Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors

Guide complet pour obtenir la meilleure isolation thermique des murs par l’intérieur

L’isolation par l’intérieur est une technique courante utilisée pour réduire les pertes de chaleur à travers les murs d’une maison ou d’un bâtiment. Les murs sont l’une des principales sources de déperdition thermique : ils doivent faire l’objet d’une attention particulière lors de travaux de rénovation énergétique.

L’isolation thermique est importante, car elle permet de maintenir une température confortable à l’intérieur de la maison, tout en réduisant la quantité d’énergie nécessaire pour chauffer ou refroidir la maison. Cela se traduit par une économie d’énergie et des factures d’électricité moins élevées.

Si vous souhaitez isoler par l’intérieur les murs de votre habitation, vous devez préalablement vous informer sur la nature de l’isolation à mettre en œuvre. Il existe en effet différentes techniques et chaque isolant possède des caractéristiques spécifiques.

Enfin, si vous vous inquiétez du coût global du chantier de rénovation, sachez qu’il existe différents dispositifs d’aide qui peuvent vous permettre de mieux supporter le financement des travaux.

Isoler par l'intérieur : les avantages pour l'habitation

Après la toiture, les murs constituent la deuxième source de déperdition thermique (1) d’une habitation. La réalisation d’une isolation par l’intérieur représente donc plusieurs avantages.

  • Les économies d’énergie : un bien isolé est un bien qui nécessite moins de chauffage ou de climatisation. 
  • La rapidité de mise en oeuvre : les travaux demandent peu de préparatifs et sont relativement rapides à réaliser. 
  • L’amélioration de l’acoustique : les parois ne communiquent plus directement avec l’extérieur et les bruits sont étouffés par l’épaisseur de l’isolant. 
  • La valorisation du logement : améliorer l’isolation, c’est améliorer son diagnostic énergétique. Cela permet dans le meilleur des cas de viser une note A ou B, et d’augmenter considérablement la valeur du bien sur le marché.  

À noter : l’isolation par l’intérieur n’est pas une mince affaire ! Isoler par l’intérieur, ça veut dire sacrifier une partie de son espace et certainement revoir le schéma électrique des pièces qui donnent sur l’extérieur.  

Les différentes techniques d'isolation par l'intérieur

Application de l'isolant avec une ossature

Si votre mur présente des défauts importants ou ne peut pas supporter le poids de l’isolation, la technique d’isolation par l’intérieur avec ossature peut être appropriée. L’ossature offre la possibilité d’utiliser différents types de produits isolants tels que des panneaux semi-rigides, des rouleaux ou des isolants en vrac déversés ou insufflés, tels que les laines minérales ou biosourcées comme la ouate de cellulose ou la laine de chanvre.

L’isolant est placé entre les montants de l’ossature, recouvert par un pare-vapeur et fixé à des liteaux avant l’installation du parement intérieur. Cette méthode est particulièrement adaptée pour isoler les murs intérieurs car elle offre une large gamme d’options d’isolants et convient aux supports endommagés.

Isolation projetée

La technique d’isolation projetée est une méthode efficace pour isoler les murs intérieurs d’un bâtiment. Cette méthode est idéale si votre mur présente quelques défauts de planéité, car l’isolant est directement projeté sur le mur intérieur. Cela signifie que la surface du mur n’a pas besoin d’être parfaitement plane, car l’isolant peut épouser les formes et les reliefs du mur. Vous évitez donc les coûts supplémentaires liés à la préparation de la surface du mur avant l’installation de l’isolant.

Il est également possible de recouvrir le mur d’un enduit isolant, tel que la chaux-chanvre, pour limiter la sensation de paroi froide. Ces enduits sont souvent utilisés dans les bâtiments anciens pour préserver leur apparence d’origine tout en améliorant leur performance énergétique. Toutefois, ils ne sont pas efficaces thermiquement à faible épaisseur et doivent être combinés avec un isolant projeté pour obtenir une isolation efficace.

Application directe

Cette technique consiste à appliquer des panneaux directement sur le mur intérieur à l’aide de colle ou de chevilles. L’avantage de cette méthode est qu’elle ne réduit pas trop la surface habitable, car les panneaux sont assez minces et efficaces thermiquement. Les produits utilisés peuvent être à base de polyuréthane, de polystyrène, de fibre de bois ou de ouate de cellulose, entre autres.

Lors du choix de l’isolant, il est important de prendre en compte sa compatibilité avec le mur existant et de s’assurer que le complexe d’isolation comporte l’isolant, un pare-vapeur et la finition. Cette méthode d’isolation est plus délicate que les autres, car elle nécessite une certaine précision pour l’installation des panneaux et la mise en œuvre de la finition.

Application avec contre-cloisons maçonnées

Moins courante que les autres méthodes d’isolation intérieure, l’isolation avec contre-cloison maçonnée est une méthode efficace pour corriger les gros défauts d’un mur intérieur. Elle nécessite des travaux plus importants, car elle implique la construction d’un double mur en parallèle du mur existant.

Entre les deux murs, l’isolant sera posé sous forme de panneaux ou en vrac. Avant de procéder à l’installation, il est important de s’assurer que le plancher peut supporter le poids de la double cloison.

L’un des avantages de cette technique est qu’elle permet d’ajouter de l’inertie à l’intérieur de la maison, ce qui est appréciable en termes de confort d’été. Cependant, il faut noter que cette méthode réduit considérablement la surface habitable de la maison, du fait de la réalisation d’une contre-cloison épaisse.

Les différents types d'isolants

Plusieurs familles d’isolants sont disponibles sur le marché, chacune étant compatible avec une ou plusieurs techniques d’isolation par l’intérieur. Examinons en détail les différents matériaux existants.

Les isolants synthétiques

  • Le polystyrène extrudé : utilisé en priorité pour l’isolation extérieure, cet isolant peut aussi être appliqué dans le cadre d’une isolation intérieure avec application directe
  • Le polystyrène expansé : sa densité moindre que le polystyrène extrudé fait de ce matériau un isolant plus rapide et pratique à poser. Sa résistance est cependant inférieure au cours du temps. 
  • Le polyuréthane : polyvalent et disponible en panneaux semi-rigides et en rouleaux, cet isolant permet de supprimer efficacement les ponts thermiques. Ses performances en matière de confort d’été ne sont toutefois pas optimales.

Les isolants minéraux

  • La laine de roche : conçu à partir de basalte, cet isolant est disponible en vrac, en panneaux ou en rouleaux. Facile à mettre en place, elle est incombustible et ne s’affaisse pas avec le temps.
  • La laine de verre : fabriquée à partir de sable et de verre recyclé, elle est disponible dans les mêmes conditionnements que la laine de roche. Ses performances sont légèrement inférieures en ce qui concerne le confort d’été.

En savoir plus sur les différences entre laine de verre et laine de roche

Les isolants biosourcés

  • La ouate de cellulose : fabriqué à partir du recyclage des chutes de papèterie et de journaux invendus, cet isolant disponible en panneaux ou en vrac assure de bonnes performances été comme hiver.
  • Le chanvre : conçu à partir de fibres végétales, cet isolant est disponible sous plusieurs formats. De nature imputrescible, l’isolant en chanvre possède une très longue durée de vie.
  • La laine de bois : cet isolant est conçu à partir des copeaux de bois provenant des scieries. Il est apprécié pour assurer un bon confort thermique en été comme en hiver.
  • Le liège expansé : disponible sous forme de panneaux, cet isolant est fabriqué à partir de l’écorce du chêne-liège. Sa structure lui permet d’être très stable dans le temps, mais son prix est supérieur aux autres types d’isolant.

L'épaisseur d'isolant à mettre en œuvre pour une meilleure isolation thermique

En rénovation, la règlementation définit des niveaux de résistance thermique (notée R) à atteindre lorsque les travaux sont réalisés par des professionnels. Dans le cadre d’une isolation par l’intérieur, la RT 2020 impose un R règlementaire compris entre 2,2 et 2,9 selon la zone géographique. Toutefois, pour bénéficier des différents dispositifs d’aide, le R minimal est fixé à 3,7

MatériauÉpaisseur conseillée pour une performance moyenne en isolation par l’intérieur (R = 3,7)Épaisseur conseillée pour une performance optimale en isolation par l’intérieur (R=7)
Polyuréthane8 cm15 cm
Polystyrène expansé12 cm22 cm
Polystyrène extrudé12 cm22 cm
Laine de roche12 cm22 cm
Laine de verre12 cm22 cm
Laine de bois14,5 cm27 cm
Chanvre14,5 cm27 cm
Ouate de cellulose15 cm28 cm
Liège15 cm28 cm

Pour calculer l’épaisseur d’isolant nécessaire selon le R visé, nous avons utilisé la formule de calcul suivante : lambda de conductivité thermique de l’isolant (par exemple 0,022 pour la mousse de polyuréthane) x R x 100

Quel isolant choisir pour une meilleure résistance thermique ?

Deux éléments doivent être pris en compte pour apprécier la résistance thermique d’un isolant :

  • Son coefficient de conductivité thermique, c’est-à-dire sa capacité à limiter les échanges thermiques avec l’extérieur ;
  • Sa durée de déphasage thermique exprimée en heures, c’est-à-dire sa faculté à faire barrage à la chaleur.

À épaisseur égale, l’isolant qui possède le plus bas coefficient en conductivité thermique est la mousse de polyuréthane. En ce qui concerne le déphasage, qui évalue les performances en termes de confort d’été, l’isolant le plus performant est la laine de bois. Enfin, si l’on souhaite obtenir un bon équilibre entre déphasage et conductivité thermique, le meilleur isolant est la ouate de cellulose

Les aides financières pour l'isolation par l'intérieur

Les travaux d’isolation par l’intérieur peuvent être amortis grâce aux économies d’énergie réalisées à long terme. Ils représentent toutefois un budget important que certaines aides permettent de mieux supporter.

  • MaPrimeRénov’ : la prime versée par l’État à la suite de travaux de rénovation énergétique, en fonction des revenus du foyer.
  • L’éco-prêt à taux zéro : un prêt pouvant atteindre 50,000€, contracté auprès d’une banque traditionnelle, pour financer des travaux de rénovation énergétique.
  • Les certificats d’économie d’énergie : une aide accordée par les fournisseurs d’énergie dans le cadre de la réalisation de travaux. 
  • La TVA à 5,5% : pour bénéficier de ce taux de TVA, les travaux doivent concerner un logement achevé depuis au moins deux ans et affecté à un usage d’habitation. 

À noter : pour bénéficier d’un ou de plusieurs de ces dispositifs, vos travaux doivent être réalisés par une entreprise disposant du label Reconnu Garant de l’Environnement (RGE).

Questions fréquemment posées

Quel est le meilleur isolant contre le froid ?

Le meilleur isolant contre le froid est la mousse de polyuréthane. Cet isolant dispose en effet du coefficient de conductivité thermique le plus faible de tous les matériaux.

Comment isoler un mur froid de l'intérieur ?

Pour isoler un mur froid de l’intérieur, il existe différentes techniques : l’application directe de panneaux rigides ou semi-rigides, l’isolation projetée ou l’isolation avec ossature bois ou métal. L’épaisseur d’isolant appliquée doit permettre d’obtenir une bonne résistance thermique et de supprimer le phénomène de la paroi froide.

Quel matériau pour isoler un mur intérieur ?

Il existe de nombreux types de matériaux pour isoler un mur intérieur : les isolants synthétiques (polystyrène et polyuréthane), les isolants minéraux (laine de verre et laine de roche) et les isolants biosourcés (chanvre, laine de bois, liège expansé et ouate de cellulose). Le choix dépend des objectifs : isolation thermique et acoustique, confort d’été, durabilité, etc.

Quel est l'isolant mince le plus performant ?

Si vous souhaitez appliquer un isolant mince pour perdre le moins de surface possible, le meilleur isolant est la mousse de polyuréthane. Dans le cadre d’une isolation des murs par l’intérieur, une épaisseur de 8 cm suffit pour atteindre une résistance thermique de 3,7.

Sources

(1) : https://librairie.ademe.fr/cadic/6488/guide-pratique-isoler-sa-maison.pdf p.3

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *