la laine de coton, le chanvre, la laine de bois ou le lin méritent ainsi d’être retenus lors de vos travaux d’isolation, car en plus de ces qualités, ils possèdent de réelles vertus isolantes. 

Quelle épaisseur pour isoler un plancher ?

L’isolation des planchers bas, pour être performante, doit généralement avoir une épaisseur d’environ 10 à 12 centimètres. Cela dépend néanmoins de la nature de l’isolant qui a retenu votre attention. A titre indicatif, la laine de roche ou la laine de verre requièrent une épaisseur de 11 centimètres, alors que le liège demande 12 centimètres.

Plancher bas c'est quoi ?

Il est fréquent d’entendre parler d’un plancher bas, sans savoir exactement à quoi cela correspond. On entend par là le sol le plus bas d’une habitation. Ainsi, seule la partie supérieure de ce sol est chauffée. Les planchers situés au premier ou deuxième étage d’une maison, ou encore ceux qui ne sont pas au rez-de-chaussée d’un immeuble collectif n’en font pas partie.

Sources

(1)https://www.maisonentravaux.fr/

(2)https://conseils-thermiques.org

(3)https://www.quelleenergie.fr/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *