Passez à l’énergie verte maintenant

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors
Fourniture d'énergie 12 min de lecture

Quel est le Prix de l’Electricité en 2024 pour les Particuliers ? (Tarif Bleu EDF, Comparatif…)

Souscrire un contrat d'électricité sans coupure et sans engagement
J'active le courant

Sans coupure

Sans engagement

Souscrivez en 5 min

En 2024, le prix TTC du kWh en option base, pour une puissance de compteur de 6 kVA, est de 0,2516€. 

0,2516€ TTC : c’est le tarif réglementé de vente de l’électricité. Il se base sur la grille Tarif Bleu d’EDF et est validé par L’État, après consultation de la Commission de l’Énergie. Pour autant, le prix de l’électricité en 2024 n’est pas le même pour tous les particuliers.   

Depuis l’ouverture du marché à la concurrence, les différents fournisseurs alternatifs définissent librement leurs propres tarifs. Parmi ces fournisseurs, certains ont fait le choix de l’énergie verte : le prix de l’électricité verte est-elle plus chère ? Quel est le prix selon le type d’offre ? Mieux consommer fait le point.

Certains fournisseurs proposent des prix et des services avantageux pour le client. Estimez vos mensualités si vous changiez de fournisseur.

Quel est le prix de l’électricité en 2024 ?

Le kWh d’électricité, depuis février 2024, coûte 0,2516€ à un particulier habitant en France, quand celui-ci a souscrit à une offre indexée au TRV. 100 kWh reviennent à 25,16 €.

Le tarif Bleu d’EDF

Le tarif réglementé de vente proposé par EDF dépend de plusieurs facteurs : la puissance du compteur et l’option tarifaire. 

Le tarif Bleu de l’électricité en 2024 en option base

En option base, le prix du kWh est invariable, quel que soit l’instant de la journée. Par exemple, le coût électrique associé à l’utilisation d’un lave-vaisselle est le même à 8 heures du matin ou à 4 heures de l’après-midi.

Peu importe la puissance souscrite, le prix du kWh base TTC est de 0,2516€.

Le tarif Bleu de l’électricité en 2024 en option heures creuses / heures pleines

Ici, le prix de l’électricité dépend du moment de la journée où se fait la consommation. Durant les heures creuses, le prix du kWh est inférieur à celui du tarif en option base. Il est en revanche plus élevé durant les heures pleines.

Peu importe la puissance souscrite, le prix du kWh TTC est de :

0,2068€ pour les heures creuses
0,2700€ pour les heures pleines

Le tarif Bleu de l'électricité : le prix de l'abonnement

Le coût de l’abonnement – qui correspond à la puissance souscrite – est plus élevé pour les contrats en heures creuses / heures pleines. Il n’existe pas non plus d’abonnement heures creuses pour la puissance souscrite de 3 kVa. C’est le cas chez tous les fournisseurs d’électricité. 

Le tarif Bleu de l’électricité en 2024 en option Tempo

L’option Tempo comprend six prix différents. Les tarifs sont répartis en trois catégories, selon les jours de l’année : rouge (le prix du kWh est élevé), blanc (le prix du kWh est moyennement élevé) et bleu (le prix du kWh est bas). Il appartient aux consommateurs ayant choisi cette offre de s’informer chaque jour sur le prix qui sera appliqué le lendemain.

  • Le prix rouge concerne 22 jours par an et s’applique uniquement en hiver, hors week-ends et jours fériés. Il est impossible d’avoir plus de cinq jours rouges consécutifs.
  • Le prix blanc s’applique 43 jours par an.
  • Le prix bleu est en vigueur 300 jours par an, et tous les dimanches. 

Quelle que soit la catégorie concernée, chaque journée comprend également des heures pleines et des heures creuses.

Les prix de l’électricité pour les offres de marché

Face à EDF, une trentaine de fournisseurs alternatifs proposent des tarifs plus ou moins avantageux par rapport au TRV. Y voir clair et trouver l’offre qui correspond réellement à ses besoins peut s’avérer compliqué, c’est pour ça qu’il existe de plus en plus de comparateurs d’électricité pour vous aider dans la tâche. 

Passez à l'électricité verte et française

Un véritable impact positif, en 5 minutes et sans coupure.

Je fais une estimation

Les offres de marché indexées

Il s’agit d’offres d’électricité à prix variables : le tarif proposé au kWh suit l’évolution du tarif réglementé de vente. Ainsi, si le TRV augmente de 5%, le prix proposé par le fournisseur alternatif en fait de même. 

En règle générale, le prix du kWh HT proposé dans ce cas est plus avantageux que celui d’EDF. De plus, il est applicable dès le premier kWh consommé : les économies sont immédiates et visibles sur la première facture. 

Les offres de marché à prix fixe

Cette offre signifie que le prix du kWh est bloqué durant la durée du contrat, qui varie selon le fournisseur. Il est donc indépendant de l’évolution du tarif réglementé de vente.
Une offre à prix fixe peut être intéressante lorsque le prix du kWh a tendance à augmenter régulièrement. L’économie réalisée ne sera pas forcément visible sur les premières factures, mais plutôt à moyen et long terme.

Attention : le prix fixe concerne le Hors Taxes. Ainsi, si l’État décide d’augmenter une ou plusieurs taxes liées à l’électricité, cela a des répercussions sur la facture du consommateur.

Le prix spot de l’électricité

Certaines offres ne sont pas indexées sur le TRV mais sur le marché de gros, là où l’électricité se vend et s’achète, avant d’être proposée aux consommateurs (particuliers ou professionnels).

Le prix Epex Spot peut connaître de grandes variations et ce type d’offre, pour les particuliers, est extrêmement rare. Elle comporte d’importants risques financiers et est réservée à des personnes spécialisées dans le marché de l’électricité.

Le prix du kWh sur le marché de gros était de 0,06359€ le 29 février 2024.

Prix de l’électricité : quels choix pour le consommateur ?

Tarif base ou heures creuses / heures pleines ? Quelle puissance de compteur ? Au moment de souscrire un contrat, le client dispose de plusieurs options, qui ont une influence sur les futures factures.

Tarif base ou heures creuses / heures pleines ?

Le tarif base est le plus répandu en France. Choisir l’option heures creuses / heures pleines peut être avantageux, mais cela nécessite une certaine organisation de la part du consommateur. En effet, il faut pour cela être en mesure de décaler l’ensemble des grosses consommations durant les heures creuses, au moment où le prix du kWh est le moins cher, c’est-à-dire la nuit. 

Pouvoir procéder de la sorte est essentiel pour rentabiliser l’option heures creuses, car l’abonnement associé est de surcroît plus cher que celui en option base. 

Il faut garder à l’esprit que le client ne choisit pas les plages horaires associées aux heures pleines et creuses. Le gestionnaire du réseau, Enedis, est décisionnaire en fonction du lieu où se fait la consommation. 

Quelle puissance de compteur ?

La puissance de compteur a une influence directe sur le prix de l’abonnement dont doit s’acquitter chaque mois le client. Choisir la puissance adéquate, c’est la garantie d’optimiser le montant de ses factures et d’éviter les surtensions dans le logement. 

La puissance du compteur s’exprime en kilovoltampère (kVA). Parmi celles disponibles, voici quelques indications : 

  • La puissance minimale, 3 kVA, convient pour les appartements de moins de 50m2 qui ne sont pas en tout électrique.
  • 6 kVA est la puissance la plus répandue en France. Elle correspond aux logements de moins de 80m2 dont le chauffage est électrique.
  • 9 kVA est adéquat pour les habitations tout électrique d’une surface comprise entre 80 et 100 m2.
  • 12 kVA : pour les habitations de plus de 100m2 qui se chauffent à l’électrique.
  • À partir de 15 kVA : les surfaces supérieures à 160m2.

Comment est fixé le prix de l’électricité pour les particuliers ?

Le tarif final payé par le consommateur dépend de plusieurs facteurs. Le prix du kWh se compose de trois grandes catégories : 

  • La fourniture d’énergie
  • Les taxes appliquées par l’État
  • Le transport et la distribution

La fourniture d’électricité

On estime qu’un peu moins de la moitié du prix du kWh payé par le client concerne l’approvisionnement en électricité. Il s’agit donc d’une donnée essentielle, liée au fait qu’un fournisseur, pour pouvoir proposer de l’énergie aux consommateurs, doit d’abord s’en procurer. Pour ce faire, le fournisseur dispose de trois possibilités.

L’achat d’électricité nucléaire à EDF

Dans ce cas, le prix est défini par la loi. Il est actuellement de 0,042 €/kWh. Ce système est appelé Accès Réglementé à l’Électricité Nucléaire Historique (ARENH). Il a pour but que la production nucléaire, peu onéreuse, puisse profiter à tous les fournisseurs. Ceci est essentiel pour que la concurrence puisse jouer au maximum et profiter aux consommateurs.

Chaque année, un plafond, exprimé en TWh, est fixé. Cette électricité étant peu chère, les fournisseurs alternatifs la choisissent prioritairement. Le plafond est ainsi régulièrement atteint. La fin du dispositif ARENH a été fixée à la fin de l’année 2025.

L’achat sur les marchés de gros

Une fois que le plafond de l’ARENH est atteint, l’immense majorité des fournisseurs se tournent vers le marché de gros. Interviennent sur ce marché les producteurs, les fournisseurs, les négociants et les opérateurs d’effacement, qui valorisent les économies d’énergies réalisées par le consommateur.

La production

Parmi les fournisseurs actuellement présents sur le marché, très peu possèdent leurs propres moyens de production. Il s’agit d’EDF, TotalEnergies, Engie ou encore ilek, producteur d’énergie depuis novembre 2023 grâce à plusieurs installations solaires dans le sud-ouest de la France.

Les taxes et coûts imposés par l'État

Les taxes

Le prix de l’électricité est influencé par trois taxes majeures.

  • L’accise sur l’électricité dépend des quantités livrées aux consommateurs. Ce sont les fournisseurs qui collectent la taxe auprès de leurs clients, puis la reversent à l’État. 
  • La CTA, ou Contribution Tarifaire d’Acheminement, s’applique en fonction du type de consommateur et du niveau d’électricité consommée. Elle a pour fonction de financer les retraites des anciens salariés du secteur énergétique.
  • La TVA, enfin, est double : elle est de 5,5% sur la CTA, et de 20% sur les kWh consommés.

Le TURPE

Dans le prix du kWh sont inclus les Tarifs d’Utilisation des Réseaux Publics d’Électricité. Les fournisseurs rémunèrent ainsi les réseaux de distribution et de transport, respectivement Enedis et RTE.
Le montant du TURPE est défini par la Commission de Régulation de l’Énergie, afin de couvrir les coûts d’entretien et de modernisation des réseaux.

CEE, garantie de capacité ...

Les fournisseurs sont tenus de produire des Certificats d’Économies d’Énergie (CEE). Ils les obtiennent lorsqu’ils incitent leurs clients à réaliser des économies énergétiques, par exemple en attribuant une prime pour remplacer un équipement trop énergivore. Si le quota imposé n’est pas atteint, les fournisseurs doivent compenser en achetant des CEE à des tiers.

Il existe par ailleurs un coût lié à la garantie de capacité. Un fournisseur doit prouver qu’il est apte à fournir ses clients en électricité, quel que soit le contexte. C’est notamment le cas lors des pics de froid en hiver, quand la demande énergétique est particulièrement importante.

Le fournisseur doit démontrer qu’il est capable de produire plus s’il en a la capacité, ou encore qu’il est apte à procéder à des effacements chez les consommateurs. Enfin, il existe toute une série de dépenses liées au service client, au marketing et à la communication

Les évolutions du prix de l’électricité en France en 2024

Le 1er février 2024, le prix TTC du kWh a connu une hausse moyenne de 8,6% en ce qui concerne le tarif réglementé de base pour une puissance de compteur de 6 kVA. Ce prix est ainsi passé de 0,2276 à 0,2516 €/kWh.

Le ministre de l’économie a justifié cette augmentation par le retrait progressif du Bouclier Tarifaire et par l’augmentation de l’accise sur l’électricitéCette dernière était réduite au strict minimal : 1 €/MWh. Depuis le 1er février 2024, l’accise se rapproche de son niveau d’avant-crise à 21 €/MWh.

Tout porte à croire que le prix de l’électricité en 2024 et 2025 va continuer à augmenter. Deux nouvelles hausses sont en effet attendues : 

  • celle du TURPE devrait intervenir en août 2024.
  • celle l’accise, selon toute vraisemblance, va revenir à 32,44 €/MWh. 

Au total, les deux hausses successives sur l’accise vont rapporter environ 16 milliards d’euros à l’État. De plus, le projet de construction de nouvelles centrales nucléaires (six EPR devraient ainsi voir le jour) va demander des sources de financement. Alors que le coût est estimé à 51 milliards d’euros, de nouvelles hausses liées à ces chantiers sont attendues.

Quel est le prix de l’électricité en Europe ?

Grâce à sa capacité historique à produire de l’électricité d’origine nucléaire, la France affiche un prix moyen du kWh inférieur à celui constaté dans l’ensemble de l’Union Européenne. Ce prix est de 0,2204 €/kWh dans notre pays, alors qu’il est de 0,2840 €/kWh en moyenne dans les pays membres de l’UE (1).

C’est aux Pays-Bas que l’électricité est la moins chère. C’est en revanche au Danemark qu’elle est la plus onéreuse, car elle est très lourdement taxée, aux alentours de 50%.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *